D'ou nous venons, ou nous allons, ou nous sommes, ou Le lien des sphères et l'analogie des fonctions

Couverture
Office de publicité, 1858 - 190 pages

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 11 - Il sera créé et organisé un établissement général de Secours publics, pour élever les enfants abandonnés, soulager les pauvres infirmes, et fournir du travail aux pauvres valides qui n'auraient pas pu s'en procurer.
Page 130 - ... aujourd'hui les plus connus ; qu'elle a au contraire mis à sec le fond de la dernière mer, et en a formé les pays aujourd'hui habités ; que c'est depuis cette révolution que le petit nombre des individus épargnés par elle se sont répandus et propagés sur les terrains nouvellement mis à sec, et par conséquent que...
Page 130 - Mais ces pays aujourd'hui habités, et que la dernière révolution a mis à sec, avaient déjà été habités auparavant, sinon par des hommes, du moins par des animaux terrestres : par conséquent une révolution précédente, au...
Page 130 - Dolomieu, que s'il ya quelque chose de constaté en géologie , c'est que la surface de notre globe a été victime d'une grande et subite révolution , dont la date ne peut remonter beaucoup au delà de cinq ou six mille ans...
Page 80 - La division déjà effectuée fut reconnue pour la première fois le 29 du même mois, dans l'Amérique septentrionale, et en Europe, vers le milieu et à la fin du mois de janvier 1846. Le nouvel astre, le plus petit des deux, précédait le plus grand dans la direction du Nord. La distance de l'un à l'autre fut d'abord de 3' ; plus tard, le 20 février, elle était de 6', d'après l'intéressant dessin d'Otto Struve.
Page 143 - ... que chacun des étages qui se sont succédé dans les âges du monde renferme sa faune spéciale, bien tranchée, distincte des faunes inférieures et supérieures, et que ces faunes ne se sont pas succédé par passage de forme, ou par remplacement graduel, mais bien par anéantissement brusque. Comme, en effet, on ne rencontre, nulle part, de transition...
Page 80 - L'éclat de chacune des comètes était changeant, de sorte que le second astre, augmentant peu à peu d'intensité, surpassa quelque temps en lumière la comète principale. Les enveloppes nébuleuses qui entouraient chaque noyau n'avaient aucun contour déterminé ; celle qui entourait la plus grande comète offrait un gonflement peu lumineux vers le sud-sud-ouest, mais la partie du ciel qui les séparait fut notée par M.
Page 75 - Elles ont rendu d'importants services à la navigation et à la géographie; mais leur plus grand bienfait est d'avoir dissipé les craintes produites par les phénomènes célestes, et détruit les erreurs nées de l'ignorance de nos vrais rapports avec la nature; erreurs et craintes qui renaîtraient promptement, si le flambeau des sciences venait à s'éteindre.
Page 127 - Quant à la manière dont l'impulsion une fois produite aurait donné naissance aux effets observés, M. Durocher conçoit, qu'une grande masse d'eau, partie des régions polaires, et probablement accompagnée de glace, est venue inonder les contrées septentrionales, depuis le Groenland jusqu'à la chaîne des monts Ourals.
Page 80 - Poulkova, comme libre de toute nébulosité. Quelques jours plus tard, le lieutenant Maury aperçut, à Washington, des rayons que l'ancienne comète envoyait vers la nouvelle, de sorte que, pendant quelque temps, il y eut une sorte de pont jeté de l'une à l'autre. Le 24 mars, la petite comète, diminuant insensiblement d'éclat, n'était déjà presque plus reconnaissable. On vit encore la plus grande durant quelque temps ; vers le 20 avril, elle disparut à son tour.

Informations bibliographiques