Histoire des druides et particulièrement de ceux de la Calédonie, d'après Smith ; suivie de Recherches sur les antiquités celtiques et romaines des arrondissements de Poligny et de St.-Claude ; et d'un Mémoire sur les tourbières du Jura

Cover
Impr. A. Javel, 1845 - 207 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 93 - C'est de lui que nous vient cet art ingénieux De peindre la parole et de parler aux yeux, Et par les traits divers de figures tracées, Donner de la couleur et du corps aux pensées".
Seite 6 - On allumait, à cette occasion, dit M. David de Saint-Georges, traducteur d'Ossian (dans des recherches manuscrites qu'il a laissées , touchant plusieurs lieux du département du Jura), on allumait un grand feu sur une hauteur , à portée d'une fontaine ou d'un amas d'eau quelconque, et l'on y faisait de grandes réjouissances. Cet usage, ajoute-t-il, s'est conservé par les feux que les bergers de nos campagnes , où le printemps est plus reculé , allument encore la veille de la Saint-Jean ,...
Seite 34 - Nîmes, oit l'on voit au revers un crocodile attaché à un palmier , et la légende Col. Nem. , Colonia. Nemensis , prouve , de concert avec d'autres monuments , que Nîmes fut bâti par des légions égyptiennes. Pourquoi d'autres légions du même pays ou de la même région n'auroient - elles pas bai Mauriana ? Pourquoi leurs vétérans ne s'y seroient-ils pas établis ? Cette colonie étoit toute militaire , et destinée probablement à conserver les voies romaines dans cette contrée , comme...
Seite 27 - ETC. 27 considère comme telles, d'après la tradition, une partie des voûtes qui forment les immenses souterrains des Salines. Leur style m'a paru appartenir à celui des édifices de ce genre élevés dans le Bas-Empire. Le village de B'.egny, situé à peu de distance de Salins et Sur le penchant de la montagne , offre dans son nom des traces du culte de l'Apollon celtique. Ce n'est qu'une légère altération -de JBel-en-i, la fontaine de Bal ou Bilinus.
Seite 53 - Musa mea est index nimium quoque vera malorum. 60 atque incorrupt! pondera testis habet. nee liber ut fieret, sed uti sua cuique daretur littera, propositum curaque nostra fuit. postmodo collectas utcumque sine ordine iunxi : hoc opus electum ne mihi forte putes. 66 da veniam scriptis, quorum non gloria nobis causa, sed utilitas officiumque fuit.
Seite 3 - DAVID DE SAINT-GEORGES. Recherches sur les antiquités celtiques et romaines des arrondissements de Poligny et de Saint-Claude. Arbois, an XII, in-8°. DUNOD (F.-J). Tome I. Histoire des Sèquanns et de la province Séquanoisc. Dijon, 1737, in -4°.
Seite 5 - ... Bal a primitivement désigné le soleil , et que Beau en est la traduction. Il dit , par conséquent , que Bal et Bel étaient la même chose. David de SaintGeorges dit , à son tour, que « Beil est la plus ancienne et la plus raisonnable des étymologies de l'épithète bel, beau, etc., parce que les idées métaphysiques ne pouvant être rendues que par des mots qui expriment l'objet physique le plus analogue , il était tout simple que le nom du soleil , le plus bel emblème de la divinité...
Seite 22 - Poligny, etc., des carns ou monticules qui furent les tombeaux des chefs des Gaulois. Je ne tarderai pas à les examiner avec attention. L'enceinte d'Arbois ne présente pas d'antiquités romaines, mais ses environs en sont couverts. On y déterre si fréquemment des médailles romaines, que dans moins de quatre mois j'en ai recueilli plus deux cents, la plupart du siècle des Antonins, et quelques-unes de Tacite, Maximien, Constantin, Constance, etc. Dans quelques parties de la forêt communale,...
Seite 24 - ... l'épitaphe d'un diacre romain; elle est encore dans le cabinet de M. Droz. Les mêmes travaux mirent au jour plusieurs autres tombeaux en tuf, dont quelques-uns étoient couverts de pierre, mais ils furent aussitôt détruits par les ouvriers , et l'on n'a pu faire aucune observation à cet égard. A Vaudrey , distant d'environ deux lieues d'Arbois, quelques creusages ont procuré quantités de vestiges d'anciens édifices de la plus élégante construction, des mosaïques, des marbres rares...
Seite 31 - Isernore (<z), qui a conservé son nom dans le même emplacement, et où l'on voit encore les restes d'un temple dédié à Mercure, suivant l'inscription qu'on ya trouvée. Le professeur Dunod, dans son histoire des Séquanois ( tome Ier. , page 131 et suivants ), a réfuté ces méprises; dès la publication de son ouvrage, une inscription trouvée à Avenches, placée jadis sur une de ses portes, et qui lui donne le...

Bibliografische Informationen