Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

par la crainte de l'excès des sacrifices, par la terreur de l'impôt ..... Qu'est-ce donc que la banqueroute , si ce n'est le plue cruel, le plus inique, le plus inégal , le plus désastreux des impôts .... Mes amis, écoutez un mot, un seul mot. »

« Deux siècles de déprédations et de brigandages ont creusé le gouffre où le royaume est prêt de s'engloutir ; il faut le combler ce gouffre effroyable. Eh. bien ï voici la liste des propriétaires françois; choisissez parmi les plus riches, afin de sacrifier moins de citoyens. Mais choisissez ; car ne faut-il pas qu'un petit nombre périsse pour sauver la masse du peuple? Allons. Ces deux mille notables possèdent de quoi combler le déficit. Ramenez Tordre dans vos finances, la paix et la prospérité dans le royaume. Frappez, Immolee sans pitié ces tristes victimes, précipitez les dans l'abîme; il va se fermer ....Voua

reculez d'horreur Hommes inconsé

quens ! Hommes pusillanimes ! Eh ! ne voyez - vous donc pas qu'en décrétant la banqueroute, ou , ce qui est plus odieux encore, en la rendant inévitable sans la décréter, vous vous souillez d'un acte mille fois plus, criminel, et chose inconcevable!ti*uea pas ces mots de patrie et de patrie*

[graphic]

tisme. IL est donc bien magnanime l'effort de donner une portion de son revenu pour tauver tout ce que Ton possède! Eh 1 Messieurs , ce n'est la que de la simple arithmétique T et celui qui hésitera ne peut désarmer l'indignation que par le mépris que doit inspirer sa stupidité. Oui, messieurs , c'est la prudence la plus ordinairey la sagesse la plus triviale, c'est votre intérêt le plus grossier que j'invoque. Je tfe vous dis plus comme autrefois > donn rez vous les premiers aux nations le spectacle d'un peuple assemblé pour manquer à la foi publique? Je ne vous displus- : eh! queb titres ave* vûus à la liberté, quels moyens vous resteron* pour la maintenir, si dès votre premier pas fou» surpaseess les turpitudes des gouvernéinetts les pîus oorron*pus? Si le besoin de votre concours et dfe votre surveillance n'est pas le garant dfe votre constitution ?t.; Je vous dîs : vous serefc tous entraînés dans laruine universelle, et lès premiers intéressés au sacrifice que ' iè gouvernement vous demande , e?est vorfs*mêmes. » .»...;-.;

« Votez donc ce subside extraordinaire, qui, puisset-U être suffisant l Votée le , parce que si vous avez des doutes sur les moyens , ( doutes vagues et non éclaircis ) vous n'en avez pas Sut sa nécessité, et sur notre impuissance à le remplacer, immédiatement du moins. Votez le, parce que les circonstances publiques ne souffrent ; aucun retard, et que nous serions comptables de tout délai. Gardez-vous de demander du temps,le malheur n'en accorde jamais... Eh ! Messieurs, à propos d'une ridicule motion du Palais-royal, d'une risible insurrection qui n'eut jamais d'importance que dans les imaginations foibles , ou les desseins pervers de quelques hommes de mauvaise foi, vous avez entendu naguère ces mots forcenés: Catilina est aux portes de Rome et Von délibère. Et certes il n'y avoit autour de nous ni Catilina, ni périls, ni factions , ni Rome... Mais aujourd'hui la banqueroute, la hideuse banquerouteestIà ; elle menace de consumer vous, vos propriétés , votre honneur, et vous délibérez ». Il est impossible de peindre l'effet que ce discours produisit, c'étoit plus que de l enthousiasme, c'étoit de l'ivresse; et le décret passa à l'unanimité. ,

Fin du Tome premier.

Il, H BSB l:W—W-WBB-I | I 1

TABLE

DES MATIÈRES
Contenues Dans Le Premier, Volume.

J^J ISOOURS de Mirabeau sur l'envoi du commissaires pris

dans l'assemblée de» communes afin d'inviter les membres

du clergé à se réunir dans la salle national* pour ta vérifica.

tion des pouvoir* en commun,' paSe 3

Motion de Mirabeau pour qn'il soit fait un règlement de 'o-

lice, et opinion sur le costume dans lequel les membres de l'as*

sanblée des communes doivent se présenter, i&

JHscOurs du même Sur la motion qui avoit été faite d'inviterda

nouveau le clergé à se réunir dans la salle commune, i6

Motion du même pour qu'il fût fait une adresse au Roisur la

désir que sa majesté avait témoigné de voir renouveler le»

conférences, 26

Projet d'arrêté da même sur l'admission d'une députatiott

auprès du Roi, 3&

Biscours de Mirabeau sur nue dénonciation faite contre M.

du Rovtray, Genevois, oui se trouvait assis au milieu des.

députés, 5%

Premier discours sur dénomination à prendre par rassem-
blée des communes eu se constituant, 'iy

Second discours sur le même sujet en réponse aux objections
qui lui avaient été faites, 60

Réponse de Mirabeau à M. de Brêtè lorsque ce dernier vint^
de la part du Roi, ordonner aux: membres de t'assembles
nationale de sortir de la salle commune. 7a

Motion du même sur l'inviolabilité des députés, ibicÇ

Observations du même sur les satellites qui environnaient la,

salle nationale, le ?-\ juin »789, 8»

Autres observations sur la demande faite par-une dèputation
soi-disant la majorité de la noblesse pour être admise dans
l'assemblée nationale, ( >îa

Opinion de Mirabeau sur la demande des citoyens pour que.

l'assemblée nationale intercédât auprès du Roi en faveur

de soldats arrachés des prisons de l'abbaye dans une

émeute populaire, - 84

Observations du même sur les protestations de la minorité du

« ZurückWeiter »