Oeuvres complètes d'Étienne Jouy ... avec des éclaircissements et des notes...

Cover
J. Didot aîn, 1823
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 234 - Enfin Malherbe vint, et, le premier en France, Fit sentir dans les vers une juste cadence, D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir, Et réduisit la muse aux règles du devoir.
Seite 174 - Béranger ne rappelle- t-il pas, sauf la différence qui caractérise la littérature des deux époques , celui du Naufrage de Basselin? Donnez par charité à boire A ce povre homme marinier , Qui par tourmente et fortune A tout perdu sur la mer. Mais la chanson où l'on retrouve le plus d'analogie entre le talent du créateur du vaudeville et son plus illustre successeur en France , est celle qu'il a intitulée le Siège de Vire ; car Basselin n'avait pas moins de patriotisme que le chantre de...
Seite 175 - Sauvez nos tonneaux , je vous prie ! Au moins, s'il prend notre cité, Qu'il n'y trouve plus que la lie ; Vuidons nos tonneaux , je vous prie! Deussions-nous marcher de costé , Ce bon cidre n'épargnons mie : Vuidons nos tonneaux , je vous prie!
Seite 154 - Domfront , ville de malheur, arrivé à midi, pendu à une heure ; pas seulement le tems de dîner. Quelques personnes attribuent cette singulière exclamation à un chef calviniste qui fut conduit à la potence au moment même où il venait d'arriver et d'être pris sous les murs de la ville.
Seite 29 - Chez nos dévots aïeux le théâtre abhorré Fut longtemps dans la France un plaisir ignoré. De pèlerins, dit-on, une troupe grossière En public à Paris y monta la première ; Et, sottement zélée en sa simplicité, Joua les saints, la Vierge et Dieu, par piété.
Seite 172 - Me regardant avec un œil farouche, Me dit ces mots : « Biberon , ne me touche, « Tu n'es pas digne avec moi d'esprouver « Le jeu d'aimer. « Belle fillette à son aise ne couche « Avec celui qui ne fait qu'ivrogner. » Sus, sus, qu'on se réveille, Voici vin excellent Qui fait lever l'oreille ; II fait mol qui n'en prend. Je lui responds : « Ce n'est pas déshonneur, « D'aimer le vin, une chose si bonne.
Seite 245 - Au nom de Dieu ! quelque honneur que nous rendions à Dieu, nous ne pouvons pas l'honorer autant qu'il le mérite, mais nous l'honorons par son saint nom. » Comme cette version n'est nullement en rapport avec la brièveté du texte, on a cru devoir l'envoyer de nouveau au savant M. de Hammer, qui, bien et dûment averti, s'est renfermé dans une interprétation plus laconique. Selon lui, l'inscription signifie : « Au nom de Dieu clément et miséricordieux ! sa justice est parfaite et sa grâce...
Seite 230 - Clootz prit la parole, et, d'une voix haute, leur cita tout au long ces vers si connus : Je rêvais cette nuit que de mal consumé , Côte à côte d'un gueux on m'avait inhumé; Et que blessé pour moi d'un pareil voisinage , En mort de qualité je lui tins ce langage.
Seite 264 - Comment lui en ferais-je , répondit le docteur , je n'ai pas l'honneur de le connaître. « De son côté , le curé de Saint-Eustache de Paris disait : « Quand je rencontre le docteur Delaunoy , je le salue jusqu'à terre , et ne lui parle que chapeau bas , tant j'ai peur qu'il ne m'ôte mon saint Eustache , qui ne tient à rien. » Les ouvrages de Delaunoy ont été publiés par l'abbé Granet , et imprimés à Genève en dix volumes in-folio. Une réimpression des œuvres choisies de cet auteur...
Seite 460 - , '• « • • • * ii un endroit écarté Où d'être homme d'honneur on eût la liberté.

Bibliografische Informationen