Le barbier de Séville; ou, La précaution inutile: comédie en quatre actes

Cover
D.C. Heath & Company, 1910 - 106 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 91 - And if I laugh at any mortal thing, 'Tis that I may not weep...
Seite 31 - Telle bouche le recueille, et •piano, piano, vous le glisse en l'oreille adroitement. Le mal est fait ; il germe, il rampe, il chemine, et rinforzando de bouche en bouche il va le diable ; puis tout à coup, ne sais comment, vous voyez calomnie se dresser, siffler, s'enfler, grandir à vue d'œil.
Seite 9 - ... le mauvais, me moquant des sots, bravant les méchants, riant de ma misère et faisant la barbe à tout le monde ; vous me voyez enfin établi dans Séville, et prêt à servir de nouveau Votre Excellence en tout ce qu'il lui plaira m'ordonner.
Seite 6 - FIGARO. — C'est lui-même, Monseigneur. LE COMTE. — Maraud ! si tu dis un mot... FIGARO. — Oui, je vous reconnais; voilà les bontés familières dont vous m'avez toujours honoré.
Seite 7 - FIGARO. Voilà précisément la cause de mon malheur, Excellence. Quand on a rapporté au ministre que je faisais, je puis dire assez joliment , des bouquets à Chloris ; que j'envoyais des énigmes aux journaux , qu'il courait des madrigaux...
Seite 8 - LE COMTE. Ta joyeuse colère me réjouit. Mais tu ne me dis pas ce qui t'a fait quitter Madrid. FIGARO. C'est mon bon ange, Excellence, puisque je suis assez heureux pour retrouver mon ancien maître. Voyant à Madrid que la république des lettres...
Seite 4 - qui ne vaut pas la peine d'être dit, on le chante.

Bibliografische Informationen