Tradition de l'église sur l'institution des évêques

Cover
Demengeot et Goodman, 1830 - 409 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 13 - Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux et tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux; et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux ». Matt.
Seite 36 - ... par où l'on voit qu'il n'ya ni ne peut y avoir nulle espèce de loi fondamentale obligatoire pour le corps du peuple, pas même le contrat social.
Seite 31 - ... sainte cité ; l'autre en livra aux rois de la terre le dépôt le plus intime, la parole, le culte, les sacrements, les clefs, l'autorité, les censures, la foi même : tout enfin est mis sous le joug, et toute la puissance ecclésiastique étant réunie au trône royal, l'Église n'a plus de force qu'autant qu'il plaît au siècle.
Seite 36 - Si donc le peuple promet simplement d'obéir, il se dissout par cet acte, il perd sa qualité de peuple ; à l'instant qu'il ya un maître , il n'ya plus de souverain , et dès lors le corps politique est détruit.
Seite 6 - Juste, et également respecté par les chrétiens et par les juifs : ce n'était pas lui que Paul devait venir voir ; mais il est venu voir Pierre, et le voir selon la force de l'original, comme on vient voir une chose pleine de merveilles et digne d'être recherchée, « le contempler, l'étudier, dit saint Jean Chrysostome, et le voir comme plus grand aussi bien que plus ancien que lui », dit le même Père : le voir néanmoins, non pour être...
Seite 24 - Léon (2) , prononce que tout ce que Jésus-Christ a donné aux autres évêques , il le leur a donné par Pierre...
Seite 26 - ... lorsqu'il violait ses serments. Sans doute la cour de Rome avait manifesté une ambition usurpatrice, et les rois devaient se mettre en garde contre sa toute-puissance; mais il aurait été trop heureux pour les peuples que des souverains despotiques reconnussent encore au-dessus d'eux un pouvoir venu du ciel, qui les arrêtait dans la route du crime * ; et si les Papes, au lieu de tomber...
Seite 256 - Par cette constitution tout est fort dans l'Eglise, parce que tout y est divin et que tout y est uni , et comme chaque partie est divine, le lien aussi est divin , et l'assemblage est tel que chaque partie agit avec la force du tout.
Seite 228 - Rome, une sentence irréformable a été portée contre Hilaire , à cause de ceux qu'il a illégitimement ordonnés. CETTE SENTENCE N'AVAIT PAS BESOIN DE NOTRE SANCTION IMPÉRIALE POUR ÊTRE EXÉCUTÉE DANS LES GAULES ; car que ne peut pas dans les églises l'autorité d'un si grand pontife ? Cependant nous avons cru devoir porter cette constitution pour empêcher que dans la suite Hilaire, à qui la seule clémence du Pape laisse encore la qualité d'évêque ou...
Seite 22 - Par la même raison, on ne devrait pas non plus s'en rapporter aux évêques et aux prêtres, quand ils parlent de leur dignité. Nous devons dire tout le contraire; car Dieu inspire à ceux qu'il place dans les rangs les plus sublimes de son Église, des sentiments de leur puissance conformes à la vérité, afin que s'en servant dans le Seigneur avec une sainte liberté et une pleine confiance, quand l'occasion le demande, ils vérifient cette parole de l'apôtre : Nous avons reçu l'esprit...

Bibliografische Informationen