Histoire de la vie et des ouvrages de J. de La Fontaine

Cover
A. Nepveu, 1824 - 638 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 190 - J'entends innocemment : sur son propre désir Quelque rigueur que l'on exerce, Encore y prend-on du plaisir. Volupté, Volupté, qui fus jadis maîtresse Du plus bel esprit de la Grèce, Ne me dédaigne pas, viens-t'en loger chez moi ; Tu n'y seras pas sans emploi : J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique, La ville et la campagne, enfin tout ; il n'est rien Qui ne me soit souverain bien, Jusqu'au sombre plaisir d'un cœur mélancolique.
Seite 572 - Tu te trompes assurément, mon cher ami, s'il est bien vrai, comme M. de Soissons me l'a dit, que tu me croies plus malade d'esprit que de corps. Il me l'a dit pour tâcher de m'inspirer du courage ; mais ce n'est pas de quoi je manque. Je t'assure que le meilleur de tes amis n'a plus à compter sur quinze jours de vie.
Seite 285 - Descartes, ce mortel dont on eût fait un dieu Chez les païens, et qui tient le milieu Entre l'homme et l'esprit ; comme entre l'huître et l'homme Le tient tel de nos gens, franche bête de somme...
Seite 230 - LES fables ne sont pas ce qu'elles semblent être ; Le plus simple animal nous y tient lieu de maître. Une morale nue apporte de l'ennui : Le conte fait passer le précepte avec lui.
Seite 8 - Le nœud d'hymen doit être respecté , Veut de la foi , veut de l'honnêteté Si par malheur quelque atteinte un peu forte Le fait clocher d'un ou d'autre côté , Comportez-vous de manière et de sorte Que ce secret ne soit point éventé : Gardez de faire aux égards banqueroute : Mentir alors est digne de pardon. je donne ici de beaux conseils, sans doute : Les ai-je pris pour moi-même? Hélas ! non.
Seite 271 - Que si je ne suis né pour de si grands projets, Du moins que les ruisseaux .m'offrent de doux objets ! Que je peigne en mes vers quelque rive fleurie ! La Parque à filets d'or n'ourdira point ma vie, Je ne dormirai point sous de riches lambris : Mais voit-on que le somme en perde de son prix:' En est-il moins profond, et moins plein de délices? Je lui voue au désert de nouveaux sacrifices. Quand le moment viendra d'aller trouver les morts, J'aurai vécu sans soins, et mourrai sans remords.
Seite 269 - J'ai quelquefois aimé : je n'aurais pas alors, Contre le Louvre et ses trésors, Contre le firmament et sa voûte céleste Changé les bois, changé les lieux Honorés par les pas, éclairés par les yeux De l'aimable et jeune bergère Pour qui, sous le fils de Cythère 2, Je servis, engagé par mes premiers serments.
Seite 232 - N'offrent jamais de vous que de nobles images. Je ne puis estimer ces dangereux auteurs Qui de l'honneur, en vers, infames déserteurs, Trahissant la vertu sur un papier coupable, Aux yeux de leurs lecteurs rendent le vice aimable.
Seite 140 - Ma foi, le jugement sert bien dans la lecture. A mon gré le Corneille est joli quelquefois.
Seite 457 - Je ne suis pas moins ennemi que vous, du faux air d'Esprit que prend un Libertin. Quiconque l'affectera, je lui donnerai la palme du ridicule. Rien ne m'engage à faire un livre, Mais la raison m'oblige à vivre En sage Citoyen de ce vaste Univers : Citoyen qui voyant un monde si divers. Rend à son auteur les hommages Que méritent de tels ouvrages.

Bibliografische Informationen