La Navigation, 2: poème

Cover
Giguet et Michaud, 1805 - 634 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 279 - Epure leur hommage, et console leurs maux. ,,Dieu créateur", dit-il, ,,toi dont les mains fécondes Dans les champs de l'espace ont suspendu les mondes ; Dieu des vents et des mers, dont l'œil conservateur De l'océan qui gronde arrête la fureur, Et, d'un regard chargé de tes ordres sublimes, Suis un frêle vaisseau flottant sur les abîmes, Que peuvent devant toi nos travaux incertains?
Seite 251 - que s'il avoit été réduit à être le collègue des panégyristes et des promoteurs des massacres de septembre , il vouloit du moins défendre sa mémoire du reproche d'avoir été leur complice ; qu'il ne lui restoit plus qu'un moment, que demain il ne seroit plus temps , et qu'il donuoit sa démission.
Seite 279 - Dieu paternel, tes enfants qui t'adorent. Rends-les à leur patrie , à ton culte , à ta loi : La force et la vertu ne viennent que de toi. Daigne remplir nos cœurs ; éloigne la tempête ; Que le sombre ouragan se dissipe et s'arrête Devant ces pavillons qui te sont consacrés ; Et qu'un jour nos drapeaux, par toi-même illustrés, Aux doutes de l'orgueil opposant nos exemples, Appellent le respect et la foi dans tes temples !
Seite 278 - J'entends l'airain pieux, dont les sons éclatants Appellent la prière et divisent le temps. Pour la seconde fois le nautonnier fidèle Adorant à genoux la Puissance éternelle, Dès que l'astre du jour a brillé dans les airs, Adresse l'hymne sainte au Dieu de l'univers. Entre l'homme et le ciel, sur des mers sans rivages...
Seite 79 - J'en atteste tes champs et tes marais sauvages, Batave industrieux ! Quel dieu vint sur tes plages, De la mer mugissante enchaîner les fureurs ? Quel art d'un sol impur dissipa les vapeurs, Et de mille canaux affermissant la rive, Fit circuler leur onde épurée et captive ? Qui remplit ces déserts d'un peuple courageux? Qui creusa ces bassins, et d'un limon fangeux Où le roseau stérile osait à peine éclore, Fit des ports à Neptune et des jardins à Flore? Art des navigateurs ! Protée audacieux...
Seite 278 - CEPENDANT le soleil, sur les ondes calmées, Touche de l'horizon les bornes enflammées ; Son disque étincelant, qui semble s'arrêter, Revêt de pourpre et d'or les flots qu'il va quitter, Il s'éloigne et Vesper commençant sa carrière, Mêle au jour qui s'éteint sa timide lumière.
Seite 350 - ... à toute sa suite. Le marché ainsi conclu et soldé, j'envoyai prendre possession de l'île avec les formalités ordinaires; je fis enterrer au pied d'une roche une bouteille qui contenait une inscription relative à cette prise de possession, et je mis auprès une des médailles de bronze qui avaient été frappées en France avant notre départ.
Seite 280 - D'espérance et d'amour pénètrent tous les cœurs : O spectacle touchant, ravissantes images ! Tandis que l'œil fixé sur un ciel sans nuages, Du prêtre, dont la voix semble enchaîner les vents, Les nautonniers émus répètent les accents, Le couchant a brillé d'une clarté plus pure : L'Océan de ses flots apaise le murmure : Et seule, interrompant ce calme solennel, La prière s'élève aux pieds de l'Éternel.
Seite 332 - ... et de munitions de guerre en quantité suffisante, et qu'il ne soit commandé par un officier, à qui il ordonnera de ne jamais perdre de vue le bâtiment dont il est chargé, et d'y laisser toujours quelques hommes pour sa garde.
Seite 353 - Langle et moi avions sondé la passe fie la baie deux jours auparavant , et que j'avais trouvé que l'officier commandant le deuxième canot qui était* avec nous, avait passé trop près de la pointe, sur laquelle même il avait touché : j'ajoutai que de jeunes officiers croient qu'il est du bon ton , pendant les sièges , de monter sur le parapet des tranchées, et que ce même esprit leur fait braver, dans les canots, les roches et les...

Bibliografische Informationen