Abbildungen der Seite
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

( 226 ) M. le vicomte de Noa:lies. Ií a regretté de r'avoir a!!cune pension à sacrifier; mais ii avoit fai: l'abandon de la survivance d'une charge de bailli d'épée,

M. de Cl:rmoni-Tonnerre ayant résumé les opia nions, & exposé des réflexions judicieuses, en faveur de l'emprunt de 30 millions, cette ressource a été admise presque diversellement. La dernière question sur la forme de l'emprunt a été renvoyce à la Séance extraordivaire du lendemain. Celle d'aua jourd'hui a été terminée par la récprion des députations de Nem urs & de la Guadeloupe , qui , au nom de seize mille habitans, demande une représentation provisoire.

Du famedi 8 Aout. Séance du soir. On s'y est occupé exclusivement du rapport douloureux dus de altres de plusieurs province. M. l'abbé d'Eym.ir a annoncé qne M. le car ina' de Rohan, arrêté dans fa roure,& mis en danger, n'avoit pu se ren..re à l'Assemblée. Toute la haule & bali al ce contea armes : le peuple pille les châtea.x, & en enlève les chartres. Une abbíte, plus que fexagénaire, a été affalinée. Les insurgeas porteat un faux élie du Roi, qui accorde au peuple tous les droits des feigreurs,

& lui artibue des pouvoirs de tout goore. Suivano le rapport du Comité, toutes les lettres annoncent des ravages commis par des brigands, porteurs de lettres , qui indiqirent que ces horreurs dureront trois mois. M. le marquis de Falconet mande à M. le préhidene, dins und leit é datée d'aup:ès Argentan,'on a b a'é tous les contrats, ses: tres, fes quitcances : 'ni-même a été condamce au feu, aina que M..ásine la

marg

ise de SintAubin. Il n'a dû la vie qu'à une dispute su. Venue entre les bourreaux. On l'a retiré du bûcher, après avoi" eu un pied & les deux mains brûlées. Le lendemain on l'a forcé, dans cet érat, de se rendre chez un notaire, pour renoncer à tous les d:ois, à ses

[graphic]

M. le vicomte de Noailies. a regretté de r’avoir alcune pension à sacrifier; mais il avoit fai-labandon da la furvivance d'une charg: de bailli d'épée.

M. de Cl:rmont-Tonnerre ayant réfumé les opnions, & exposé des réflexions judicizules, e la veur de l'emprunt de zo millions, cette ressou-ta été admise presque usiversellement

. La dernière question sur la forme de l'emprunt a été renvoyée à la Séance ex:raordinaire du lendemain, Celle d'aua jourd'hui a été terminée par la réc-ption de dépstations de Nemurs & de la Guadeloupe, qui, ar nom de seize mille habita.is, demande une repic. fentation provisoire.

Dit famedi 8 Aoit. Séance du foir. Oa s'y ek oecipé exclusiveme.it du rappore douloureux dis de altres de plusieur province Mable ?Eya. a annoncé qne M. le carina de Rohar, anéré dans

toutes

Suivant le rapport

la rou:e , & mis en danger, n'ávoir pu le cake à
l'Allemble, Toure la haule & balto Ar cz fontea
armes ; le peuple pille les châteaux, & ex enlève
les chartres
. Une abhaile, plus que sexazetare

, a
été atlaslinée. Les infurgens porie a un four elinde
Roi, qui accorda au peuple tous les drois des fe
greurs, & lui auibue des pouvoirs de tout gest.

du Comité,

is inte
annoncent des ravages commis par des brigards,
direront trois mois. 4. le marquis de Falset
porteurs de lettres, qui indiquen que ce boteus
mande à M. le président, dins un lett a darte
d'aup:ės Argenari

, s'on a b l'é sous les contras,
les titres, fes quistances : 'ui-mêm:a été condam é
au feu, ainle que M.dome la marquise d: Suite
Aubin. Il n'a la vie qu'a une cipue fui veste
Dtre les bourreaux. On l'a retiré du bucher, apres
noir eu un picu & les deux mains brûlées. Le fer-
main on

la forcé, dans cet état, de le rezdze chez
Jotaire, pour renoncer à tous les divis, à la

[ocr errors]

( 228 ) Saint-Priest , & vingt-deux autres ont été incendiés. Plusieurs gentilshommes ont été tués. On est venu arracher les laboureurs de leurs travaux , pour

les fo.cer, le pistolet à la main , à ces dévastations. A Vienne, on avoit mis en prison 37 brigands ; cette ville , quoique considérable, menacée d'être incen. diée & pillée, a été obligée , pour la sureté, de les relâcher.

La commission des Eta's du Dauphiné confirme ces ma'heurs, & implore du secours.

Le Mâconnois offre de pires horreurs encore.

Plusieurs des incendiaires ont été trouvés chargés de pancartes, qui porroient : » Le Roi ordonne de brûler tous les châteaux ; il ne veut que le fien.“

M. de Cuft nes a opiné à terminer sans délai le bel arrê:é du 4, à le joindre à celui de la veille , & à l'envoyer dans les provinces.

M. de Clermont Tonnerre: Au même infant on a armé le peuple dans tout le royaume. Ce concert indique un complot. Le remède est simple : fanctionner d'abord les facrifices, afin que la Frarce fache qu'il n'existe plus qu'un intérêt , l'intérêt natioral. Il a ensuite proposé un arrêté, relatif aux brigands détenus ; mais un autre membre a observé qu'il ne falloit pas multiplier les décrets.

M. le Duc de Liancourt a appuyé l'avis de ne pas désemparer jusqu'à la rédaction parachevée de l'arrêté du 4.

M. le Duc du Châtelet a vu , comme M. de Clerinont-Tonnerre, un concert dans les attentats commis par-tout, au même instant. Il a proposé de faire démentir le prétendu Arrês du Roi, & de prier Sa Majesté de promettre une récompense aux Révélateurs des Instigateurs ou Complices de cet incendie.

Les cinq principaux projets d'Arrêté ont été renvoyés al Comité de Rédaction, auquel le éuniront les Auteurs de ces projets.

[graphic]

( 228 )
Sainr-Priest, & vingt-deux autres ont été incend'és
Plusieurs gentilshormes cui été tués. On ef veno
arracher les laboureurs de leurs travaux, pour les
focer, le pifolet à la main, à ces dévastatists

. A
Vienne, on avoit mis en prison 37 brigands ; cette
ville , quoique considérable, menacée d'être incen-
diée & pillée, a été obligée , pour la fureté, de les
relácher.

La commillion des Eta's du Dauphiné confirme ces ma'heurs, & implore du secours.

Le Mâconnois offre de pires horreurs encore.

Plusieurs des incendiaires ont été trouver chase gés de pancartes, qui portoient : » Le Rei ordonae de brûler tous les châteaux; il ne veut que le fien. «

M. de Cult nes a opiné à terminer laus délai le
bel arre:é du 4, à le joindre à celui de la reilk, &
à l'envoyer dans les provinces

.
M. de Clermont Tonneme: Au méme infant on :
armé le peuple dans tout le royaume. Ce concent
tionner d'abord les facrifices, afin que la France

( 229 ) La Ville de Saine Denis á envoyé une Dépra tation, chargée de témoigner à l'Allemblée fa douleur de l'affaffinat du Lieutenan de Maire de cente Municipalité.

Des Cultivateurs des environs de Paris ont porté des plaintes amères, des dégats qu’occafionnoient dans les campagnes des bandes de geas armés qui, sous prétexe de faire des patrouilles, font des battues de gibier & foulent aux pieds les récoltes. Le désordre sera profcrit dans l'Arrêté à prendre.

M. l'Evêque de Chartres a observé que plufieurs Membres de l'Assemblée, peu favorisés de la fortune, & ne recevant pas les honoraires promis par leurs commettars, ne pouvoient demeurer ici plus long tems. Il a proposé en consé. quence de faire une extension à l'Emprunt, pour lubvenir aux besoins des Députés.

Un autre Membre a cbservé qu'on ne devoit point interrompre les Discuflions des Affaires de l'Etat, pour s'occuper de l'intérêt personnel.

Un' Membre des Communes a ajouté quil droit indigne de l'Assemblée de faire un Emprunt

Un Préopinant a proposé de former un Emprunt particulier , pour les Députés. Cette proposition a été fort mal reçue.

Un grand nombre de Membres vouloient attendre la rédaction de l'Arrêté; d'autres ont voulu partir. M. le Président a proposé, par allis ou levé, de lever la Séance.

Cet avis a passé à une grande majorité.

pour elle.

indique un compor. Le remède est simple : lanc-
fache qu'il n'existe plus qu'un intérêr, Püttérês da-
tioral. Il a ensuite propose un arrêté, re'arif zu
brigands détenus ; mais un autre membre a oblervé
qu'il ne falloit pas muhiplier les décrets

.
M. le Duc de Liancour a appuyé l'avis de nepas
désemparer jusqu'à la rédaction parachevée de l'ar
sélé du 4.

M. le Disc du Chárelet a vu, comme M. de
Clermont-Tonnerre, un concert dans les attentats
commis par-tout, au mêine intant. Il a propole
de faire démentir le prétendu Arrés du Roi, &
de prier Sa Majesté de promettre une récompense
aux Révélateurs des Inútigateurs ou Complices de
incendie
incipaux projers d'Arrêté ont été

Redaction, auquel

Du Dimanche 9 AOUT, Séance extraordinaire. Elle a été tout entière consacrée à la Discussion de la forme & des conditions de l'Emprunt. Le Préambule du Décret a été dressé en ces termes :

» L'Assemblée Nationale, informée des be

( 230 ) >> fins urgens de l'Etat, decrète vu Emprunt de » trente milions »

Sur l'avis de M. le Vicomte de Noailles l'in érêt de cet emprunt a été fixé à quatre & demi pour ceni, fans retenue.

Nous développerons cette Discufflin dans le Journal suivan!.

P. S. C'est par méprise qu:, dans le No. 31 nous avons annoncé le départ de M. le Comie de Crillon pour les eax. Ce Député n'a jamais eu l'idée de s'éloigner un moment de l'Allemblée Nationale , & n'a pas été absent une seule Séance. On i'a confondu avec M. le Cuntie d'Andlau qui a demandé à se retirer pour raison de santé.

fre

De Paris, le 12 août. L'importance et la variété des détails qu'on vient de lire dans le Journal de l'Assemblée nationale, restreint á pell de lignes, pour aujourd'hui, le précis des faits que nous aurions à rapporter, soit de la Capitale, soit des Provinces. Des bords du Rhône à ceux du Rhin, et de la Moselle à la Loire, elles ont offert, presque au même instant, un tableau digne de réflexion et de pitik Le Dauphiné, le Mâconnois, le Beaujolois, le Bugey, le Pays de Gex, la Franche-Comté, le Sundgaw, l'Alsace, une partie de la Lorraine, de la Normandie, du Perche, du Maine, du Nivernois, de la Tourraine, de l'Anjou, etc. ont offert, en 15 jours, le pillage des

« ZurückWeiter »