Abbildungen der Seite
PDF
EPUB
[graphic][ocr errors][subsumed][graphic]

mais il ne resta pas long-temps incertain; le fer impie, teint déja du sang de son frère, vint presque en même temps lui percer le cœur.

FABLE XI.

Althée, mère de Méléagre et sœur de Toxée et de Plexippe, se détermine à venger ses frères : elle brûle le fatal tison à la durée duquel étoit attachée celle des jours de Méléagre.

ALTHEE alloit remercier les dieux de la victoire de son fils, lorsqu'on apporta devant elle ses deux frères, immolés par Méléagre. Elle frémit au nom du meurtrier, et court à la vengeance.

Lorsqu'elle mit son fils au monde, les trois parques entrèrent dans le palais, et dirent en tournant leurs fuseaux: Toi qui viens de naître, la durée de ta vie sera égale à celle de ce tison. A ces mots, elles disparurent. La mère se lève précipitamment, arrache le tison enflammé du milieu du foyer, et l'éteint.

Jusqu'alors elle l'avoit conservé pour conserver les jours de Méléagre : mais enfin, résolue de le punir, elle ne ménage plus rien; elle se fait apporter un flambeau et des éclats de bois faciles à allumer; elle y met le feu, et saisit le rameau fatal pour le brûler. Quatre fois elle voulut le jeter dans les flammes, quatre fois sa main se refusa à ce triste office; elle sent qu'elle est mère et qu'elle est sœur ; ces deux titres combattent dans son cœur et le partagent. Souvent l'idée du crime qu'elle alloit commettre fait pâlir son front, souvent la colère le couvre de rougeur; tantôt son air étoit cruel et menaçant, tantôt elle paroissoit émue de pitié; et après que le feu de sa colère avoit séché ses larmes, on en voyoiť encore sur ses joues. Comme un vaisseau que le flux entraîne d'un côté, tandis que le vent le pousse du côté opposé, est le jouet de deux forces contraires et obéit tour-à-tour à l'une et à l'autre; ainsi Althée flotté entre deux sentimens qui ne peuvent s'accorder, et sent successivement naître, mourir et renaître sa colère.

[ocr errors]

FABLE XII.

Althée se détermine à punir Méléagre.

ELLE commence enfin à être moins mère que sœur et pour appaiser les ombres de ses frères, elle devient inhumaine par tendresse. En jetant les yeux sur le feu allumé devant elle: Qu'il brûle, dit-elle, mes entrailles. Le tison fatal à la main, elle s'approche des autels élevés devant les deux tombeaux de ses frères, et s'écrie:

[ocr errors]

Euménides, divinités vengeresses qui punissez les forfaits, accourez, et soyez témoins du sacrifice que je vais faire, Si je commets un crime, c'est pour expier un crimé. Le meurtre de mes frères ne peut être vengé que par le meurtre de mon fils; il faut du sang pour réparer le sang. Que cette maison impie et sacrilege soit désormais livrée aux plus horribles calamités! Quoi! Œnée se réjouiroit d'avoir un fils comblé de gloire, pendant que Thestias mon père auroit à pleurer la mort de

[ocr errors]
« ZurückWeiter »