Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

velle que nous apprenaient les officiers prussiens : Mac-Mahon était blessé dans les reins d'un éclat d'obus qui avait emporté la croupe ! de son cheval, le général Lerélier tué par un boulet, l'armée de Metz refoulée sous le fort Saint-Quentin, tandis que l'armée de Châlons venait pour ainsi dire de se dissoudre dans l'Ardenne. Tous les désastres à la fois! — Et vos journaux, nous disait un général prussien, vont à coup sûr donner à ces événemens des reflets de victoires ! Votre presse avec ses informations fausses et ses romans (les bataillons disparus dans les carrières de Jaumont, qui n'existent ' pas, les cuirassiers blancs de M. de Bismarck détruits, et qui cam- . pent à une demi-lieue d'ici, le prince Albrecht tué net et même embaumé, si je ne me trompe, et qui se porte comme vous voyez), votre presse a entretenu en France une confiance qui a paralysé la nation. Il en était de même en Autriche en 1866; nous étions éternellement battus par les journaux. Les Autrichiens n'eurent une connaissance exacte de nos succès que lorsque nous arrivâmes au bout du Prater et aux portes de Vienne. Certains de vos journaux nous ont autant servis que deux corps d'armée. Nous voudrions rendre le ton de politesse légèrement affectée, de politesse d'acier, si l'on peut ainsi dire, qu'avaient ces paroles.A n'en pas douter, la grande préoccupation de nos ennemis est de paraître à la hauteur de la courtoisie française. Le reproche le plus sanglant qui puisse les atteindre est justement celui de barbares. Ils ont une évidente prétention à l'élégance, et comme ils se sentent, en dépit de tout, un peu gauches, surtout devant ces Français dont ils méprisent la légèreté, mais dont ils envient la désinvolture d'esprit, ils s'étudient à remplacer la grâce qui leur manque par une certaine raideur correcte qui ne leur messied point. C'est un des traits de leur humeur que cette tension de leur esprit vers ce but. Cet incessant désir les mène d'ailleurs un peu loin. Plusieurs de ces officiers par exemple prenaient leur café les mains gantées de blanc. Pour être juste et véridique, il nous serait du reste impossible de rappeler une parole, un geste qui ait pu froisser notre amour-propre saignant, notre orgueil national mis à vif. Ces officiers parlaient de la campagne sans emphase, comme si, toutes les opé· rations terminées, ils pouvaient enfin la juger. Ils l'expliquaient en mathématiciens et en gens de métier, froidement et avec plus de modestie que nous n'eussions pu croire.— Vous êtes assurément le peuple le plus téméraire et le plus chevaleresque, mais la guerre au jourd'hui n'est plus une affaire de chevalerie, et ne ressemble en rien à un tournoi. Nous avons mis à profit deux choses, la science et la nature, les découvertes modernes et les replis de terrainsNotre artillerie est à la fois plus nombreuse et meilleure que la Vôtre; de là notre supériorité. Nous avons exposé chez vous nos ca

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

nons d'acier; votre comité d'artillerie a haussé les épaules, et vos
caricaturistes se sont mis à rire. Vous ne nous connaissez pas, vous
ne nous étudiez pas, et, pour généraliser le reproche, vous n'étu-
diez presque rien ni personne. Cependant les autres peuples mar-
chent.Vous avez cru qu'une armée prétorienne vaincrait les étudians
d'léna et d'Heidelberg, et l'empereur, qui tenait à engager cette
lutte, a pu vous le faire croire ! Vos soldats ont été courageux, ils
ont été héroïques, et nous avons jusqu'à présent perdu, il faut l'a-
vouer, trois fois plus de monde que dans la campagne de Bohême.
Certes l'armée française est une autre armée que l'armée autri-
thienne, et le prince Frédéric-Charles, dans son livre, la proclame
la première armée du monde; mais dans cette guerre elle n'a jamais
eu ni approvisionnemens, ni munitions, ni canons, ni chefs. La vic-
toire cependant se compose de toutes ces choses.— Puis ils en-
traient dans les détails techniques de la bataille. L'artillerie prus-
sienne mise en batterie sur les hauteurs de Givonne avait démonté
des pièces françaises à la distance de 5 kilomètres. — Vous aviez
pourtant un empereur qui se piquait de connaître l'artillerie; mais
les flatteurs lui soutenaient que le canon rayé est le chef-d'œuvre
du genre. — Leurs propos ne devenaient guère railleurs que lors-
qu'il s'agissait du vaincu de Sedan. Ils épargnaient l'armée, non le
chef - Nous n'avons craint un moment, disait le prince Albrecht,
que le maréchal Lebœuf. La façon dont il avait mis en batterie ses
quatre-vingts pièces à Solferino nous faisait croire à son mérite.
Mous l'estimions fort comme général; il nous a bien détrompés. —
Leur préoccupation d'alors était celle-ci : que fera Paris? — Si
l'empereur était encore possible en France, ou l'empire, nous se-
rions satisfaits, car nous obtiendrions toutes les compensations de
ce côté; mais le nouveau gouvernement me cédera rien, et il nous
landra continuer la lutte. -
Je cite toutes ces paroles, que je n'ai pas oubliées et dont on voit
limportance. Ainsi le 2 septembre, deux jours avant la chute de
l'empire, avant même que Paris, confiant dans les dépêches rassu-
rantes communiquées par le général de Palikao, eût connaissance
du désastre de Sedan, l'état-major du prince Albrecht et le prince
et le roi sans doute avaient l'intime conviction qu'ils allaient se
trouver devant un gouvernement provisoire, et que l'empire ou la
régence était impossible. Rien ne démontre mieux combien l'ennemi
avait scruté non-seulement tous les points de la France, mais notre
caractère même, nos aspirations et nos mœurs.-Au surplus, conti-
nuaient-ils, la France choisira le gouvernement qui lui semblera le
meilleur, Ce sont là ses affaires privées, où nous ne prétendons pas
nous immiscer. L'important pour nous est d'obtenir les compensa-
tions désirées et de forcer votre pays à ne pouvoir nous attaquer

:

|

dans un an, dans deux ans. Parbleu ! nous savons que l'idée de re-
vanche ne sortira pas de vos préoccupations. Aussi ne voulons-nous
pas que nos sacrifices aient été stériles, et faut-il nous assurer nous-
mêmes contre vous. — Ici reparaissaient les paradoxes allemands,
les revendications ridiculement iniques que nous avons retrouvées
depuis dans les circulaires de M. de Bismarck. Il s'agissait de resti-
tuer à la patrie allemande ce que l'injustice et la force lui avaient
enlevé jadis, au temps de Louis XIV; il fallait venger le Palatinat
incendié, il fallait se garantir contre toute agression nouvelle par
l'annexion de l'Alsace et même de la Lorraine, il fallait enfin ré-
duire à l'impuissance « l'ennemi séculaire de l'Allemagne. » Nous
sommes maintenant habitués à ces redites; mais avec quelle stu-
péfaction, instruits que nous sommes à respecter le droit des gens
et la volonté des peuples, avec quel étonnement douloureux nous
rencontrions dans ces hommes ces sentimens d'une autre époque,
les argumens de cette odieuse politique de la force, — anachro-
nisme sanglant qu'un hobereau du moyen âge prétend imposer au
xIx° siècle ! C'est que, tandis qu'on oubliait peu à peu en France,
dans la conception d'un idéal de fraternité humaine, les vieux sou-
venirs de guerre et de conquête, les Allemands au contraire atti-
saient toujours comme un feu sacré la haine contre les Français.
Leurs poètes, leurs artistes, ont entretenu toujours la mémoire
des discordes d'autrefois. L'Allemagne n'a jamais cessé de fêter
les anniversaires de ses victoires sur la France. Les disciples de
Kœrner et de Rückert ont toujours ciselé, comme autant d'épées
dirigées contre nous, de nouveaux sonnets cuirassés. La flamme,
qui couvait éternelle, se réveillait menaçante à de certaines heures,
et l'on ne peut lire sans amertume aujourd'hui les vers qu'un ho-
monyme du vieux Arndt lança sur l'Allemagne au moment où notre
armée battait à Magenta et à Solferino les soldats de l'Autriche,
alors membre de la confédération germanique. En des jours où
nous n'avions que des sentimens sympathiques pour l'Allemagne,
en 1859, l'Allemagne répétait déjà ou plutôt répétait encore ce re-
frain farouche : « Au Rhin ! au Rhin ! Que l'Allemagne tout entière
déborde sur la France ! »
Vainement, tandis que ces officiers parlaient, nous essayâmes de
combattre par le raisonnement et par l'histoire leurs visées ambi-
tieuses. L'entretien du reste était irritant. Un incident inattendu le
fit heureusement cesser. La porte de la salle s'ouvrit, et un vieux
colonel d'infanterie prussienne, tête chenue, moustache et favoris
gris, entra, tenant par la main un grand jeune homme d'une ving-
taine d'années, blond, imberbe, vêtu d'un uniforme vert à galons
d'or, et qui était blessé au bras. Le jeune officier jeta sur nous un re-
gard curieux, et, lorsque ses yeux bleus s'arrêtèrent sur le prince

[ocr errors][merged small]
[ocr errors][ocr errors]

Albrecht, la joue du blessé se couvrit d'une certaine rougeur. Il pa-
rut très joyeux. Un général murmura quelques mots à l'oreille du
prince, qui se leva, et d'un air affable s'avança vers ce jeune homme
et ce vieillard. — C'est le père qui présente son fils à son altesse,
me dit un officier. Ce jeune garçon que vous voyez hésitant et ti-
mide s'est conduit en héros devant Metz. — Le frère du roi tendit
avec un geste de bonté sa main au jeune homme, qui la toucha du
bout des doigts en s'inclinant; puis le prince donna gravement l'ac-
colade à l'officier imberbe, pâle maintenant et presque tremblant,
tandis qu'à deux pas de là, mordant ses lèvres, le père essayait de
maîtriser son émotion, et que deux grosses larmes roulaient de ses
yeux jusqu'à sa moustache. Je croyais, en regardant cette scène,
assister à quelque épisode de ce moyen âge où d'un coup d'épée et
d'une embrassade on armait un homme chevalier. Dans cette salle
devenue silencieuse, dans ces cœurs allemands, il y avait en quel-
que sorte la même foi et le même respect qu'au temps de Bayard
pour cette chose vermoulue que le poète Uhland appelle « le bon
et vieux droit. »
Quelqu'un apprit sans doute au vieux colonel qui nous étions,
car, la présentation terminée, il vint à nous avec son fils. — Mon-
sieur, dit-il, vous retournez en Belgique; voulez-vous me permettre
de vous adresser une prière? Mon fils que voici a eu le bras cassé
à Gravelotte, il ne peut donc plus combattre. Sa mère l'attend à
Cologne, et voudrait le soigner; mais il ne pourrait traverser la Bel-
gique en tenue militaire sans être ait prisonnier par le gouverne-
ment de ce pays neutre. Oubliez un moment la couleur de l'uni-
forme, songez qu'il y a là un enfant et une mère, ne voyez qu'elle
et lui, et chargez-vous de conduire mon fils à Bruxelles en lui prê-
tant un vêtement bourgeois. — Je ferais cela sans nul doute, dit
le jeune homme, pour une mère françaisel - Et il ajouta douce-
ment : — Ces pauvres mères, on ne songe à elles que lorsqu'on est
malheureux ou blessé ! — C'est la seule parole vraiment humaine,
d'une mélancolie touchante, que j'aie entendue tomber d'une lèvre
prussienne. Lorsque nous revînmes du champ de bataille le soir,
0n n0us apprit que le jeune officier avait été emmené à Bouillon par
un médecin belge. Peut-être le colonel s'était-il ravisé, ne voulant
point confier son fils à un Français.
Le prince Albrecht nous congédia bientôt fort gracieusement en
donnant à l'un de ses aides-de-camp l'ordre de nous signer un sauf-
conduit pour la Belgique. Il nous fallut monter à l'étage supérieur,
et l'officier d'état-major, un hussard noir, jeune, souriant, la mous-
tâche brune et frisée, avant de signer notre exeat et de le timbrer
aux armes du prince, se donna cette satisfaction de nous expliquer
T0ME XCI. - 1871. 5

les opérations des jours précédens, les surprises de Beaumont, l'attaque de Carignan, la marche des troupes royales le long de la Meuse. Nous l'eussions volontiers tenu quitte de ces récits qu'il commentait en nous montrant sur une carte les positions respectives des deux armées. C'était une carte de notre état-major français, mais annotée en allemand, complétée par des indications écrites ou chiffrées, constellée de traits au crayon rouge ou bleu. ll voulut nous retenir encore pour nous donner l'assurance, qu'il ne put nous faire partager, que Mac-Mahon eût été aussi facilement battu, s'il eût attendu les Allemands à Châlons; mais cette conversation était décidément trop pénible, et je m'éloignai. Le champ de bataille avec toutes ses horreurs et toutes ses plaies nous attendait, non pas à La Chapelle, mais à Givonne, au bout d'une route bordée de peupliers frissonnans, où se croisaient à cette heure les trains d'ambulance militaire, les chirurgiens des deux pays. Quelle douleur de voir ainsi cette terre française, où passaient au galop les cavaliers prussiens, où, répandus dans les champs, les dragons à vestes blanches arrachaient les pommes de terre, coupaient les choux, lavaient au courant d'un ruisseau leurs vêtemens tachés ! C'était bien là, dans toute sa honte, l'invasion, ce fléau dont on avait tant parlé à notre génération, mais comme d'un mal qui ne pouvait revenir ! Et, tout à la fois pris du désir de fuir ce spectacle et poussé par cette amère curiosité qui fait qu'on s'inquiète de la façon dont a fini l'ami qu'on vient de perdre, je continuais ma route à travers les escadrons de cavalerie, les convois d'équipages, les colonnes de fantassins. Je suivais, ému jusqu'aux larmes, cette route où chantaient les oiseaux sur les arbres, et des deux côtés du chemin sur les collines j'apercevais le mouvement, le fourmillement de masses sombres qui étaient l'armée prussienne, masses singulièrement ordonnées et disciplinées, campées avec une régularité surprenante. A perte de vue, les lances des uhlans, fichées en terre sur une seule ligne, s'étendaient comme une rangée de troncs d'arbres tirés au cordeau. Les chevaux, au piquet, paissaient derrière dans la même régularité géométrique, avec le même ordre. Les cavaliers la nuit couchent à quelques pas de leur monture. De cette façon, nulle surprise n'est à craindre; au premier coup de feu, à la première alerte, les cavaliers sont à cheval, en ligne et armés. La confusion est impossible. C'est bien cette régularité, cet ordre incroyable, qui tout d'abord me frappèrent, et je ne pouvais m'empêcher de les comparer au pittoresque pêle-mêle d'un campement français. La propreté des uniformes, dont le soleil faisait parfois étinceler les galons, m'étonnait aussi.Je voyais passer des hussards rouges, la poitrine cou

« ZurückWeiter »