Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

vait lui rendre, disait-elle, l'espoir et la santé. A la force d'âme qui brave la douleur elle joignit cette puissance de volonté qui la maîtrise. Pas un cri, pas un geste ne lui échappèrent. Tant de courage étonnait de vieux guerriers habitués au spectacle des champs de bataille, et surprenait les gens de l'art eux-mêmes ". Un instant avant d'être opérée, madame Campan causait avec eux d'un esprit libre et calme. Les douleurs, après l'opération, ne semblaient pas avoir altéré sa sérénité. Messieurs, disait - elle en plaisantant à ses médecins , j'aime bien mieux vous entendre parler que vous voir agir. L'opération avait été faite, avec une rare promptitude et le plus heureux succès, par M. Voisin, très-habile chirurgien de Versailles. Aucun symptôme fâcheux ne s'était déclaré : la plaie s'était cicatrisée. On croyait madame Campan rendue à ses amis : mais le mal qui était dans le sang prit un autre cours ; la poitrine s'embarrassa. Dès ce moment, dit M. Maignes , qui suivait son état avec toute la sollicitude de l'amitié, mais avec la · triste prévoyance de son art ; dès ce moment, il me fut impossible de voir madame Campan vivante : elle sentait elle-méme qu'elle n'était déjà plus. En songeant à sa famille, à ses amis de Mantes, à tous ceux qui lui portaient une vive affection , son cœur s'amollissait, et dans ces instans d'une faiblesse touchante : N'est-ce pas , docteur, disait-elle, que je ne mourrai pas ? Bientôt reprenant son courage , elle donnait aux autres une espérance qu'elle n'avait plus. Elle voyait sans cesse auprès d'elle une femme qui, depuis quarante ans, ne l'avait pas un moment quittée ; qui avait partagé ses peines comme ses instans de bonheur ; qui devinait ses pensées, épiait ses moindres désirs, et payait une confiance sans bornes des soins du plus tendre attachement : tous ceux qui ont connu madame Campan nommeront ici madame Voisin. « Du courage, lui disait-elle ; la » mort ne séparera point deux amies comme nous '. » Elle donnait elle-même l'exemple de la force d'âme qu'elle voulait inspirer aux autres. Tantôt, reportant ses souvenirs vers les années de sa jeunesse, elle revoyait la jeune fille, si vive et si gaie, que Louis XV surprenait au milieu de ses jeux. Tantôt elle se rappelait avec attendrissement les bontés dont Marie-Antoinette payait · son dévouement. « L'oeil-de-bœuf de Versailles, disait» elle, ne me pardonnera jamais d'avoir obtenu la con» fiance de la reine et du roi. Les demandes d'un essaim » de flatteurs étaient souvent injustes ; et quand la reine » daignait me consulter, j'étais sincère *. » Quelquefois le sort de la France l'occupait. Les lumières qui partent du trône la rassuraient seules contre les prétentions exagérées de quelques hommes. « Le » pouvoir, disait-elle, est aujourd'hui dans les lois.

* M. le colonel Hemès, l'un des meilleurs officiers de l'ancienne armée, aidait les gens de l'art pendant l'opération.

* La mort en effet ne les séparera point. La famille de madame Campan lui a fait élever un tombeau dans le cimetière de Mantes. On lit une épitaphe fort simple sur une colonne de marbre blanc, surmontée d'une urne. Aux quatre côtés du monument sont des touffes de dahlia : au-dessous est le caveau qui renferme ses cendres. L'amie qu'elle a laissée reposera près d'elle.

* Relation de M. Maignes.

» Partout ailleurs il serait déplacé. Mais cette vérité » leur échappe : la poussière des vieux parchemins les » aveugle ". » La veille de sa mort : « Mon ami, disait-elle à son mé» decin, je me jette entre les bras de la Providence : c'est » le seul point d'appui invisible qui nous soutienne. L'i» dée en est consolante. J'aime beaucoup la simplicité de » ma religion , je la révère : je hais tout ce qui sent le fa» natisme 2. » Quand on lui présenta son codicille à signer, sa main tremblait : « Ce serait dommage, dit-elle en souriant, de » rester en si beau chemin. » Le jour de sa mort, on ouvrit sa fenêtre. Le ciel était pur, l'air vif et frais. « Voilà , dit-elle, l'air et le climat » de la Suisse. J'y ai passé deux mois d'un bonheur sans » mélange... Son âme est si belle, et nos coeurs s'enten» daient si bien ! » Chaque instant l'approchait de sa fin. Son esprit n'avait rien perdu de ses forces. « Malgré mon état, disait» elle, j'ai besoin d'exprimer mes pensées. » Je m'étais un peu éloigné de son lit, ajoute son médecin, dont nous avons cité les paroles. Elle m'appela d'un son de voix plus élevé que de coutume. J'accourus : se reprochant alors cette espèce de vivacité : « Comme » on est impérieux , dit-elle, quand on n'a plus le » temps d'étre poli ! » Un moment après elle n'était plus !

* Relation de M. Maignes.

* Relation de M. Maignes. Avant de subir une opération presque

· toujours funeste, madame Campan avait scrupuleusement rempli ses devoirs religieux.

Ses amis la virent expirer le 16 mars 1822. La gaieté qu'elle montra dans tout le cours de sa maladie n'offrait rien de contraint ni d'affecté. Son caractère avait naturellement de la force et de l'élévation. A l'approche de la mort, elle montra l'âme d'un sage, sans sortir un moment de son rôle de femme, sans renoncer aux espérances, aux consolations d'une chrétienne. Sa religion penchait vers l'indulgence et la douceur , comme il arrive à tous ceux dont la piété est encore plus de croyance et de sentiment que de pratique. Quoique ayant vécu long-temps dans le grand monde, elle ne méprisait pas trop l'espèce humaine. Les envieux n'avaient pu provoquer dans son cœur un sentiment de haine ; l'ingratitude n'avait point lassé sa bienfaisance. Son crédit, son temps, ses démarches appartenaient à ses amis : sa bourse était ouverte à tous les malheureux.

Un sentiment profond, une constante étude , son attachement pour la reine, et ses travaux sur l'éducation, se sont partagé sa vie. Napoléon lui disait un jour : « Les anciens systèmes d'éducation ne valent rien ; que manque-t-il aux jeunes personnes pour être bien élevées · en France ? — Des mères, lui répondit madame Campan. — Le mot est juste, reprit Napoléon. Eh bien ! madame, que les Français vous aient l'obligation d'avoir élevé des mères pour leurs enfans. » La réponse de madame Campan renferme l'idée principale de son système d'éducation. Tous les soins de la meilleure institutrice tendaient à mettre ses élèves en état d'être ellesmêmes un jour celles de leurs filles. Les instructions qu'elle lisait les dimanches aux jeunes personnes de Saint-Germain ; les petites anecdoctes qu'elle composait autant pour leur instruction que pour son amusement ;

[ocr errors][ocr errors]

l'ouvrage qu'elle achevait au moment de sa mort, et qui contient le fruit de vingt années d'expérience, sont dirigés vers le même but '. « Les femmes , disait-elle à ses amis, ont perdu l'empire que leur donnaitjadis la galanterie chevaleresque ! Elles dédaigneraient aujourd'hui celui qu'elles obtinrent plus tard dans leur boudoir , ou sur le théâtre brillant de la cour. Ce n'est pas aux dépens

* Madame Campan a laissé des Nouvelles, et plusieurs comédies manuscrites, dont nous ne citerons que les titres : la Vieille de la cabane, Arabella ou la Pension anglaise, les deux Éducations, les Petits Comédiens ambulans, le Concert d'amateurs, etc. Toutes ont un but d'instruction pour la jeunesse. Elle achevait, à ses derniers momens, un ouvrage d'un ordre plus élevé, intitulé de l'Éducation des Femmes. Nulle ne pouvait mieux qu'elle remplir ce cadre intéressant. Je citerai les premiers mots de ce traité.

j|

« Mon ouvrage sera privé, dit-elle, de l'attrait des fictions presque • toujours liées aux plans d'éducation, et la quantité de détails que » j'ai à mettre sous les yeux des lecteurs me cause quelque inquié• tude. Je crains aussi de me laisser entraîner par mon penchant pour » ces êtres innocens et gracieux, dont une foule aimable m'entoura » pendant tant d'années, et auxquels j'ai dû de si doux momens ; » quelquefois je doute si une certaine lenteur, triste et première in• firmité de l'âge, n'allonge pas, malgré moi, mes discours; puis je » pense que je dédie mon ouvrage à mes anciennes élèves, devenues » mères de famille : je songe qu'en leur faisant hommage du fruit • d'une longue expérience, je leur parle de leurs plus chères affec* tions, et je me rassure. »

Cet ouvrage pourra paraître aussitôt qu'on aura mis en ordre les

différens morceaux qu'avait terminés madame Campan. On vioindra
q p y J

le théâtre.
Outre les Lettres de deux jeunes amies, madame Campan avait aussi
publié les Conversations d'une mère avec ses filles. Ces dialogues ont
été traduits en italien et en anglais. Madame Campan savait fort
bien cette dernière langue; elle en avait donné des leçons à la reine,
et conserva jusqu'à l'époque où sa maison fut incendiée, au 1o août,
des thèmes écrits en anglais de la main de Marie-Antoinette.

« ZurückWeiter »