Abbildungen der Seite
PDF

glais, il pourait donner un texte plus leur orgucil. Cypselus, parvenu à la pur. Son ouvrage était fort avance et viril, se mil à la tête du parti populer mêmeimprimé en partie lorsqu'il mou- laire, chassa les Bacchiades a set l'ut. Dom Maran, de la congregation décerner l'autorité souveraine. Il a de St.-Maur, se chargca d'achever ce usa avec beaucoup de moderation, travail, et le fit avec le zèle et la saga- quoi qu'en dise Herodote, et la preuve cité qui caractérisaient les membres de cuest dans le refus qu'il fit de prendre cette congregation. Il l'enrichit d'une des gardes pour sa sûreté personnelle. prefacc ei de la vie du saint : cette su- Il consacra dans le temple de Junon, perbe édition, imprimée au Louvre, à Olympie, le coffre où on l'avait ca parut en 1726, in-fol. Elle a été reim- ché, et on le voyait encore dn tres primée à Venise en 1958. Les æuvres de Pausanias qui eu doune la descris de S. Cyprien ont été traduiles en fran- tion. Il y fit beaucoup d'autres off a çais par Jacq. Tigeon, Paris, 1574, des magnifiques, dont la plus cebe in-fol. version oubliée, et par Lom- était une statue colossale de Jupiter bert, eu 16-2, in-6., avec des notes en or ballli, qu'il fit faire de la dime savantes et dans un ordre nouveau, du revenu des Corintbiens. Il mak d'après les Méinoires de le Maître. sur le trône vers l'au 628 avant J.-C. Lumbert et Dom Gervaise, ont écrit el règna trente ans. Il est deus fil, la vie du saint. Quelques auteurs, ct Périandre qui lui succéda, et Gorps S. Grégoire de Nazianze lui-même, ou Gordius qu'il avait envoyé à bice confondent S. Cyprien, évêque de Car. d'une colonic fonder Ambracie. Le fils thage, avec un autre S.Cyprien, évê ainé de Périandreschommait Crpseks que d'Antioche (1), surnommé le ma- commc son grand-père; il avait l'espre gicien, parce qu'avant sa conversion un peu aliéné et se fut pas en elat de il s'était adonné à la magic. Celui-ci, regner. Le père de Miltiade I". que l'impératrice Eudocie, femme de nommait aussi Cypse lus. ( Théodose le jeune, a celebré dans ses CYRANO. Voy. BERGERAC. vers, souffrit le martyre dans la per- CYRIADES, tyran sons le res sécution de Dioclétien, à Nicoinedie, de Valérien , sc Gt remarquer dans sa vers l'an 304. . L-Y. jeunesse par la dissolution de ses

CYPSELUS, fils d'EĆtion et de mæurs. Il quitta la maison paternice Labda, fut destiné à la mort dès sa après avoir volé des sommes coes naissance par les Bacchiades , à qui rables à son père qu'il irritait as l'oracle avait prédit que cet enfant ren- cesse par ses debauches. Cyriadesse verserait un jour leur domination ; fuit avec ses richesses en Perse, o mais Labda, sa znère , instruite de fut accueilli par Sapor (ou Chapour leurs projets, le cacha dans un coffie qu'il détermina à faire la guerre nommé cypsela en grec, ce qui lui fit Romains. Placé par ce roi à la donner le nom de Cypselus. Corinthe d'une armée , il obtint quelques seis étoit alors gouvernec par les Bacchia- s'cmpara d'Antioche, capitale de des, qui, au nombre de plus de deux Syrie, et répandit même, pendan cents, se rendaient insupportables par

quelques instants, la terreur de

tout l'Oricnl. Ce fut alors (257) all (1) Cette ville d'Antioche n'est point celle qui

prit les titres de césar et d'augusted était capitale de la Syrie, mais une autre ville qu'il se revêtit de la pourpre; d'Antioche, située entre la Syrie et l'Arabie, et in

' lorsque Valérien se disposa à marcar

qui dépendait du gouvernement de la Thénicie.

ntre les Perses, Cyriades fut bien- tobre 606, ct fut enterré dans l'église sacrific par ses propres soldats des SS. Apôtres.

V-VE. légitime empereur. Trebellius nous CYRIAQUE-PIZZICOLLI, plus int ce tyran comme un homme connu sous le nom de Cyriaque ael, livré à tous les vices. Il l'ac- d'Ancône, naquit dans celle ville se d'avoir fait mourir son père, vers 1391. On l'avait destiné au is il avoue que plusieurs historiens commerce, et dans les voyages que justifient de ce crime. Les médailles ses affaires lui firent entreprendre en Cyriades publiées par quelques au- Sicile, en Dalmatie , à Constantinople rs sont fausscs. T-n. ei en Egypte, il profita de ses moCYRIAQUE, patriarche de Cons- ments de loisir pour étudier le grec unople, nommé par l'empereur et le latin. Il cut pour cela rarement jurice, l'an 596, avait été long. recours à des maitres. Sa patrie l'aips économe de cette église. Il suc- vail nommé membre du conseil de la à Jean-le-Jeûneur, et pril, à sori ville. Il renonça à cet emploi et aux imple, le titre d'évêque æcuménic affaires pour consacrer tous ses mo: ou universel dans sa lettre syno- inents à l'étude des monuments ane à S. Grégoire , cn lui envoyant, ciens. Il avait recueilli dans ses voyavant la coutume, sa profession de ges précédents des inscriptions, des

Le pontife romain avait connu manuscrits, des antiques. Il continua isque pendant son séjour à Cons. à rassembler ces curiosités dans les tinople ; il lui donna, dans sa voyages qu'il fit pour satisfairc son onse, des témoignages d'estime, goût, et forma même le projet de is il l'exhorta à renoncer au titre pénétrer dans la haute Égypte et dans lane et superbe qu'il avait pris. Il l'Étbiopic, mais il ne put l'effectuer. ivit dans la suite à plusieurs évêOn sait qu'il était de retour en Italic s métropolitains pour les in viler à et qu'il se trouvait à Ferrare en 1449, poser à la prétention de Cyriaque. et, peu de temps après, il mourut à i un évêque est universel, leur Créinone. P. Burmann et d'autres saandait-il, vous n'êtes point eve- vants ont avancé, d'après le témoignajes. Mais le patriarche se lit con- ge d'Apianus et d'Amantius, que Cya ver le titre d'æcuinénique dans un riaque avait fait ses voyages aus déile tenu à Constantinople cn 599). pens du pape Nicolas V; mais cetie x ans après il couronna l'usurpa- assertion est dénuéc de fondement. 11

Phocas. Maurice avait toujours ne nous reste que des fragments de cou les prétentions de Cyriaque ce que Cyriaque avait écrit : I. K;re les instances de S. Grégoire; riaci Anconilati Itinerarium , nunc cas ne lui fut point aussi favorable. primùm ex manuscript. cod. in lucem é de ce qu'il avait refusé de lui lie erutum: editionem recensuit,animad

l'impératrice Constantine et ses versionibus ac prefatione illustrafilles, qui, ayant conspiré contre vit , nonnullisque ejusdem Kyriaci s'étaient réfugiées dans la grande epistolis partìm editis, parlàm ine. c, l'empereur punit le prelat, ditis locupletavit Laur. Mehus , nant les immunités du sanc- Florence, 1742, 1 vol. in-8°. Ce e, en lui défendant de prendre voyage consiste en une longue lettre "e de patriarche æcuménique. Cy- sans date , adressée au pape Eue mourut de chagrin le 29 oc- geuc IV, et écrite sans ordre; clle n'a pas la forme d'un journal. Cy- vé de cette impulation , et il riaque se contente de faire une suc- prouvé que les personnages le le cincte mention de quelques objets qui doctes de son temps le regar l'ont frappé daus ses voyages, mais comme très babile dans la com sans indiquer les années ausquelles sávce des antiques; que la pl ils ont eu lieu. Cette lettre n'est réel des inscriptions qu'il avait cite Jement curieuse que parce que Cy- sur lesquelles on avait élevé des riaque y nomme beaucoup de savants tes , avaient depuis été retro qu'il a connus. Le style en est d'aile par d'autres savants; qu'il a pu leurs souvent iniutelligible. Les autres mettre des méprises, parce qu lettres, adressées à différents person- massait probablement tout ce Tages, contiennent quelques détails premier coup-d'æil lui paraiss sur les voyages de l'auteur daps les marquable, mais qu'il n'a jama pays situés à l'entrée da golfe Adria- l'intention de tromper. Le Poes tique. On trouve aussi des lettres de avoir eu des motifs de mécon Cyriaque dans le voyage en Toscane ment contre Cyriaque. On sai de Tozzetti. II. Epigrammata reperta de leur temps les imputation 2 per Illyricum, apud Liburniam, loinnieuses étaient entre sayatt sive inscriptiones CCLXIX græcæ communes qu'elles ne le sont a et latinæ in itinere per hanc regio. d'hui, et malbeureusement d'

u n nem suscepto repertæ , in-fol. Cette grand poids pour le public. Is edition, cominencée par les soins du CYRILLE (S.), archevêqi & cardinal Frauçois Barberini l'ancien Jérusalem, né dans cette ville, (mort en 1679), fut arrêtée à l'im. l'année 315, s'appliqua de bonne pression de la 34". page (1). III. Ins- à l'étude des livres saints, et lalu criptiones et epigrammata gr. et lat., les écrits des philosophes Rome, 1749, 1 vol. in-fol. Cyriaque Maxime archevêque de Jérus ya, le premier , fait connaitre ces an- l'ayant ordonné prêtre vers l'an 5 ciennes constructions, connues sous le le chargea de prêcher l'Evanga nom de Monuments Cyclopéens , et il d'instruire les catéchurenes en donne de bons dessins. IV. Frag. recevaient alors le baptême ga menla cum notis Pompeii Compa- deux ans d'épreuves. Cyrille re gnonii, Pesaro, 1903, i vol. in-fol. sait avec autant de zèle que dei Ou trouve dans les ouvrages de Cy- les fonctions de catéchiste, la riaque des citations de passages d'au- vers la fin de l'an 350, il fut teurs anciens qui sont évidemment pour succéder à Marime. So fausses. Mebus pense que des im- Philostorge et l'auteur de la posteurs auront abusé de sa credu. nique d'Alexandrie, rapporte lité. Ces citations erronées l'ont sans le 7 mai 351, à neuf heures à doute fait accuser davoir aussi in- tin, on vit dans le ciel une dique des médailles et des inscrip- lumière en forme de croix, tions imaginaires. Le Pogge et Pros tendait depuis le Calvaire jusq 1 per Marchand lui ont surtout aine- montague des Oliviers, dassid rement reproché ce genre d'impos pace de quinze stades (prés d e ture. Mebus et Tiraboschi l'ont la- quarts de lieue), et qui bril

dant plusieurs heures avec tai (1) Fabric., Bibl. med. et infim. lat., 1, 136t. clat, que le soleil mene ne r a

scurcir. Ce phénomène était en- deposition de Cyrille. Les évêques é d'une iris ou cercle lumineux. ariens le condamnèrent coinme ayant lle en donne la description daus dissipé les biens de l'église; et, en. ttre qu'il écrivit à ce sujet à l'em- effet, pendant une grande famine qul or Constance, et que Cave a re- affligeait la Judée , Cyrille avait vendu llie. Sozomene, Théophane , Eu- une partie du trésor et des ornements ius, Jean de Nicée et plusieurs sacrés pour nourrir les pauvres qui es regardent cette lettre comme périssaient de misère. Il appela de sa venlique. André Rivet croit qu'elle déposition à un tribunal supérieur, supposée ; mais un autre protes. Acace lui faisant un crime de cet ap. , Blondel, est d'un avis contraire. pel le chassa de Jérusalem. Cyrille se Iques critiques modernes ont pré- retira d'abord à Antioche, ci ensuite lu que les croix miraculeuses qui à Tarse en Cilicie. U fut rétabli l'an irent dans les airs sous les règnes 359 dans le concile de Seleucie , es Constantin et de Constance , étaient prononca la déposition d'Acace et de halos naturels, c'est-à-dire des plusieurs autres évêques ariens; mais ronnes de lumière qu'on aperçoit l'année suivante Acace et ses partiquefois autour du disque du som sar s réussirent à faire deposer encore

et que celle qui fut vue pendant Cyrille dans un concile ienu à Consut, sous Julien, n'était qu'une tantinople. Il rentra dans son église asélène ou cercle luiniueux qui sous Julien, vers l'an 361. On sait orme autour de la lune ( Voyez que ce prince voulut relever les murs itique de Smith et l'Essai de du temple de Jérusalem , pour fire sique de Musschenbroek, traduit mentir les prophètes, et que le proMassuet). Mais les auteurs ecelé dige qui empêcha l'exécution de ce tiques répondent que ces phéno- dessein est attesté non seulement par les n'ont, ni ne peuvent avoir, les auteurs ecclésiastiques, mais enant les principes de la physique, core par Ammien-Marcellin , par Ligure d'une croix. Les Grecs cé- banins et par Julien lui-même, quoi. ent le 7 mai la mémoire du phé- qu'il ait cherche à le dissimuler(i'oy. éne qui signala l'avènement de JULIEN ). Cyrille était alors à Jérusaille à l'épiscopat. Acace, en sa lem, et avant que les flammes fussent Ité d'archevêque de Césarée , pré- sorties des fondements du temple pour Lait à la suprématie de juridiction empêcher sa réédification, il assura le siége apostolique de Jérusa- que les prophéties auraient leur entier

Cyrille defendit ses droits ; il accomplissement. Il devint odieux à va entre les deux évêques one Julico , qui avait résolu , suivant inte assez vive, et la différence Orose, de sacrifier ce pontifc à sa inion sur la consubstantialité du haine après son retour de la guerre

e acheva de les diviser. Cyrille, de Perse; mais il perit dans cette ex. i qu'en dise Sozomène , était atta- pédition. Cyrille lut encore exilé l'an à la foi de Nicée. Acace, arieo, 367 par l'empereur Valens , qui avait emi-arien, le cila plusieurs fois; embrassé l'arianisme. Cet exil dura fusa de comparaitre; et, après près de dix ans. Cyrile de revint à

aus de citations sans effet, l'ar- Jérusalem qu'en 378, lorsque Graréque de Césarée fit prononcer tien, parvenu à l'empire, fit rétablir s. un concile qu'il présidait, la suc leurs siéges les évéques qui blaicu! unis de communion avec le pape Da- plus complète et plus exacte pour le mase. Cyrille gouverna son église texte grec et pour la version Latine; sans trouble pendant huit ans sous mais on désirerait dans les notes plus le règne de Théodose. Il assista l'an de bonne foi et de sincérité. D. Ant. 38, au copcile général de Constan- Aug. Touttée avait préparé une bo tinople. Les pères s'expriinèrent en velle édition de S. Cyrille, lorsqo? ces termes à son égard : « Pour l'é- mourut en 1718. D. Prudent Maran, »glise de Jérusalem , nous recon- son confrére, la fit paraître à Pars » naissons le vévérable évêque Cy- 1720, in-fol. Le lexle, corrige se » rille, qui a beaucoup souffert en plusieurs manuscrits, est éclairci » divers lieux de la part des ariens. » de savantes notes, et la version Cyrille souscrivit la condamnation tine est estimée pour son exactitude des serni-ariens et des macedoniens, Cette édition est la plus recherche et mourut en 386, dans la 70*. an

-TE uce de son âge, et la 35€. de son . CYRILLE (S.), patriarche d' épiscopat. Il est honoré par les Grecs lexandrie, fut élevé parmi les so ei les Latins le 18 mars , qui fut le faires de Nitrie. L'abbé Sérapion date jour de sa mort. Les OEuvres de S. gea ses études. Il lut avec aridite les Cyrille consistent dans vingt-trois écrits de Clément, de Denys, de S instructions connues sous le nom de Athanase, de S. Basile, et joigal k Catéchèses, qu'il composa lorqu'il connaissance des auteurs profins a remplissait à Jérusalem les fonctions celle de l'Écriture et des Peres. The de catéchiste. Ce Père est'exact et pré- phile l'avant retiré de sa cellule, le cis dans l'explication du dogme, et permit de prêcher dans Alexandrie l'on regarde ses catéchèses, dont le On allait en foule l'entendre et l'ap style est en général simple et familier, plaudir; des scribes recucillaient se comme l'abrégé le plus ancien et le discours. Théophile mourut l'anara. plus parfait de la doctrine de l'église. et trois jours après Cyrille fut install Les calvinistes ont voulu prouver sur son siége patriarcbal. I l'emparta qu'elles étaient supposées ; mais les sur l'archidiacre Timothée par learprotestants d'Angleterre ont reconnu dit d'Abundantius, son ami, qui onque Cyrille en était i'auteur. D'ailleurs mandait les troupes , et il prit les Théodoret , Léon de Byzance et le ton pastoral au milieu d'une sedie septième concile général ne laissent cette victoire lui donna plus d'auto aucun doute à cet égard. Les Cate- rité que n'en avait eu Théophile he chèses ont été traduites en français même, et a depuis ce temps, et avec des notes et des dissertations par » Fleury , les évêques d'Alexasár Grancolas, Paris, 1915, iv - 4o. On » passèrent un peu les bornes de la a encore de S. Cyrille une Homélie » puissance spirituelle, pour cotrero sur le paralytique de l'Évangile , el sa » part du gouvernement tempore Lettre à Constance sur l'apparition Cyrille avait contracté sous le patriar de la croix lumineuse. Jean Grode- che, son oncle, l'habitude de la cius et Jean Prévost ont donné une mination. Il commença par fermer les version latine et deux éditions des églises des novations, et s'emparar OEuvres de S. Cyrille , Paris , 1631 leurs trésors. Les juifs ayant mascar et 1640, in-fol. L'édition de Thomas plusieurs chrétiens, Cyrille se mit Milles, Osford, 1903, in - fol., est la tête d'une multitude séditice

« ZurückWeiter »