Théâtre de Casimir Delavigne: de l'Académie française

Cover
Charpentier, 1842 - 439 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 426 - C'est sous cet abri favorable que je veux me sauver et mettre en sûreté mes affaires. Je ne quitterai point mes douces habitudes, mais j'aurai soin de me cacher et me divertirai à petit bruit. Que si je viens à être découvert, je verrai sans me remuer prendre mes intérêts à toute la cabale, et je serai défendu par elle envers et contre tous.
Seite 425 - ... pourvu que je ne parle en mes écrits ni de l'autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l'Opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l'inspection de deux ou trois censeurs.
Seite 310 - ... croyait léger, on devient criminel. La mort d'un honnête homme est un poids éternel. Ou vainqueur, ou vaincu, moi, ce combat m'honore ; II vous flétrit vaincu, mais vainqueur plus encore. Votre honneur y mourra. Je sais trop qu'à Paris Le monde est sans pitié pour le sort des maris ; Mais dés que leur sang coule, on ne rit plus, on blâme.
Seite 426 - C'est ainsi qu'il faut profiter des faiblesses des hommes, et qu'un sage esprit s'accommode aux vices de son siècle.
Seite 160 - ... but moral de l'art, sur le rôle du talent dans la retraite, quelques conseils et préceptes d'une justesse appropriée, dont il est demeuré observateur fidèle : Aimons les nouveautés en novateurs prudents... Que le littérateur se tienne dans sa sphère... Crains les salons bruyants, c'est l'écueil à ton âge; Nous avons trop d'auteurs qui n'ont fait qu'un ouvrage... Et d'autres pareils. Casimir Delavigne resta toujours, à bien des égards, et sauf une certaine fougue qu'il lui prête,...
Seite 96 - Et le siècle en riant croirait se compromettre. GRANVILLE. Eh bien ! moi , sans courir après un trait malin , Je te le dis tout net : j'ai vu Londre et Berlin ; Je trouve à nos auteurs un air de Germanie ; On se perd dans les...
Seite 243 - Et n'attends pas à jeun, quand la faim me talonne, Que ma fille soit prête, ou que ma femme ordonne. Dans mon gouvernement despotisme complet : Je rentre quand je veux, je sors quand il me plaît ; Je dispose de moi, je m'appartiens, je m'aime, Et sans rivalité je jouis de moi-même. Célibat! célibat! le lien conjugal A ton indépendance offre-t-il rien d'égal ? Je me tiens trop heureux ; et j'estime qu'en somme...
Seite 243 - De général vainqueur, de poète applaudi, De gros capitaliste à la Bourse arrondi, Plus libre, plus content, plus heureux sur la terre, Pas même d'empereur, s'il n'est célibataire. DANVILLE. Et je te soutiens, moi, que le sort le plus doux L'état le plus divin, c'est celui d'un époux Qui, long-temps enterré dans un triste veuvage Rentre au lien chéri dont tu fuis l'esclavage.
Seite 426 - Qui dîne avec son juge a gagné son procès : Tout s'arrange en dînant dans le siècle où nous sommes, Et c'est par les dîners qu'on gouverne les hommes.
Seite 58 - S'ils ne frappent que moi , je bénis mon supplice ; Mais je crains leur clémence autant que leur justice. J/intérêt pour un temps peut détourner leurs traits ; On saura tôt ou tard' vous créer des forfaits ; Et , brisant par degrés le nœud qui vous rassemble , Punir séparément ceux qu'on épargne ensemble. Est-il un seul de vous qui ne tremble pour lui ? Demain il périra s'il échappe aujourd'hui. Oui, vous périrez tous. Vous demandez la vie,., Ah! souhaitez plutôt qu'elle vous soit...

Bibliografische Informationen