La Chanson de Roland, texte critique, traduction et commentaire, grammaire et glossaire

Cover
Léon Gautier
Mame, 1890 - 603 Seiten

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 148 - De sun osberc li ad les pans rumput, El cors li met e le fer e le fust. 1560 Morz est li quens, de sun tens n'i ad plus. Dient Franceis: "Barun, tant mare fus!
Seite 34 - Vairs out les oilz e mult fier lu visage ; Gent out le cors e les costez out larges ; Tant par fut bels tuit si per l'en esguardent.
Seite 352 - dist li reis, « si penuse est ma vie ! » Pluret des oilz, sa barbe blanche tiret. Ci fait la geste que Turoldus declinet.
Seite 2 - Carles li reis, nostre emperere magnes, Set anz tuz pleins ad estet en Espaigne. Tresqu'en la mer cunquist la tere altaigne, N'i ad castel ki devant lui remaigne.
Seite 173 - Le comte Roland a la bouche sanglante ; De son front la tempe est brisée. Il sonne l'olifant à grande douleur, à grande angoisse. Charles et tous les Français l'entendent, Et le Roi dit :
Seite 128 - N'en avrunt sucurance. Malvais servis le jur li rendit Guenes Qu'en Sarraguce sa maisnee alat vendre. Puis en perdit e sa vie e ses membres, El...
Seite 222 - Mais lui meïsme ne volt mettre en ubli, Cleimet sa culpe, si priet Deu mercit: « Veire Pate[r]ne, ki unkes ne mentis, 2385 Seint Lazaron de mort resurrexis E Daniel des leons guaresis, Guaris de mei l'anme de tuz perilz Pur les pecchez que en ma vie fis!
Seite 262 - Se jo ai parenz, n'en i ad nul si proz." Trait ses crignels, pleines ses mains amsdous. Cent milie Franc en unt si grant dulur N'en i ad cel ki durement ne plurt. AOI. 20$ "Ami Rollant, jo m'en irai en France. 2910 Cum jo serai a Loù'n, en ma chambre, De plusurs regnes vendrunt li hume estrange, Demanderunt: 'U est li quens cataignes?
Seite 219 - Avec elle je lui conquis l'Anjou et la Bretagne ; Je lui conquis le Poitou et le Maine ; Je lui conquis la libre Normandie ; Je lui conquis Provence et Aquitaine...
Seite 216 - Quant jo mei perd, de vos n'en ai mais cure. Tantes batailles en camp en ai vencues, E tantes teres larges escumbatues, Que Caries tient, ki la barbe ad canue* ! Ne vos ait hume ki pur altre fuiet ! 2310 Mult bon vassal vos ad lung tens tenue : Jamais n'ert tel en France l'asolue*.

Bibliografische Informationen