Bibliothèque des mémoires relatifs à l'histoire de France pendant le 18e siècle: avec avant-propos et notices

Cover
François Barrière, Mathurin Lescure
Firmin-Didot, 1855
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 520 - Je suis savant ; je m'en pique , « Et tout le monde le sait. « Je vis de métaphysique « De légumes et de lait. « J'ai reçu de la nature « Une figure à bonbon. « Ajoutez-y ma frisure ,
Seite 277 - J'admire vos talents, je m'amuse de vos rêveries qui, soit dit en passant, vous occupent trop, et trop longtemps. Il faut à la fin être sage et heureux. Vous avez fait assez parler de vous par des...
Seite 458 - Aux yeux de Paris enchanté , Reçois en ce jour un hommage Que confirmera d'âge en âge La sévère postérité. Non , tu n'as pas besoin d'atteindre au noir rivage Pour jouir des honneurs de l'immortalité ; Voltaire, reçois la couronne Que l'on vient de te présenter : 11 est beau de la mériter Quand c'est la France qui la donne!
Seite 443 - Gauthier, prêtre , je me suis confessé à lui , et que , si Dieu dispose de moi , je meurs dans la sainte religion catholique où je suis né, espérant de la miséricorde divine qu'elle daignera pardonner toutes mes fautes , et que , si j'avais jamais scandalisé l'Eglise , j'en demande pardon à Dieu et à elle.
Seite 135 - On fut étonné de cette énumération et chacun convint de la vérité de ce qu'il avait dit. Il ajouta: « Ne dit-on pas tous les jours d'Argenson la bête ( '), parce qu'il a un air de bonhomie et un ton bourgeois? Mais je ne crois pas qu'il y ait eu beaucoup de ministres aussi instruits et aussi éclairés.
Seite 463 - Je n'ai considéré que ce que je dois à votre naissance, à votre ministère et à votre mérite. Vous êtes un général à qui j'ai demandé un soldat. Je vous supplie...
Seite 224 - Il est inconcevable. Du travail Au sérail, Vif, aimable, A tout il est toujours prêt : Pour moi , je crois que c'est Un diable. M. l'abbé de...
Seite 126 - Verney en savait plus que ce vieux maréchal. Du Verney vint un jour chez Madame, où se trouva le roi, le ministre de la guerre, et deux maréchaux; et il donna un plan de campagne qui fut généralement applaudi. Ce fut lui qui fit nommer M. de Richelieu pour commander l'armée à la place du maréchal d'Estrées.
Seite 118 - Voici ce que c'est, dit-il ; on va jouer le Tartuffe dans les cabinets , il ya un rôle d'exempt qui consiste en très-peu de vers. Obtenez de madame la marquise de me faire donner ce rôle, et le commandement est à vous.
Seite 79 - D'unefemme supérieure et d'une excellente amie, lui dis-je. —C'est à son cœur que j'en veux, me dit-elle; et toutes ces petites filles, qui n'ont point d'éducation , ne me l'enlèveront pas. Je ne serais pas aussi tranquille si je voyais quelque jolie femme de la cour et de la ville tenter sa conquête. » Je demandai à madame si la jeune personne savait que c'était le roi qui était le père.

Bibliografische Informationen