La guerre de Chypre et la bataille de Lépante, par le vice-amiral Jurien de la Gravière ... Ouvrage accompagné de quatorze cartes et plans ...

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite v - ... le saint pontife Pie V. Les Turcs ont déclaré la guerre aux Vénitiens : ils ne songent qu'à détruire la Chrétienté pièce à pièce. Considérez les commencements si humbles et si obscurs de cette nation : elle prend naissance chez les Scythes qui habitent le Caucase des Indes , s'établit d'abord dans la Perse et dans la Médie, y vivant de brigandages, et, pendant bien des années, ne faisant aucun bruit dans le monde : peu à peu ses forces s'accroissent; elle a l'audace d'envahir en...
Seite xxvii - Juan d'Autriche, dans une de ses effusions intimes qu'il réservait pour son vieux confident, don Garcia de Toledo ; je suis allé à bord de leur capitane : vous ne sauriez vous imaginer à quel point les galères de Venise sont mal armées. Elles ont sans doute des armes et de l'artillerie, mais on ne combat pas sans hommes, et il m'est pénible de songer que le monde m'oblige à tenter quelque chose d'important, qu'il compte les galères dont je dispose, sans s'inquiéter de la qualité de ces...
Seite v - Ne voyons-nous pas les armes ottomanes se porter au delà du Tanaïs, du Volga, du Borysthène, de la mer d'Hyrcanie? Après avoir dévoré presque toute l'Asie, les Turcs s'emparent de Constantinople et se saisissent de la Grèce; ils renversent de son trône le soudan du Caire : l'Egypte et la Syrie, deux grandes puissances, tombent entre leurs mains; Soliman, de nos jours, a réduit en son pouvoir une partie de la Hongrie.
Seite 170 - Que c'est d'une belle el généreuse naissance ! s'écrie Brantôme. Celui qui avait été nourri eu maison champêtre comme pasteur, s'être rendu depuis si gentil, si galant, si honnête, si agréable, comme il a été, et sentant si peu sa nourriture rurale, ainsi que je l'ai vu en Espagne ! car il était fort beau et de fort bonne grâce, comme j'ai dit... Il avait bonne façon parmi les soldats. Il avait bien aussi bonne et belle grâce parmi les dames, desquelles il était fort doucement regardé...
Seite 197 - J'ai parlé de cette affaire avec quelques-uns des capitaines de l'avant-garde. Tous sont convenus avec bonne foi que, dans le moment où ils étaient le plus vivement chauffés par l'ennemi, ils n'ont jamais espéré de secours des vaisseaux de l'arrièregarde, et que la perte de l'escadre a été décidée du moment où les vaisseaux anglais ont pu nous doubler par la tête. A bord des vaisseaux de l'arrière-garde, la pensée d'appareiller et de se porter au fort du combat n'est venue à personne,...
Seite xliv - Ce n'est pas seue. lement à terre que les masses armées dépasseront tout calcul : la mer ne se couvrira pas de moins de bataillons, et la tactique, dont je me permets de contester si souvent les services, pourrait bien, dans une certaine mesure, reprendre ici ses droits. Je l'ai déjà dit dans un autre travail; je ne crains pas de le répéter, car il ya urgence à envisager une situation toute nouvelle, et, malheureusement, notre tendance a toujours été, — notre métier étant surtout un...
Seite xxx - ... pont d'or à celui des alliés qui, le premier, laisserait pressentir quelque inclination à se détacher de la ligue. La foi du Chrétien, la haine de l'Infidèle, affermirent, en cette occasion, les vues chancelantes de la politique. Pour la dernière fois, peut-être, on vit reparaître la ferveur qui entraîna jadis les peuples de l'Occident en Syrie, tant une conviction profonde a de force quand elle donne en même temps au monde un austère exemple! Plein de l'esprit divin, Pie V n'hésitait...
Seite xxv - Veniero, dit-il, pressait le départ et exhortait les généraux à aller chercher la flotte ottomane; Jean d'Autriche tirait en longueur, à peu près comme avait fait Doria l'année précédente. » Le reproche n'est pas fondé. De Thou méconnaît ou se fait un jeu d'oublier le plus sérieux embarras de don Juan : son frère Philippe II ne lui a pas livré les forces navales de l'Espagne sans prendre quelques précautions contre l'inexpérience qui les pourrait engager à la légère.
Seite v - ... s'établit d'abord dans la Perse et dans la Médie, y vivant de brigandages, et, pendant bien des années, ne faisant aucun bruit dans le monde : peu à peu ses forces s'accroissent; elle a l'audace d'envahir en armes des provinces chrétiennes; elle occupe la Cilicie, subjugue les Arméniens, combat les Thraces d'Asie et les Ciliciens de la Cappadoce, se répand comme un torrent jusqu'aux bords de l'Euphrate et du Tigre, soumet les habitants du mont Taurus et ceux du mont Amanus. Où s'arrêtera...

Bibliografische Informationen