Mélanges

Cover
G. Bridel, 1849 - 576 Seiten
0 Rezensionen
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 190 - Coppet; quelques gens d'armes étaient renfermés dan* le château. « Quand cette » faible garnison fut avertie que l'ennemi s'avançait à » grande force , elle eut grand peur , et non sans cause. » Sur quoi regardèrent ensemble que mieux vallait s'en» fuir là où ils pourraient emporter leurs biens , que de » perdre leur vie. Ce que firent, (en se débandant), l'un > de ça l'autre de là » ; en jettant leurs cottes d'armes et bassinets 5. Abandonnés de la sorte par leurs défenseurs,...
Seite 349 - J. deMùller (1. cp 95) fait un tableau absolument faux de la disposition d'esprit du duc Charles après la bataille de Morat.
Seite 252 - Le cardinal Jules de la Rovère , du titre de Saint-Pierre aux Liens, évêque titulaire de Lausanne", était en route pour se rendre dans son diocèse , dont il n'avait point encore pris possession, lorsque le roi Louis XI le fit arrêter à son passage à Lyon , et le retint dans cette ville pendant plusieurs semaines , dans une sorte de captivité plus ou moins déguisée , afin d'empêcher ce prélat d'arriver à temps pour prévenir , par son influence , une nouvelle rencontre entre le duc de...
Seite 252 - Lyon , et le retint dans cette ville pendant plusieurs semaines , dans une sorte de captivité plus ou moins déguisée , afin d'empêcher ce prélat d'arriver à temps pour prévenir , par son influence , une nouvelle rencontre entre le duc de Bourgogne et les Suisses*. En attendant, cette grande...
Seite 347 - ... chose ne povons bonnement croire, consideré mesmement que ledict Loys Taillant est venu par devers nous et ne nous a parlé que de bonnes parolles, soustenant toujours le bien de la maison de Savoye. Neantmoins, nous avons sceu que pour ladicte cause 1. Ludovic Taglianti, natif d'Ivrée en Piémont, seigneur de Saint-Hilaire en Bourgogne, terre qui lui avait été donnée par le duc Charles le Hardi, au service duquel il était entré. C'est lui qui, lors de l'enlèvement de la duchesse de Savoie,...
Seite 382 - ... renoncer à aucun prix. Dès lors ces deux villes exercèrent sur ce pays une prépondérance qui balançait l'autorité précaire des ducs de Savoie. Elles devinrent les arbitres de toutes les dissensions intérieures suscitées par les (actions, non-seulement à Lausanne et a Genève, mais aussi à la cour de Chambéry et a celle de Turin.
Seite 436 - Prccy. (vide supra.) 441 tence de plusieurs juridictions indépendantes les unes des autres dût, en apparence, faire naître des conflits plus ou moins sérieux entre les officiers du duc . du prince et des seigneurs bannerets. Jacques de Savoie prenait dans tous les actes publics le titre de COMTE DE ROMONT , auquel il ajoutait celui de SEIGNEUR ou de BARON DE V.vLD.
Seite 114 - Nos ancêtres ont fait de grandes fautes; ils ont aidé à détruire la maison de Bourgogne, qui les défendait du voisinage de la France.
Seite 332 - Âvant d'être informé de la victoire remportée par les Suisses, Louis avait expédié en toute hâte, de Lyon* vers eux, un homme de confiance pour prévenir une nouvelle bataille que ses émissaires lui avaient annoncée comme prochaine et pour les inviter à s'abstenir de toute nouvelle entreprise contre le duc de Bourgogne et la maison de Savoie, jusqu'à la conclusion d'une paix à laquelle on travaillait. Ce courrier français passa à Genève le samedi 22 juin et n'arriva au camp des alliés...
Seite 427 - Bourgogne, dans lesquelles il est dit : que par le traité de paix nouvellement fait entre le Roi de France et le duc de Bourgogne, ce dernier avait reçu les ville, châtel et châtellenie de Bar-sur-Seine.