Précis analytique des travaux de l' Académie. [With] Tables des matières, de 1876 à 1911, par E. Chardon

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 22 - C'est un ordre des dieux qui jamais ne se rompt, De nous vendre un peu cher les grands biens qu'ils nous font. L'exil des Tarquins même ensanglanta nos terres , Et nos premiers consuls nous ont coûté des guerres. MAXIME. Donc votre aïeul Pompée au ciel a résisté Quand il a combattu pour notre liberté?
Seite 31 - L'effet n'y répond pas toujours à l'apparence; On s'y laisse duper autant qu'en lieu de France; Et parmi tant d'esprits plus polis et meilleurs, II y croit des badauds autant et plus qu'ailleurs. Dans la confusion que ce grand...
Seite 145 - En un mot , les animaux sentent, connaissent , pensent ; mais l'homme est le seul de tous les êtres créés à qui ce pouvoir ait été donné , de sentir qu'il sent , de connaître qu'il connaît, de penser qu'il pense.
Seite 334 - Chaque ouvrage manuscrit portera en tête une devise qui sera répétée sur un billet cacheté contenant le nom et le domicile de l'auteur.
Seite 28 - D'un seul commandement que je fais aux trois Parques, Je dépeuple l'État des plus heureux monarques ; Le foudre est mon canon, les Destins mes soldats : Je couche d'un revers mille ennemis à bas. D'un souffle je réduis leurs projets en fumée ; Et tu m'oses parler cependant d'une armée...
Seite 29 - Penses-tu qu'en effet je l'aime plus que toi ? L'amour et l'hyménée ont diverse méthode : L'un court au plus aimable, et l'autre au plus commode. Je suis dans la misère et tu n'as point de bien, Un rien s'assemble mal avec un autre rien.
Seite 346 - Rapport fait à l'Académie des inscriptions et belles-lettres, au nom de la Commission des antiquités de la France , par M. Léon Renier , lu dans la séance publique annuelle du 2 décembre 1859, in-4".
Seite 26 - Faute de le connaître, on l'habille en fureur; Et loin d'en faire envie, on nous en fait horreur. Lui seul de ses effets a droit de nous instruire; Notre plume à lui seul doit se laisser conduire : Pour en bien discourir, il faut l'avoir bien fait; Un bon poète ne vient que d'un amant parfait'.
Seite 25 - II ne m'en coûte rien, moi-même j'en sais faire; Mais elle est à l'épreuve, et comme héréditaire. Si nous avons lignée, elle en pourra tenir. Mon père en mon jeune âge eut soin de m'en fournir; Ma mère, mon aïeul, mes oncles et mes tantes Ont été de tout temps et galants et galantes.
Seite 120 - Si l'étude de cette face de l'esprit humain a sa haute utilité, il faut aussi convenir qu'elle ne laisse pas d'être affligeante ; mais malheur à l'écrivain qui ne verrait, dans l'histoire de ces erreurs, que des sujets propres à faire rougir l'homme de ses faiblesses, sans y chercher l'occasion de relever son courage par l'idée de sa force et de sa puissance. S'il est vrai que chacun de nos pas vers la perfectibilité est accompagné de quelque fatale tentative, il ne l'est pas moins que toute...

Bibliografische Informationen