France militaire: histoire des armées françaises de terre et de mer de 1792 à 1883. T. III-IV-V.

Cover
Abel Hugo
Delloye, 1836
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 92 - Je vous ai laissé la paix, j'ai retrouvé la guerre ; je vous ai laissé des victoires, j'ai retrouvé des revers; je vous ai laissé les millions de l'Italie et j'ai trouvé partout des lois spoliatrices et la misère. Qu'avez-vous fait de cent mille Français que je connaissais, tous mes compagnons de gloire ? Ils sont morts ! « Cet état de choses ne peut durer.
Seite 229 - Vous jugez que je dois au peuple un nouveau sacrifice : je le ferai si le -vœu du peuple me commande ce que votre suffrage autorise.
Seite 251 - Vous-mêmes, vous avez dû accourir à marches forcées à la défense de nos frontières; mais déjà vous avez passé le Rhin Nous ne nous arrêterons plus que nous n'ayons assuré l'indépendance du corps germanique, secouru nos alliés et confondu l'orgueil de nos injustes agresseurs. Nous ne ferons plus de paix sans garantie; notre générosité ne trompera plus notre politique. «Soldats! votre empereur est au milieu de vous, vous n'êtes que l'avantgarde du grand peuple...
Seite 259 - En quinze jours nous avons fait une campagne; ce que nous nous proposions est rempli. Nous avons chassé les troupes de la maison d'Autriche, de la Bavière , et rétabli notre allié dans la souveraineté de ses états. Cette armée qui , avec autant d'ostentation que d'imprudence, était venue se placer sur nos frontières, est anéantie; Mais qu'importé à l'Angleterre?
Seite 237 - République ; de respecter et de faire respecter » les lois du concordat et la liberté des cultes ; de » respecter et faire respecter l'égalité des droits , la » liberté politique et civile , l'irrévocabilité des ventes » des biens nationaux ; de ne lever aucun impôt , » de n'établir aucune taxe qu'en vertu de la loi ; de » maintenir l'institution de la légion d'honneur; de » gouverner dans la seule vue de l'intérêt , du bonheur » et de la gloire du Peuple français (i) ». Du...
Seite 275 - Une armée de cent mille hommes, commandée par les empereurs de Russie et d'Autriche, a été, en moins de quatre heures, ou coupée ou dispersée. Ce qui a échappé à votre fer s'est noyé dans les lacs.
Seite 172 - ... capitulation aurait lieu, de ne permettre à aucune troupe de retourner en France qu'elle ne soit échangée, je pense nécessaire de vous informer que tous les vaisseaux ayant des troupes françaises à bord et faisant voile de ce pays...
Seite 275 - Soldats, lorsque tout ce qui est nécessaire pour assurer le bonheur et la prospérité de notre patrie sera accompli, je vous ramènerai en France : là, vous serez l'objet de mes plus tendres sollicitudes. Mon peuple vous reverra avec joie, et il vous suffira de dire : « J'étais à la bataille d'Austerlitz ! » pour que l'on vous réponde :
Seite 268 - Soldats , je dirigerai moi-même vos bataillons , je me tiendrai loin du feu, si avec votre bravoure accoutumée, vous portez le désordre et la confusion dans les rangs ennemis ; mais si la victoire était un moment indécise, vous verriez votre empereur s'exposer aux premiers coups; car la victoire ne saurait hésiter dans cette journée, surtout, où il y va de l'honneur de l'infanterie française qui importe tant à l'honneur de toute la nation.
Seite 242 - Il sera ouvert Aux secrétariats de toutes les administrations et de toutes les municipalités, aux greffes de tous les tribunaux , chez tous les juges de paix et chez tous les notaires , Des registres sur lesquels les Français seront appelés à consigner leur vœu sur la proposition suivante : « Le peuple veut l'hérédité de la dignité impériale » dans la descendance directe", naturelle, légitime et » adoptive de NAPOLÉON BONAPARTE, et dans la des...

Bibliografische Informationen