Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Après avoir inutilement couru de ville baignés de larmes, lui raconte les malheurs. et d'rende. Il se rend sur les bords de chargé de présens, pour le prier de lui c11. avoient dcfcendu le fleuve, & commerbords de liflc Solitaire , inarche vers le cha

Ce fiicle Amas: s'étant réveillé sur les

tau. Il se donne pour un malheureux pêre survient ; la barque se brile, le Piore Marchand rainé par la tempête, & à peine

échappé seul au naufrage. On le laille est

jed grace. Mes veux ont été rrompés: mc

le fokeil le ranime , il gagne le penchant » père a farpris la lettre que je i'écrivois d'une colline , où il s'endort. » après mon infortune tu ne quittes tud Ouardi renfermée depuis trois ans dans » palais pour me suivre , je me leven ce lle, ne s'y occupoit que de son Amant. w. contre toi au jour du Jugenent, & Elle avoit toujours espéré qu'il découvri» t'accuserai à la face de l'Univers“

poir la retraite , & qu'il viendroit la dé

liver; lakse ensin d'une li longue attente, Elle part enfin baignée des larmes

ele forme le projet de s'échapper. Elle fa mère, & même de celles de son pa. qui l'aime , qui la plaint, mais que es mompe les Gardes , descend par une

femeure intéxible. Elle arrive dans l'ile sul zietre du côté de la mer , appcreoit un litaire. Son père l'y laille avec un ner

lècheur dans la barque, lui fait figne avec

fon mouchoir, se confie à lui, & le prie brous cortège de femmes , & revient Ipahan.

de li condaire à la première ville. Après

trois jours de navigation, ils arrivent à Cependant Anas - Elcujond se rend a

Bay dad. palais de Ouardi ; il monte sur un mur,

Le brave & généreux Diouan y régaoit. ne voit personne dans toute cette enceinte, descend dans une cour , & découvre 21

Ees fenêtres de son palais, il voit Ouardi bas de l'escalier qui lui avoit été indiqué, entrer dans le port. Frappé de la beauté les mots tracés de la main de la Maitrele de la richesse de la parure ,

il lui en

poie deux Esclaves pour l'inviter à venir il s'ea retourne désespéré, le déguise en

fe nocte sous la protection. Elle se rend pauvre, & part pour chercher Ouardi.

en tremblant auprès de lui , & les yeux en ville, il rencontre un vieux Derviche Diowan dépure vers le Sulran Chamer , qui lui indique le lieu où la fille du Vitit fon Vifle, avec quatre - vingrs chameaux l'Euphrate, loue une barque , & engel to; et Anas-Eloujoud. le Patron á le conduire à l'ile Solitaire. I çoient à s'approcher de l'Ilie ; une rem'est lebmergé : Anas - Elonjoud se laure en nagcant : il reste évanoui sur le rivage:

[ocr errors]

Il pénètre dans les jardins intérieurs oir sur l'écorce des orangers le chiffc. fon Amante & le lien. Il cherche, i , il écouie. Il rencontre les femine mardi qui s'étoient apperçues de la fuiti cur Maitrelle, & la cherchoient ave iécude. Anas-Eloujoud plus inquiet en , le met avec elles à la poursuite le faire connoitre. 'Ambassadeur de Diguan ayant adresse koi de Perle la demande de fon Mai

Charer répond que le Héros qu’or demande a dil paru depuis trois ans nballıdeur lui avoue que c'est Ouardi ée depuis peu à la Cour de Bagdad: pleure Anas-tloujoud & délire de la ir. Chamer en conclut qu'elle a cause vie de fon Favoi; il fait appeler son · père de Ouardi , & le menace de are périr lui & toute la race, sil ne anète Anus- rioujoud. Le Vibir part Title Solitaire, il y trouve les Esdaves Erines, qui lui apprennent l'évasion de lie, & lui présentent ce jeune Marcd qui l'a fi long-temps & G inutilei cherchée ave: el.es. Le père & l'A

le riconnoi: enr. La (cène commence His reproches, &finir par un arrendrik en neuel. Aias-logoud revêtu d'h. fummuclx, part avec Ibrahim pour la rdPeric, urs cnocinis y avoient tram. leur ruine.

[graphic]

I chercher. Mais après un mois d'arente,

hon Amart & de son père. Le généreux lui ran ène Anas. rloujoud. Le Vilor prin Gand Vilir demander au Sukan Chamer poi l'ille Solitaire. Il y trouve les Eldares & liberté des deux prisonniers. Leurs e11. sa fille, & lui présentent ce jeune Marlenmis dominent dans le Conseil ; la de

mande eft refu'ée ; & les illustres captifs

Diouan lève une armée , marche contre par des reproches, & binit par un arcendis Perfe , & pénètre jusqu'à la Capirale. bits fomprueux, part avec Ibrahim pou a prelente la bataille ; elle eit des plus

Sanglantes; Dioran alloit être vaincu, forf

gu Anas-Eloujoud paroît dans la niêlée à Leurs ennemis y avoicnt tram leur cuine atae des Mamlouks ses frères d'ammes :

trer. Il pénètre dans les jardins intérieurs. Grignant de voir le Favori du Prince renIl voit sur l'écorce des orangers le chiffre er en grace , ils l'avoient noirci par les de fon Amante & le lien. il cherche, il affreuses calownies; ils obtiennent enfin épie, il écoute. Il rencontre les femmes de dé le faire arrérer avec le Vitir à de Ouatdı qui s'étoient apperçues de la fuste an entrée dans Il pahan. Cet ordre eft exéde leur Matreile, & la cherchoient avec ac Ils sont tous les deux renfermés dans inquiétude. Anas-Eloujoud plus inquiet en au château. core, le met avec elles à la poursuite, le rerour de l'Ambassadeur avoit fort fans le faire connaitre.

zquité Ouardi , qui avoit appris de lui L'Ambassadeur de Diouan ayant adrellë e fon Amme étoit disparu depuis trois au Roi de Perle la demande de fon Mai 3. Mas elle recoit une lettre qu'il lui tre, Chaner répond que le Héros qu'on se, avant que d'arriver a Il pahant, ayant lui demande a disparu depuis trois ans.

Cour de Bagdad. Elle e route confolée, L'Ambaladeur lui avoue que c'est Ouardi

, arrivée de puis peu à la Cour de Bagdad cavie du retour d'Anas-Eloujoud &

de la lettre

. Elle ne doute pas que réconrevoir. Chamer en conciu qu'elle a caule en tres fon père, il ne vienne bientôt qui pleure Anäs-bloujoud & défire de le la fuse de fon Favo i; il fait appeler loa

elle &

Dionan , touché de la douleur, envoie en larmes, qui lui apprennent l'évasion de chand qui l'a di long-temps & inuilemert cherchée ave. eles. Le père & i'de want fe reconnaitlent. La scène commence Iemen' mtuel. Anas- lor oud revêtu dhe

ayant raff mblé toutes les forces, Cour de l'eric.

voient toujours vu avec douleur l'hor

injustice qu'on lui avoit faite, & dès ommcncement du combat ils s'étoient chés de l'Armée de Perse, pour le dé

de la prison. Cette troupe invincible* ha ger la fortune; Chamer'est mis en . , & ne rentre qu'avec peine à l[pa

avec les débris de fon arınée. ouan dépêche un Courrier à Ouardi. -jent lui - même à Bagdad, accoinE d'Anas-Eloujoud, & du vieil Ibra

qui avoit été ainsi que lui délivré s Mamlouks. La nière de Ouardi y peu de temps après. Ouardi voit réuour d'elle tous les objets qu'elle aime. puan, généreux jusqu'à la fin, la dote ment, nomne inas. E loujoud Coment général de les Armées ; & les mans, comblés de ses bienfaits , de

nt ensin d'heureux époux. toit que pour pour que l'Auteur & le feur zicnt mis de formes agréables uds intéressant, ce Corte ne peut cr de pla::e. Nous nous en rappor

: de M. Savary pour le méritę jinal, & à la connoillance de la

Arabe, pour la fidélité de la traducQuant au mérite du style dont nou's 5 plus à portée de joger, nous dia'il y a peu d'Ouvrages de certe zulli agréablement écrits, & qu'en ave par - tour la clarté, l'élégance

[graphic]

mandant général de les Amées; &

lax ; ils vont avec la rapidité de deux Amans, comblés de les bienfaits , de Telair ; tahl nuage de poullière les enTraducteur aient mis de formes agréables a les coins forrans de Ion conrlier, le

On voit que pour peu que l'Auteur & ll de la tempere. Anas Elonjoud, perché tons au gors de M. Savary pour le mérie trois fois il parcourut le premier la carde l'original, & à la connossance de tire. Ayant remporté toutes les palmes

le lo il rentra dans les murs de la cation. Quant au mérite du style dont nous pitie, précédé de Musiciens, & 20sommes plus à portée de juger, nous di noncé par les fanfares des trompettes ; il rons qu il y a peu d'Ouvrages de cette fancoit suivi des acclamations du cspèce aufli agréablement écrits, & qu'en peuple & du désespoir de ses envieux.

La Lane jalouse cacha fon globe argente

ils avoient toujours vu avec douleur l'hora de la grace qui caractérisent les productible injustice qu'on lui avoit faite, & di tes de cet Auteur , trop tôt enlevé aux le commencement du combat ils s'étoien Leus. Quelques exemples fuffiront pour détachés de l'Armée de Perse, pour le dé leprsaver, &e pour donner en même temps livrer de la prison. Cette troupe invincibknicide de la manière dont les maceurs fait changer la fortune ; Chamer eft mis ca scaradières funt peints dans ce petit Oufuite , & ne rentre qu'avec peine à 1.petage. han , avec les débris de fon armée.

Anas-Eloujoud, entouré d'un magniDiouan dépêche un Courrier à Ouard fae corrége , traversa la ville sa milieu 11 revient lui - même à Bagdad, accom "des soldats rangés sur son palfage, & pagné d'Anas-Eloujoud, & du vieill be le rendit dans la campagne. Il combattit him, qui avoit été ainsi que lui délit tire le lance & te javelot. Son adrelle par les Mamlouks. Ja nière de Ouardi) * 4 la force brillèrent dans ces divers arrive peu de temps après. Ouardi voit teha escrices. Il delarmi les plus braves guerni autour d'elle tous les objets qu'elle aime. res. A ces lueres fucceda la course. Cent

Diouan, généreux jusqu'à la fin, la de Ecayets Personas s'élancent de la barrière. richement, nomine Anas. Eloujoud Com : batere zezenir sous les pieds de leurs viennent enfin dkcurcux époux.

Telappe : on les diront portés sur les ailes peut

*

* trois fois il devança fes illuftres rivaux : mancier de plaire. Nous nous en rappor Langue Arabe, pour la fidélité de la tradec

X

3

« ZurückWeiter »