Études sur la vie et les œuvres de Synésius, évèque de Ptolémaïs, dans la Cyrénaïque, au commencement du Ve siècle

Cover
A. Durand, 1859 - 306 Seiten
0 Rezensionen
Rezensionen werden nicht überprüft, Google sucht jedoch gezielt nach gefälschten Inhalten und entfernt diese

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 203 - Ainsi sont tous les hommes entraînés par le plaisir des sens et par le charme de l'imagination. Il n'ya point sur la terre de véritables hommes , excepté ceux qui consultent , qui aiment , qui suivent cette raison éternelle : c'est elle qui nous inspire quand nous pensons bien; c'est elle qui nous reprend quand nous pensons mal. Nous ne tenons pas moins d'elle la raison que la vie.
Seite 268 - Il est; tout est en lui : l'immensité, les temps, De son être infini sont les purs éléments ; L'espace est son séjour, l'éternité son âge ; Le jour est son regard, le monde est son image...
Seite 146 - ... grands ; c'est à lui qu'elle attache toutes les puissances de la société, qui n'existent que par lui et pour lui. Bien éloignée de notre politique moderne, qui présente les peuples aux rois comme leurs domaines, elle présente les rois aux peuples comme leurs défenseurs et leurs pères. Les peuples ne sont point faits pour les rois, mais les rois pour les peuples.
Seite 109 - Viens à moi, lyre harmonieuse, après les chansons « du vieillard de Téos, après les accents de la Lesbienne, « redis sur un ton plus grave des vers qui ne célèbrent « pas les jeunes filles au gracieux sourire, ni la beauté 0 des jeunes époux. La pure inspiration de la divine sa...
Seite 178 - Rien de plus touchant , de plus expressif que les plaintes de l'évêque grec , qui voyait s'anéantir à la fois les deux civilisations qu'il aimait. Dans sa douleur , il mêlait tous ses souvenirs chrétiens et profanes avec une naïveté, image cu* Synesii Opera , p.
Seite 268 - Salut, principe et fin de toi-même et du monde, Toi qui rends d'un regard l'immensité féconde ; Ame de l'univers, Dieu, père, créateur, Sous tous ces noms divers je crois en toi, Seigneur, Et, sans avoir besoin d'entendre ta parole, Je lis au front des cieux mon glorieux symbole. L'étendue à mes yeux révèle ta grandeur, La terre ta bonté, les astres ta splendeur. Tu t'es produit...
Seite 268 - Par delà le tombeau, Vas-tu renaître encor dans un oubli nouveau? Vas-tu recommencer une semblable vie? Ou, dans le sein de Dieu, ta source et ta patrie, Affranchi pour jamais de tes liens mortels, Vas-tu jouir enfin de tes droits éternels?
Seite 180 - Cependant je resterai à mon poste dans l'église; je placerai « devant moi les vases sacrés, j'embrasserai les colonnes du sanc«tuaire qui soutiennent la table sainte; j'y resterai vivant, j'y « tomberai mort. Je suis ministre de Dieu , et peut-être faut-il «que je lui fasse le sacrifice de ma vie 1 Dieu jettera quelque regard « sur l'autel arrosé par le sang du pontife.
Seite 203 - Et quae marmoreo fert monstra sub aequore pontus. Igneus est ollis vigor et cœlestis origo Seminibus, quantum non noxia corpora tardant, Terrenique hebetant artus moribundaque membra.
Seite 218 - Mais pourquoi m'appe» santir là-dessus? Ce livre a été composé tout entier dans une » seule nuit, ou plutôt dans une fin de nuit, après l'ordre que je » venais de recevoir dans une vision. Il ya deux ou trois passages » où il me semblait qu'étranger à moi-même j'étais un de mes au

Bibliografische Informationen