Abbildungen der Seite
PDF
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors]
[ocr errors]

tout, de peur d'être obligé d'en pleurer. Que regardez-vous donc toujours de ce côté ?

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

Viens donc , malheureux ! tu me perds.
(Ils se cachent.)

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

| Ce sont des couplets de la Précaution inutile que mon Maître à chanter m'a donnés hier.

[graphic][graphic]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]

Que diable aussi , l'on tient ce qu'on tient.
(Il quitte le Balcon.)

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

Et moi qui ai la bonté de chercher..... Bartholo, vous n'êtes qu'un sot, mon ami : ceci doit vous apprendre à ne jamais ouvrir de jalousies sur la rue. (Il rentre.) - - / ' Ros IN E toujours au Balcon.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

S C E N E I V. -
LE COMTE , FIGARO. ( Ils entrent avec

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« ZurückWeiter »