Supplément à la biographie de Mr Nicolas-Frédéric de Mulinen: avoyer du Canton de Berne, insérée dans le IXe volume du Geschicht-Forscher

Cover
Impr. des Frères Blanchard, 1837 - 51 Seiten
0 Rezensionen
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 41 - Fribourg, que les membres de ces gouvernements répondront personnellement de la sûreté individuelle et des propriétés des habitants du pays de Vaud qui se seraient adressés ou pourraient s'adresser encore à la République française pour réclamer, en exécution des anciens traités, sa médiation à l'effet d'être maintenus ou réintégrés dans leurs droits.
Seite 41 - Directoire exécutif arrête qu'il sera déclaré par le ministre de la République française près les cantons helvétiques, aux gouvernements de Berne et Fribourg, que les membres de ces gouvernements répondront personnellement de la sûreté individuelle et des propriétés des habitants du Pays de Vaud qui se seraient adressés ou pourraient s'adresser encore à la République française, pour réclamer...
Seite 28 - Laharpe avec toute l'amitié possible, je trouvai en lui un homme doux, un homme aimable, regrettant le cours qu'avait pris notre révolution , se réunissant à nous pour solliciter une diminution dans la somme imposée , rédigeant lui-même le mémoire qui dans le but de l'obtenir fut placé sous les yeux du gouvernement français , et gagnant par toute sa conduite dans cette affaire mon estime et mon attachement.
Seite 41 - ... avaient été adressées pour le rétablissement des Vaudois dans• leurs droits politiques, conclut à ce que ces droits leur soient enfin garantis. Sur son rapport le directoire prend le jour même un arrêté qui charge le ministre de la république près les cantons helvétiques, de déclarer aux gouvernemens de Berne et de Fribourg que les membres de ces gouvernemens répondront personnellement de la sûreté individuelle et des propriétés des habitans du pays de Vaud qui se .•sera1ent...
Seite 17 - Ainsi périt à la fleur de son âge, dans une ren« contre inopinée , le général La Harpe , militaire « d'une valeur accomplie, d'une vertu plus parfaite « encore. Aimé de tous pendant sa vie, pleuré de tous « après sa mort, il mérita que ses contemporains « accusassent de sa fin déplorable , quoique sans fon« dement, celui qu'ils supposaient jaloux de qualités
Seite 13 - ... ne permettoit pas de suspecter la bonne foi, il ne lui füt pas difficile d'effrayer le Prince sur les dangers que courroient ses petits-fils. Induit en erreur par cette insigne tromperie, le Prince promit de transmettre tout ce qu'il venoit d'entendre...
Seite 18 - Heureux homme , telle« ment au-dessus des autres dans l'opinion publique , « que son trépas ne fut point attribué au hasard , mais « à un forfait médité. >> 1796. « tandis que cette grande production service rait pendant des siècles à l'ornement de la « capitale et à la gloire de la France.
Seite 16 - Il existoit alors , à une lieue de Genthod , près le Nant de Braille, une vieille borne, marquée de la croix de Savoie, et placée à la limite des territoires français et suisse. Souvent dans mes promenades solitaires, mes pas...
Seite 25 - Baillif de Morges , en l'autorisant à la transmettre à ses collègues de Berne. L'impression qu'elle y produisit fut forte ; mais le moyen d'écouter un homme envers lequel on avoit eu des torts graves , s'avisant de donner des conseils à des patriciens ses anciens maîtres ! Une recrudescence de mesures imprudentes et sévères s'en suivit, au contraire.
Seite 44 - reconnoître dans l'Empereur -citoyen , qui » règne sur le '/3 de l'Europe et de l'Asie , le » généreux ami qui respecta son indépendance » et sa liberté , et qui les fit respecter par d'au

Bibliografische Informationen