La vie à Paris 1882

Cover
Victor Havard, 1883 - 551 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Inhalt


Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 170 - JE veux chercher si, dans l'ordre civil, il peut y avoir quelque règle d'administration légitime et sûre, en prenant les hommes tels qu'ils sont, et les lois telles qu'elles peuvent être. Je tâcherai d'allier toujours dans cette recherche ce que le droit permet avec ce que l'intérêt prescrit, afin que la justice et l'utilité ne se trouvent point divisées.
Seite 140 - LE LAC. AINSI, toujours poussés vers de nouveaux rivages, Dans la nuit éternelle emportés sans retour, Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges Jeter l'ancre un seul jour ? O lac ! l'année à peine a fini sa carrière, Et près des flots chéris qu'elle devait revoir, Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre Où tu la vis s'asseoir...
Seite 489 - O l'heureux temps que celui de ces fables. Des bons démons, des esprits familiers, Des farfadets, aux mortels secourables ! On écoutait tous ces faits admirables Dans son château, près d'un large foyer. Le père et l'oncle, et la mère et la fille, Et les voisins, et toute la famille, Ouvraient l'oreille à monsieur l'aumônier.
Seite 489 - Dans son château, près d'un large foyer. Le père et l'oncle, et la mère et la fille, Et les voisins, et toute la famille, Ouvraient l'oreille à monsieur l'aumônier. Qui leur faisait des contes de sorcier. On a banni les démons et les fées; Sous la raison les grâces étouffées Livrent nos cœurs à l'insipidité ; Le raisonner tristement s'accrédite ; On court, hélas! après la vérité : Ah! croyez-moi, l'erreur a son mérite.
Seite 321 - ... exprimer la reconnaissance des bêtes? Elle est pure, la nôtre, elle n'est pas comme la vôtre , toujours gâtée par l'amour-propre. « Quand nous recevons un bienfait , nous ne croyons pas l'avoir mérité. « Nous ne disons pas cela pour toi , tu dois être comme l'homme Buffon, bon et honnête. Vous auriez dû tous deux être des nôtres ; tu aurais été un lion , et lui un aigle. Adieu.
Seite 27 - Ce.drame... quand la passion n'y prêche pas l'adultère, le vice élégant y raconte son immoralité. « Les dangers que pourrait présenter à la scène un ouvrage de cette nature nous ont paru de trois sortes...
Seite 369 - II n'a pas de parapluie ! ça va bien quand il fait beau, Mais quand il tomb' de la pluie, 11 est trempé jusqu'aux os.
Seite 276 - Desrues, le comte d'Estaing; on y voit la famille royale assise à un banquet artificiel; l'empereur est à côté du roi... On donne deux sols par personne, et le sieur Curtius fait quelquefois jusqu'à cent écus par jour avec la montre de ces mannequins enluminés. » Le boulevard du Temple offrait encore alors aux badauds, ces chers badauds de Paris, dont je suis. plusieurs autres curiosités : le cabinet de physique de Comus.
Seite 77 - Oh ! lorsqu'un lourd soleil chauffait les grandes dalles Des ponts et de nos quais déserts, Que les cloches hurlaient, que la grêle des balles Sifflait et pleuvait par les airs ; Que dans Paris entier, comme la mer qui monte, Le peuple soulevé grondait, Et qu'au lugubre accent des vieux canons de fonte La Marseillaise répondait...
Seite 63 - Hérédité, le même rôle latent et incessant que dans l'évolution de la nature. Stendhal n'aimait que les petits faits, nombreux, offrant des aliments à sa psychologie. Or, qui les fournit ? La Chronique. Ce que M. Caro a raison de combattre, c'est le reportage à outrance, le reportage ignorant, tapageur, contant, bavardant et renseignant au hasard, donnant la même importance à un couplet de revue de fin d'année qu'à un profond travail de revue in-8°, biographiant les gens sans les connaître,...

Bibliografische Informationen