Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

ÉPITRE CATHOLIQUE

DE

SAINT JACQUES.

CHAPITRE I.

5. Que si quelqu'un de vous Joie dans les souffrances. De- manque de sagesse, qu'il la mander à Dieu la sagesse à tous libéralement, sans re

demande à Dieu, qui donne Prier avec foi. Pauvres élevés; riches abaissés. Sout: procher ses dons, et la sagesse

lui sera donnée; frances heureuses. Dieu ne

6. mais qu'il la demande tente point. Il est l'auteur de tout bien. Écouter volontiers.

avec foi, sans aucun doute; Parler peu. Pratiquer la ve- car celui qui doute est sem

blable au flot de la mer, qui rité. Caractère de la vraie piété.

est agité et emporté çà et là

par la violence du vent. 1. Jacques, serviteur de

7. Il ne faut donc pas que Dieu et de notre Seigneur celui-là s'imagine qu'il obtienJésus-Christ, aux douze tribus dra quelque chose du Seigneur. qui sont dispersées, salut.

8. L'homme qui a l'esprit 2. Mes frères, faites toute partagé est inconstant en touvotre joie des diverses afflic- tes ses voies. tions qui vous arrivent, 9. Que celui d'entre nos

3. sachant que l'épreuve de frères qui est d'une condition votre foi produit la patience. basse se glorifie de sa véritable

4. Or la patience doit être élévation. parfaite dans ses cuvres, afin 10. Et, au contraire, que que vous soyez vous - mêmes celui qui est riche se confonde parfaits et accomplis en toute dans son véritable abaissemanière, et qu'il ne vous ment, parcequ'il passera commanque rien.

me la fleur de l'herbe.

[ocr errors]

tentez pas

11. Car comme, au lever prémices de ses créatures d'un soleil brûlant, l'herbe se 19. Ainsi, mes chers freres. sèche, la fleur tombe et perd que chacun de vous toute sa beauté; ainsi le riche prompt à écouter, lent à parséchera et se flétrira dans ses ler et lent à se mettre en covoies.

lère. 12. Heureux celui qui souf- 20. Car la colère de l'homme fre patiemment les tentations n'accomplit point la justice de et les maux, parceque, lorsque Dieu. sa vertu aura été éprouvée, il 21. C'est pourquoi, renonrecevra la couronne de vie que çant à toutes productions imDieu a promise à ceux qui pures et superflues de péché. l'aiment.

recevez avec docilité la parole 13. Que nul ne dise, lors- qui a été entée en vous, et qu'il est tenté, que c'est Dieu qui peut sauver vos âmes. qui le tente. Car Dieu est in- 22. Ayez soin d'observer capable de tenter et de pous- cette parole, et ne vous conser personne au mal.

de l'écouter en vous 14. Mais chacun est tenté séduisant vous-mêmes. par sa propre concupiscence, 23. Car celui qui n'est qu'auqui l'emporte et qui l'attire diteur, et non observateur de dans le mal.

la parole, est semblable à un 15. Et ensuite quand la con-homme qui jette les yeux sur cupiscence a conçu, elle en- son visage naturel, qu'il voit fante le péché; et le péché, dans un miroir, étant accompli, engendre la 24. et qui , après y avoir mort.

jeté les yeux, s'en va, et ou16. Ne vous y trompez donc blie à l'heure même quel il pas, mes chers frères.

étoit. 17. Toute grâce excellente, 25. Mais celui qui considere et tout don parfait vient d'en- exactement la loi parfaite, qui haut, et descend du Père des est celle de la liberté, et qui lumières, qui ne peut recevoir s'y rend attentif, celui-là n'éni de changement, ni d'ombre, coutant pas seulement, pour par aucune révolution. oublier aussitôt; mais faisant

18. C'est lui qui, par sa ce qu'il écoute, trouvera son volonté, nous a engendrés par bonheur dans son action. la parole de la vérité, afin 26. Si quelqu'un d'entre que nous fussions comme les vous se croit être religieux,

tueuse.

et ne retient pas sa langue vous disiez au pauvre : Tenezcomme avec un frein; mais vous là debout, ou asseyezséduit lui-même son coeur, sa vous à mes pieds ; religion est vaine et infruc- 4. n'est-ce pas là faire dif

férence en vous - mêmes entre 27. La religion et la piété l'un et l'autre, et suivre des pure et sans tache aux yeux pensées injustes dans le jugede Dieu notre Père consiste à ment que vous en faites? visiter les orphelins et les 5. Écoutez, mes chers frères; veuves dans leur affliction, et Dieu n'a-t-il pas choisi ceux à se conserver pur de la cor- qui étoient pauvres dans ce ruption du siècle présent. monde, pour être riches dans

la foi, et héritiers du royaume CHAPITRE II.

qu'il a promis à ceux qui l'aiNe point faire acception de ment?

6. Et vous, au contraire, personnes. Estimer les

pauvres. Ne violer la loi en au

vous déshonorez le

pauvre. Ne cun point. Faire miséricorde sont-ce pas les riches qui vous pour l'obtenir. La foi sans oppriment par leur puissance? les ouvres est inutile pour le Ne sont-ce pas eux qui vous salut. Abraham justifié par

traînent devant les tribunaux ses auvres jointes à sa foi. de la justice?

7. Ne sont-ce pas eux qui 1. Mes frères, ne faites blasphèment le nom auguste point acception de personnes, de Christ d'où vous avez tiré vous qui avez la foi de la le vôtre? gloire de notre Seigneur Jésus- 8. Que si vous accomplissez Christ.

la loi royale en suivant ce 2. Car s'il entre dans votre précepte de l'écriture : Vous assemblée un homme qui ait aimerez votre prochain comun anneau d'or et un habit me vous - même, vous faites magnifique, et qu'il y entre bien. aussi quelque pauvre avec un 9. Mais si vous avez égard méchant habit,

à la condition des personnes, 3. et qu'arrêtant votre vue vous commettez un péché, et sur celui qui est magnifique-vous êtes condamnés par la ment vêtu, vous lui disiez, en loi comme en étant les violalui présentant une place hono- teurs. rable : Asseyez-vous ici; et que 10. Car quiconque ayant gardé toute la loi, la viole en 17. Ainsi la foi qui n'a point un seul point, est coupable, les oeuvres est morte en ellecomme l'ayant toute violée. même.

11. Puisque celui qui a dit : 18. On pourra donc dire à Ne commettez point d'adul celui-: Vous avez la foi, et tère, ayant dit aussi : Ne tuez moi j'ai les oeuvres; montrezpoint; si vous tuez, quoique moi votre foi qui est sans vous ne commettiez pas d'a- oeuvres, et moi je vous mon dultère, vous êtes violateur trerai ma foi par mes oeuvres. de la loi.

19. Vous croyez qu'il n'y a 12. Réglez donc vos paroles qu’un Dieu, vous faites bien; et vos actions, comme devant mais les démons le croient être jugés par la loi de la aussi, et ils tremblent. liberté.

20. Mais voulez-vous savoir, 13. Car celui qui n'aura ô homme vain, que la foi qui point fait miséricorde sera est sans les oeuvres est morte? jugé sans miséricorde ; mais 21. Notre père Abraham ne la miséricorde s'élevera au- fut-il pas justifié par les audessus de la rigueur du juge- vres, lorsqu'il offrit son fils ment.

Isaac sur l'autel? 14. Mes frères, que servira- 22. Ne voyez-vous pas que t-il à quelqu'un de dire qu'il sa foi étoit jointe à ses oeuvres, a la foi, s'il n'a point les oeu- et que sa foi fut consommée vres ? La foi pourra-t-elle le par ses æuvres? sauver ?

23. et qu'ainsi cette parole 15. Que si un de vos frères, de l'écriture fut accomplie : ou une de vos soeurs, n'ont Abraham crut ce que Dieu lui point de quoi se vêtir, et avoit dit, et sa foi lui fut imqu'ils manquent de ce qui putée à justice; et il fut apleur est nécessaire chaque jour pelé ami de Dieu. pour vivre,

24. Vous voyez donc que 16. et que quelqu'un d'en- l'homme est justifié par les tre vous leur dise : Allez en æuvres, et non pas seulement paix, je vous souhaite de quoi par la foi. vous garantir du froid et de 25. Et Rahab, cette femme quoi manger, sans leur don- débauchée , ne fut-elle pas ner néanmoins ce qui est né- aussi justifiée de même par cessaire à leur corps, à quoi les oeuvres, en recevant chez leur serviront vos paroles ?

elle les espions de Josué, et

les renvoyant par un autre un très-petit gouvernail, selon chemin?

la volonté du pilote qui les 26. Car comme le corps est conduit? mort, lorsqu'il est sans âme; 5. Ainsi la langue n'est ainsi la foi est morte, lors- qu'une petite partie du corps; qu'elle est sans ouvres. et cependant combien peut

elle se vanter de faire de CHAPITRE III.

grandes choses? Ne voyez-vous Ne point trop rechercher la

pas combien un petit feu est fonction d'enseigner. Lan-capable d'allumer de bois ? gue, source de maux; diffi

6. La langue aussi est un culté de la contenir. Sagesse feu. C'est un monde d'iniquité; terrestre amie des disputes. et, n'étant qu'un de nos memCaractère de la sagesse qui bres, elle infecte tout le corps; vient d'en-haut.

elle enflamme tout le cercle et 1. Mes frères, gardez-vous tout le cours de notre vie, et du desir qui fait que plusieurs est elle-même enflammée du veulent devenir maîtres , sa- feu de l'enfer; chant que cette charge vous 7. car la nature de l'homme expose à un jugement plus est capable de domter, et a sévère.

domté en effet toutes sortes 2. Car nous faisons tous d'animaux, les bêtes de la beaucoup de fautes. Que si terre, les oiseaux, les reptiles quelqu'un ne fait point de et les poissons de la mer. fautes en parlant, c'est un

8. Mais nul homme ne peut homme parfait; et il peut tenir domter la langue : c'est un tout le corps en bride. mal inquiet et intraitable; elle

3. Ne voyez-vous pas que est pleine d'un venin mortel. nous mettons des mors dans la 9. Par elle, nous bénissons bouche des chevaux, afin qu'ils Dieu notre Père, et par elle nous obéissent, et qu'ainsi nous maudissons les hommes nous faisons tourner tout leur qui sont créés à l'image de corps nous voulons?

Dieu. 4. Ne voyez-vous pas aussi 10. La bénédiction et la maqu'encore que les vaisseaux lédiction partent de la même soient si grands , et qu'ils bouche. Ce n'est pas ainsi, mes soient poussés par des vents frères, qu'il faut agir. impétueux, ils sont tournés 11. Une fontaine jette-t-elle, néanmoins de tous côtés avec par une même ouverture,

de

« ZurückWeiter »