Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments

Cover
F. Lazare, 1844 - 702 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 399 - A ces causes et autres à ce nous mouvans, de l'avis de notre Conseil, et de notre certaine science, pleine puissance et autorité royale, nous avons, par ces présentes signées de notre main, dit, déclaré, et ordonné, disons, déclarons et ordonnons, voulons et nous plaît ce qui suit : Art.
Seite 255 - Je l'aime tendrement, jusques à ses verrues et à ses taches. Je ne suis français que par cette grande cité; grande en peuples, grande en félicité de son assiette, mais surtout grande et incomparable en variété et diversité de commodités, la gloire de la France, et l'un des plus nobles ornements du monde.
Seite 326 - Au banquet de la vie, infortuné convive, J'apparus un jour, et je meurs : Je meurs, et sur ma tombe, où lentement j'arrive, Nul ne viendra verser des pleurs.
Seite 255 - Je ne veux pas oublier ceci, que je ne me mutine jamais tant contre la France que je ne regarde Paris de bon œil; elle a mon cœur dès mon enfance. Et m'en est advenu comme...
Seite 87 - DE DIEU, roi de France et de Navarre, à tous présents et à venir, salut. Nous avons proposé, les Chambres ont adopté, nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit : TITRE PREMIER. DH DROIT DE PÈCHE. Article 1".
Seite 150 - Sur ce qui a été représenté au Roi étant en son Conseil que...
Seite 39 - Au nom du peuple français, Bonaparte, premier consul, proclame loi de la république le décret suivant, rendu par le corps législatif le...
Seite 207 - Un petit espalier couvert de cinq abricotiers et de dix pêchers fait tout mon fruitier. Je n'ai point de ruches à miel, mais j'ai le plaisir tous les jours de voir les abeilles voltiger sur les fleurs de mes arbres , et , attachées à leur proie, s'enrichir du suc qu'elles en tirent sans me faire aucun tort.
Seite 277 - C'est grande pitié, Monsieur, quand le valet chasse le maître. Au reste, mon âme est à Dieu, ma foi à mon roi, mon corps entre tes mains des méchans , ils en feront ce qu'ils voudront. Vous me parlez d'assembler le parlement : mais quand la majesté du prince est violée, le magistrat n'a plus d'autorité...
Seite 18 - Fait au Conseil d'État du Roi, Sa Majesté y étant, tenu à Versailles le vingt-six novembre mil sept cent cinquante-sept.

Bibliografische Informationen