Abbildungen der Seite
PDF

d'un chêne qu'un buisson; mais si on réunissait toutes les branches d'un buisson dans un seul tronc, d'un buisson on pourrait faire un chêne. Que de royaumes sont devenus buissons dans de vastes terrains, parce que leur tronc ne s'y ramifie qu'en nobles et en prêtres! Voyez l'Espagne et l'Italie : que de républiques sont devenues des chènes, dans de petits terrains, parce que la noblesse et le clergé s'y sont Conglomérés avec le peuple, et n'ont avec lui qu'un intérêt commun ! Voyez la Hollande et l'Angleterre. (Bernardin de Saint-Pierre.)

| CoNGRATULAToIRE. J. F. Maury, vous êtes si peu accoutumé à recevoir des marques d'estime, que si, dans le cours de cette lettre, il m'échappait quelque expression Congratulatoire ou d'approbation, il est probable que vous la regarderiez comme une ironie amère ; cepen

dant, etc. ( La Bouche de fer. )

CoNJURATEUR. La veille de ce jour épouvantable , les conjurés encore incertains des coups qu'ils devaient porter, et comme effrayés de ce vaste plan de carnage, se rassemblèrent nuitamment chez le Conjurateur. Le chef de ces scélérats sut enhardir leurs bras et endormir leurs remords.

[ocr errors]

- ° , . CoNNAîTRE. Il est plaisant que le mot Connaître une femme, veuille dire, coucher avec une femme, et cela dans plusieurs langues anciennes, dans les moeurs les plus simples, les plus approchantes de la nature, comme si on ne Connaissait point une femme sans cela. Si les patriarches ont fait cette découverte, ils étaient plus avancés qu'on ne croit, (Chamfort.)

CoNNECTER. Je vous enverrai la traduction du Traité de Dieu, de l'Ame et du Monde, par VVolf, dès qu'elle sera achevée, et je suis sûr que la force de l'évidence vous frappera dans toutes ses propositions, qui se suivent géométriquement, et Connectent les unes avec les autres, comme les anneaux d'une chaîne. (Lettre de Frédéric II à Voltaire. )

CoNscRIPTIoN. Il y aura désormais une armée navale et des vaisseaux de commerce; mais il n'y aura qu'une marine, composée de tous les citoyens compris dans la Conscription, c'est-à-dire, l'enrôlement maritime. (Décret du mai 179o.)

CoNsEILLÈRE. La misère est une source continuelle de soucis rongeans, de peines d'esprit, d'insomnies cruelles : elle est Conseillère de plusieurs actions basses et iniques.

CoNSIDÉRATIoN. Comme le sens de ce mot va sûrement changer en assez peu d'années, il n'est pas mal de donner la signification qu'il a conservée jusqu'à ces derniers temps. D'abord ce mot magique, Considération, me développait guère son influence que dans l'enceinte assez étroite d'un certain public, d'un public choisi, comme on disait. La personne considérée était pour ce public, l'objet d'une attention marquée, d'un intérêt apparent ou convenu : il fallait la connaître, l'avoir vue; on la citait plus ou moins fréquemment ; il n'était pas nécessaire de savoir pourquoi. On eût ri d'un étranger qui eût attaché à ce mot Considération, les idées d'estime ; seulement elles n'étaient pas exclues : c'était beaucoup. A la vérité ces nuances n'étaient pas trèséclaircies dans toutes les têtes , mais on s'entendait, ou l'on croyait s'entendre; ce qui, dans le fond, revenait à peu près au même. (Chamfort.)

Considération. Prendre , en Considération , c'est s'occuper de quelque chose, ou simplement concevoir le projet de s'en occuper. Cette expression a été adoptée dans toutes les assemblées législatives (quelque nom qu'on leur donne), et enfin a circulé par-tout.

Un clerc de notaire à qui l'on recommandait l'expédition d'un acte, disait, en pensant à toute autre chose........ Bon , bon, je la prendrai en Considération.

CoNSPIRANCE. Le corps social et politique exige que les pouvoirs qui les gouvernent, aient une concordance et une Conspirance entre eux pour arriver au but qu'ils se proposent, c'est-à-dire, à la perfection du gouvernement. (Mirabeau.)

CoNSPIRER. Ce mot, jusqu'à présent, a signifié la résolution prise par un certain nombre de personnes, d'anéantir une chose funeste au bien de la société générale ou particulière : il entraîne avec lui l'idée de destruction. Depuis long-temps la philosophie Conspire contre la superstition. Brutus, Cassius , Cimber et d'autres Romains conspirèrent contre la tyrannie de Jules César. Maintenant, le mot Conspirer se prend dans un sens différent : au lieu d'indiquer l'idée de destruction, il fait naître celle d'établissement aussi glorieux qu'utile, comme dans ce trait du discours de Lakanal : · « Jaloux de la liberté qu'ils avaient conquise, « les Français offrirent le spectacle sublime et « terrible d'un peuple Conspirant pour la pairie. »

CoNTAGIER. Contagier la société par un livre tout à la fois impie et obscène, comment réparer un tel mal ?

Si vous ne vous respectez pas vous-même , çraignez l'effroyable maladie; vous périrez peutêtre, après avoir Contagié votre vertueuse épouse.

CoNTEMPTEUR. Il s'est fait Contempteur de

son siècle, sans trop le connaître. Le Contempteur d'un livre s'en croit le juge et le critique. Jouer le rôle de Contempteur, c'est un ridicule assez tranchant de nos jours, et qui appellerait un crayon comique.

CoNTINUMENT. Chercher à sentir les secousses délicieuses de l'amour, n'est-ce pas s'exposer aussi à sentir les secousses contraires ? Il faut donc ne nous agiter que faiblement, afin de ne nous éloigner que le moins possible de l'état de tranquillité. Une douce agitation est Continûment agréable : un mouvement violent et brusque n'est jamais

sans douleur. (Rélif )

CoNToURNABLE. Montaigne disait : « C'est la « vraye solitude qui peut se jouir au milieu des « villes et des cours des rois. »

Diderot ayant la conscience de ses vertus et de ses talens, et voyant le vice et la dégradation des arts se répandre autour de lui, disait : « Je ne suis « jamais plus seul que dans la foule qui m'envi« ronne, au sein de la capitale. »

Montaigne ajoute : « Nous avons une ame Com« tournable en soy-mesme; elle se peut faire com« pagnie : elle a de quoy assaillir et de quoy def« fendre, de quoy recevoir et de quoy donner. Ne « craignons pas, en cette solitude, nous croupir

« ZurückWeiter »