Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

bain, qu'on appelle aussi le bain des Curettes. 1! y a encore trois autres sources, dont la plus remarquable est celle qui est désignée sous le nom d'eau des yeux; elle est thermale.

On administre les eaux de Luxeuil dans les rhumatismes chroniques, dans les paralysies, les catarrhes, les maladies nerveuses, les obstructions des. viscères abdominaux.

Bourbonne- les- Bains.

Petite ville du département de la Haute-Marne. Elle est située à septlieues de Langres, àdix lieues de Chaumont et à soixante-huit lieues de Paris; on y remarque plusieurs sources d'eaux minérales , qui ont subi divers changemens, par les réparations successives qu'on y a faites: ces bains sont très • anciens.

On a loué les eaux de Bourbonne pour combattre les obstructions chroniques des viscères, les paralysies longues et anciennes., les coliques et les rhumatismes, les maladies de la peau, etc.

Sylvanès-,

C'est un petit l:ourg du département de l'Aveyron , éloigné de Vabus d'environ trois lieues, à six lieues de Lodève. On les administre intérieurement et en bains.

Employées dans les mêmes maladies que celles de Bourbonne-lès-Bains. \ Bains.

C'est un bourg du département des Vosges l il n'est qu'à trois lieues de Plombières, près de la rivière de Cosné $ il ne faut pas confondre les eaux de ce bourg avec celles d'un lieu de ce nom, qui se trouve d.ms le département des PyrénéesOrientales j où il y a aussi des eaux minérales. Le bourg dont il s'agit renferme un grand nombre de sources; ces sources sont: i°. la source du Château , a°. la Grande-Source, 3°. la source Romaine, 4°» la Fontaine-des-Vaches; 5W. il y a une source qui n'a pas de nom particulier, et qu'on administre intérieurement; 6°. la source de Saint-Colombeau.

Ces eaux sont toniques; elles conviennent dans les paralysies et les rhumatismes chroniques* J'ai vu un dartreux, qui s'étoit guéri par l'uSage de ces eaux.

Lamotte. Petit village > situé dans le département dé l'Isère , à six lieues de Grenoble. La source de ces eaux est sur le bord du Drac, près d'un château qui porte le même nom que le village. On les administre pour les affections rhumatismales, etc.

a.' %

Balaruc.

Bourg du département de l'Hérault, à quatre lieues de Montpellier. Ces eaux thermales offrent principalement quatre bains , que l'on désigne sous les noms : i°. de bain de la source; 2°. de bain de l'hôpital; 6°. de bain de la cuve; 4°. de bain de vapeur, etc. On les emploie, surtout contre la paralysie et le rhumatisme; administrées à l'intérieur, elles produisent des effets purgatifs.

Saint-Gervais.

Ces eaux ont été découvertes tout récemment; elles sont situées près de Saiut-Gervais, dans le département du Léman, se trouvent éloignées de Genève d'environ onze lieues, et à deux lieues de Sallanchcs. Ces eaux, qu'on pourra administrer en bains de vapeurs, en bains d'immersion , en douches ou intérieurement, ont des propriétés analogues à celles de Bour-r bon et de Balaruc.

Bagnères.

Cette petite ville est à quatre lieues de Barège, et à vingt-trois lieues de Toulouse. Le nombre des sources est très-considérable; parmi les remarquables , il faut principalement distinguer celles d'Artiguelongue, qu'on désigne aujourd'hui sous le nom d'eaux minérales de Pinac, du nom du medecin qui les dirige, et qui a fait sur leurs vertus une multitude de recherches intéressantes. Depuis long-temps ces eaux sont fréquentées et en grande vénération.

Bordeu les recommande dans le relâchement des poumons, les obstructions des viscères abdominaux.

Aix.

On sait que cette ville du département des, Bouches-du-Rhône, est à seize lieues d'Avignon. Tous les auteurs font mention de la source principale de ces eaux, que l'on désigne sous le nom de Fontaine de Sexfius.

On les emploie fréquemment contre les ma- . ladies de la vessie.

EAUX SALINES FROIDES.

Pyrmont.

Pyrmont est situé dans le royaume de Westphalie, près de la grande rivière du Weser. Les eaux minérales coulent dans le vallon le plus riant et le plus fertile. Il existe à Pyrmont une fameuse caverne, qu'on nomme la caverne vaporeuse. Elle a été observée par beaucoup de naturalistes voyageurs, qui y ont constaté la présence de l'acide carbonique , et qui lui ont trouvé la plus grande analogie avec celle de la

a

grotte du chien. En effet, l'homme, les quadrupèdes , les oiseaux , les insectes même ne sauroient y vivre sans être frappés de stupeur et de suffocation. Les bougies , les torches allumées s'y éteignent d'une manière soudaine , etc. Pyrmont a plusieurs sources: i°. la source anciennement désignée sous le nom de fontaine sacrée; c'est celle qui fournit journellement l'eau que boiventles malades, parce qu'on la voit sourdre du sein de la terre avec un bruit extraordinaire; 2°. la source où l'on se baigne; on la qualifie du nom de fontaine bouillonnante (fons bulliens); 3°. l'aigrelette, qu'ç^n assure avoir des caractères tout différens des autres eaux de Pyrmont ; 4°. il en est une qu'on avoittrop négligée jusqu'à ce jour; on l'appelle la nouvelle source; elle est située à un quart de lieue de Pyrmont j 5°. il existe aussi, dans l'endroit même où est la fontaine principale, la source des yeux, ainsi désignée , à cause de l'usage particulier que l'on eu fait; 6». la source aérienne, ou la source du bain inférieur; elle n'est guère en usage. Toutes les sources dont nous venons de parler forment une sorte d'amphithéâtre autour de la montagne de Kœnigsberg ; beaucoup d'auteurs pensent qu'elles en tirent leur origine. Ces eaux jouissent d'une faculté éminemment tonique.

« ZurückWeiter »