Mémoires de lʹAcadémie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, Bände 40-42

Cover
L'Académie, 1840
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 11 - Oui, mon frère, je suis un méchant, un coupable, Un malheureux pécheur, tout plein d'iniquité, Le plus grand scélérat qui jamais ait été. Chaque instant de ma vie est chargé de souillures...
Seite 18 - certains animaux farouches , des mâles et des femelles : répandus par la campagne , noirs , livides , et tout brûlés du soleil , attachés à la terre qu'ils fouillent et qu'ils remuent avec une opiniâtreté invincible : ils ont comme une voix articulée , et quand ils se lèvent sur leurs pieds, ils montrent une face humaine, et en effet ils sont des hommes. Ils se retirent la nuit dans des tanières où ils vivent de pain noir, d'eau et de racines ; ils épargnent aux autres hommes la peine...
Seite 16 - C'est déjà trop d'avoir avec le peuple une même religion et un même Dieu; quel moyen encore de s'appeler Pierre, Jean, Jacques, comme le marchand ou le laboureur? Évitons d'avoir rien de commun avec la multitude, affectons au contraire toutes les distinctions qui nous en séparent...
Seite 169 - Devenus forts par sa faiblesse. Le cheval s'approchant lui donne un coup de pied, Le loup un coup de dent , le bœuf un coup de corne. Le malheureux lion , languissant , triste et morne , Peut à peine rugir , par l'âge estropié. Il attend son destin sans faire aucunes plaintes ; Quand voyant l'âne même à son antre accourir : Ah ! c'est trop , lui dit-il , je voulais bien mourir ; Mais c'est mourir deux fois que souffrir tes atteintes.
Seite 73 - J'opinerai conformément aux lois. Il sentait bien que le culte des lois est la sauvegarde du pouvoir populaire. L'esprit plein de ces pensées, sévissez contre celui qui attaque une loi par son décret ; ne voyez point de fautes légères là où tout est crime énorme ; ne vous laissez ravir par personne le droit de punir; repoussez et les sollicitations de ces généraux qui, depuis...
Seite 34 - Saint-Paul, un hymne en l'honneur de Virgile; on y supposait que l'apôtre des nations arrivant à Naples, tourna ses regards vers le mont Pausilippe , où reposent les cendres de Virgile , et qu'il regretta de n'avoir pu le connaître pendant sa vie, afin d'en...
Seite 18 - Je luy faisoy compter de sa charge. Il m'a fait un discours de cette science de gueule avec une gravité et contenance magistrale, comme s'il m'eust parlé de quelque grand poinct de Théologie.
Seite 178 - Cette œuvre de l'éloquence parut si éclatante, si prodigieuse, que Philippe envoya sur-le-champ des hérauts demander la paix , et que la Grèce entière se dressa soulevée vers l'avenir. Les chefs de la Béotie...
Seite 87 - J'apprends que , quand la parole leur sera donnée , il doit diviser son administration en quatre époques. La première, il l'ouvre, m'at-on dit, à nos guerres avec Philippe au sujet d'Amphipolis, et il la ferme à la paix et à l'alliance que Philocrate d'Agnonte proposa, de concert avec lui, comme je le prouverai.
Seite 15 - ... à peine et n'avoir que le loisir de se coller à un mur pour lui faire place. Il cherche, il brouille, il crie, il s'échauffe, il appelle ses valets l'un après l'autre : on lui perd tout, on lui égare tout...

Bibliografische Informationen