Oeuvres de François-Guillaume-Jean-Stanislas Andrieux...

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 185 - Enfin Malherbe vint, et, le premier en France, Fit sentir dans les vers une juste cadence, D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir, Et réduisit la muse aux règles du devoir.
Seite 72 - Le triste pays que la Beauce ! Car il ne baisse, ni ne hausse ; Et de six choses d'un grand prix, Collines, fontaines, ombrages, Vendanges, bois et pâturages, En Beauce il n'en manque... que six. La...
Seite 53 - Oh! si l'on pouvait tenir registre des rêves d'un fiévreux, quelles grandes et sublimes choses on verrait sortir quelquefois de son délire!
Seite 510 - C'est par là que les rois sont semblables aux dieux. Du magnanime Henri qu'il contemple la vie : Dès qu'il put se venger, il en perdit l'envie : Inspirez à Louis cette même douceur ; La plus belle victoire est de vaincre son cœur. Oronte est à présent un objet de clémence ; S'il a cru les conseils d'une aveugle puissance, II est assez puni par son sort rigoureux, Et c'est être innocent que d'être malheureux.
Seite 501 - Ces paroles ne sont point bonnes à dire ; vous vivrez , s'il plaît à Dieu , bonnes et longues années. Il n'ya point de félicité au monde pareille à la vôtre. Vous n'êtes qu'en la fleur de votre âge...
Seite 18 - Le champ qui les reçut les rend avec usure. Une autre. Il commande au soleil d'animer la nature, Et la lumière est un don de ses mains : Mais sa loi sainte, sa loi pure Est le plus riche don qu'il ait fait aux humains.
Seite 512 - Il dit aux capitaines qui étaient demeurés à Paris : « Partez en diligence, donnez-y ordre, » vous m'en répondrez. Quoi ! si l'on ruine mon peuple, » qui me nourrira, qui soutiendra les charges de l'État , » qui payera vos pensions, messieurs ? Vive Dieu ! s'en » prendre à mon peuple, c'est s'en prendre à moi...
Seite 32 - Les vers sont faciles, bien tournés ; » style comique, détails brillans : mais une action » faible ; cela n'a point de corps, point de soutien ; » c'est une pelure d'oignon brodée en paillettes d'or et » d'argent » (tels furent ses propres mots).
Seite 152 - ... Philosophiquement parlant, et abstraction respectueuse faite de toutes les inductions qu'on pourrait tirer des livres sacrés, dont il ne s'agit certainement pas ici, la langue primitive n'est-elle pas une plaisante chimère ? Que diriez-vous d'un homme qui voudrait rechercher quel a été le cri primitif de tous les animaux, et comment il est arrivé que dans une multitude de siècles les moutons se soient mis à bêler, les chats à miauler, les pigeons à roucouler, les linottes à siffler...
Seite 163 - Quant à moi, effrayé des difficultés qui se multiplient, et convaincu de l'impossibilité presque démontrée que les langues aient pu naître et s'établir par des moyens purement humains, je laisse à qui voudra l'entreprendre la discussion de ce difficile problème, lequel a été le plus nécessaire de la société déjà liée à l'institution des langues, ou des langues déjà inventées à l'établissement de la société.