Répertoire du Théâtre français ...: Oeuvres complètes de J. Racine. t.I-V. 1821-22

Cover
J. Didot ainé, 1822
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 33 - Cependant c'est une belle chose de voir le compère cardeur et le menuisier gaillard avec la robe rouge , comme un président , donner des arrêts , et aller les premiers à l'offrande. Vous ne voyez pas cela à Paris.
Seite 166 - Le grenadier, qui venoit de voir tuer le lieutenant de sa compagnie, qui étoit un fort brave homme, ne voulut point faire de quartier, et tua son Espagnol. Les ennemis envoyèrent demander le corps, qui leur fut rendu, et le grenadier Sans-Raison rendit aussi les trente-cinq pistoles qu'il avoit prises au mort, en disant : « Tenez, voilà son argent, dont je ne veux point; les grenadiers ne mettent la main sur les gens que pour les tuer.
Seite 122 - ... me fera trouver de la voix, et peut-être même des paroles éloquentes. Cependant je vous dirai que je suis aussi muet que jamais, quoique inondé d'eaux et de remèdes. Nous attendons la réponse de M. Fagon sur la relation que M. Bourdier lui a envoyée. Jusque-là je ne puis rien vous dire sur mon départ. On me fait toujours espérer ici une guérison prochaine , et nous devons tenter le demi-bain , supposé que M. Fagon persiste toujours dans l'opinion qu'il me peut être utile. Après...
Seite 187 - C'est un ouvrage qui me tue par la multitude des transitions qui sont à mon sens le plus difficile chef-d'œuvre de la Poésie. Comme je m'imagine que vous avez quelque impatience d'en voir quelque chose, je veux bien vous en transcrire ici vingt ou trente vers, mais c'est à la charge que, foi d'honnête homme, vous ne les montrerez à âme vivante, parce que je veux être absolument maître d'en faire ce que je voudrai, et que d'ailleurs je ne sais s'ils sont encore en l'état où ils demeureront.
Seite 228 - Tout ce traité de Denys d'Halicarnasse, dont je viens de vous parler, et que je relus hier tout entier avec un grand plaisir, me fit souvenir de l'extrême impertinence de M. Perrault, qui avance que le tour des paroles ne fait rien pour l'éloquence , et qu'on ne doit regarder qu'au sens; et c'est pourquoi il prétend qu'on peut mieux juger d'un auteur par son traducteur, quelque mauvais qu'il soit, que par la lecture de l'auteur même...
Seite 142 - , qui faisoit l'oraison funèbre de M. le Prince, grand-père de M. le Prince d'aujourd!hui. Il ya joint les louanges du dernier mort , et il s'est enfoncé jusqu'au cou dans le combat de Saint-Antoine; Dieu sait combien judicieusement! En vérité il a beaucoup d'esprit; mais il auroit bien besoin de se laisser conduire. J'annonçai au P. Bouhours un nouveau livre qui excita fort sa curiosité. Ce sont les Remarques de M. de Vaugelrm, avec les Notes de Thomas Corneille.
Seite 299 - ... l'obstination avec laquelle cette pauvre malheureuse refuse de renoncer à la comédie, ayant déclaré, à ce qu'on m'a dit, qu'elle trouvoit très glorieux pour elle de mourir comédienne.
Seite 201 - C'est à vous de faire vos sollicitations, soit par M. de Pontchartrain le fils, soit par M. l'abbé Bignon. Croyez-vous que vous fissiez mal d'aller vous-même une fois chez lui? Il est bien intentionné; la somme est petite; enfin, on m'assure qu'il faut presser, et qu'il n'ya pas un moment à perdre. Quand vous aurez arraché cela de lui, il ne vous en voudra que plus de bien.
Seite 203 - Ordo militons [a] , etc. Chercherons-nous toujours de l'esprit dans les choses qui en demandent le moins? Je vous écris tout ceci avec une rapidité épouvantable, de peur que la poste ne soit partie. Il fait le plus beau temps du monde. Le roi, qui a eu une fluxion sur la gorge, se porte bien : ainsi nous serons bientôt en campagne.
Seite 199 - M. de Chevreuse aura le temps de le voir. M. de Pontchartrain me parla de notre autre pension et de la petite académie, mais avec une bonté incroyable, en me disant que dans un autre temps il prétend bien faire d'autres choses pour vous et pour moi. Je ne crois pas aller à Auteuil : ainsi ne m'y attendez point. Je ne crois pas même aller à Paris encore demain ; et , en ce cas, je vous prie de tout mon cœur de faire bien mes excuses à M. de Pontcharlrain , que j'ai une extrême impatience...

Bibliografische Informationen