Le Protestant de Genève, Volumes 7 à 8

Couverture
1834

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 262 - ... étaient images; sa belle et noble et suave figure réfléchissait, dans sa physionomie rayonnante, tout ce qui brûlait dans son cœur, tout ce qui se peignait dans sa pensée; et le son argentin, affectueux, solennel et passionné de sa voix, ajoutait à tout ce qu'elle disait un accent de force, de charme et d'amour, qui retentit encore en ce moment dans mon oreille, hélas ! après six ans de silence!
Page 5 - Bethsaïde ; parce que si les miracles , qui ont été faits au milieu de vous , avaient été faits dans Tyr et dans Sidon, il ya longtemps qu' elles auraient fait pénitence dans le sac et dans la cendre.
Page 3 - Mais si je les fais, et que vous ne vouliez pas me croire, croyez à mes œuvres...
Page 270 - Trinité dans l'unité, sans confondre les personnes ni diviser la substance. Car autre est la personne du Père, autre celle du Fils, autre celle du Saint-Esprit. Mais la divinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit est une, leur gloire égale, leur majesté co-éternelle.
Page 10 - Leurs années se poussent successivement comme des flots ; ils (3) ne cessent de s'écouler; tant qu'enfin, après avoir fait un peu plus de bruit et traversé un peu plus de pays les uns que les autres, ils vont tous ensemble se confondre dans un abîme, où l'on ne...
Page 5 - Mais moi, j'ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les œuvres que mon Père m'a donné le pouvoir d'accomplir, ces œuvres-là que je fais, rende,nt ce témoignage de moi, que mon Père m'a envoyé.
Page 262 - Ce désir ne s'était jamais éteint en moi : je rêvais toujours, depuis, un voyage en Orient, comme un grand acte de ma vie intérieure : je construisais éternellement dans ma pensée une vaste et religieuse épopée dont ces beaux lieux seraient la scène principale ; il me semblait aussi que les doutes de l'esprit, que les perplexités religieuses devaient trouver là leur solution et leur apaisement.
Page 165 - Car qui est-ce qui met de la différence entre toi et un autre ? et qu'est-ce que tu as, que tu ne l'aies reçu ? Et si tu l'as reçu, pourquoi t'en glorifies-tu...
Page 90 - II est venu un homme en cette ville qui veut enseigner à lire et à écrire en français dans un mois, à tous ceux et celles qui voudront venir, petits et grands, hommes et femmes, même à ceux qui ne furent jamais en école.

Informations bibliographiques