Revue de Bretagne de Vendée & d'Anjou, Band 7

Cover
O. de Gourcuff, 1892
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 437 - La Commune de Paris se hâte d'informer ses frères de tous les départements, qu'une partie des conspirateurs féroces détenus dans les prisons a été mise à mort par le...
Seite 79 - Où sont-ils, les marins sombres dans les nuits noires? O flots, que vous savez de lugubres histoires! Flots profonds redoutés des mères à genoux! Vous vous les racontez en montant les marées, Et c'est ce qui vous fait ces voix désespérées Que vous avez le soir quand vous venez vers nous!
Seite 437 - Paris se hâte d'informer ses frères de tous les départemens, qu'une partie des conspirateurs féroces, détenus dans les prisons, a été mise à mort par le peuple; actes de justice qui lui ont paru indispensables pour retenir par la terreur les légions de traîtres renfermés dans ses murs, au moment où il allait marcher à l'ennemi ; et sans doute la nation, après la longue suite de trahisons qui l'a conduite sur les bords de l'abîme, s'empressera d'adopter ce moyen si utile et si nécessaire,...
Seite 189 - De quoi vous plaignez» vous ? lui répondit-il ; de tous les vices de la famille , vous ne m'avez laissé que celui-là. » Blessé en duel par M. de La TourMaubourg , il reçut la visite du comte de Mirabeau. Le vicomte remercia son frère en le reconduisant. «Ma reconnaissance, lui dit» il, est d'autant plus vive, que vous ne me donnerez jamais l'occa» sion d'aller vous visiter pour un pareil sujet.
Seite 8 - A dit que non. Lecture à lui faite du présent son interrogatoire, et à lui interprété en langue allemande, a dit que ses réponses contiennent vérité, ya persisté et a signé. Fait le jour et an que dessus, et soit communiqué au procureur fiscal.
Seite 256 - ... d'un poète qui a suivi la route de l'Art, les yeux toujours fixés, comme un berger de l'Ecriture, sur l'étoile de l'Idéal ; d'un poète qui serait au premier rang, s'il n'était pas né dans un siècle qui a donné à la France Alfred de Musset, Lamartine et Victor Hugo, et dans lequel vous avez eu, Messieurs, l'orgueil de compter de tels hommes dans vos rangs. Nous pouvons encore contempler l'admirable vieillesse de l'auteur de la Légende des Siècles, mais ceux qui ont écrit Jocelyn et...
Seite 352 - Fleur de Lys mouille près de nous; elle a conduit à Tunis les réfugiés de Chio, et dans un second voyage elle a porté à Syra Favier et ses troupes qu'on y a reçus à coups de fusil. On ya même tenté d'assassiner le général, qui n'est parvenu à dissiper la populace que le sabre à la main et la baïonnette au bout du fusil, à la tête d'une poignée de braves qu'il ramenait. Le soir, tous les anciens élèves de l'École polytechnique embarqués sur les divers bâtiments de la division...
Seite 436 - D'après cela , on ne sera point étonné que Danton , voulant envoyer, au mois de septembre 1792, en Bretagne, un homme à lui, sous prétexte de visiter les ports et d'examiner les inspecteurs, détermina le ministre de la marine à lui donner une commission ; mais, comme ces sortes de commissions doivent être signées de tous les membres du Conseil , Roland s'y refusa. « De deux choses l'une , dit-il à Monge , ou vos employés à la marine font leur devoir , ou ils ne le font pas ; et...
Seite 434 - Duffort, lesquels auront avec nous la signature, sous notre inspection, attendu que le tout est sous notre plus grave responsabilité à nous quatre soussignés. « Les administrateurs de police et de surveillance : PIERRE DUPLAIN, PANIS, SERGENT, JOURDEUIL. « Fait à la Mairie, le 2 septembre 92, an I" '. » i Dossier des massacres de septembre , 1'° liasse.
Seite 186 - La noblesse de ma province avait fourni sept compagnies; on en comptait une huitième de jeunes gens du tiers état : l'uniforme gris de fer de cette dernière compagnie différait de celui des sept autres, couleur bleu de roi avec retroussis à l'hermine. Des hommes attachés à la même cause et exposés aux mêmes dangers perpétuaient leurs inégalités politiques par des signalements odieux : les vrais héros étaient les soldats plébéiens, puisque aucun intérêt personnel ne se mêlait a...

Bibliografische Informationen