Études sur l'histoire de l'humanité, Band 8

Cover
Meline, Cans et compagnie

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 74 - L'Eglise, en nous enseignant qu'il est utile de prier les Saints, nous enseigne à les prier dans ce même esprit de charité, et selon cet ordre de société fraternelle qui nous porte à demander le secours de nos frères vivants sur la terre, et le Catéchisme du concile de Trente conclut de cette doctrine que si la qualité de Médiateur, que...
Seite 456 - Calons, les Scipions. Vous y verrez vos prédécesseurs et tous vos ancêtres, qui sont sortis de ce monde dans la foi. Enfin il n'y aura aucun homme de bien, aucun esprit saint, aucune âme fidèle, que vous ne voyiez là avec Dieu. Que peut-on penser de plus beau, de plus agréable, de plus glorieux que ce spectacle?
Seite 494 - La religion protestante est tolérante par principe , elle est tolérante essentiellement; elle l'est autant qu'il est possible de l'être , puisque le seul dogme qu'elle ne tolère pas est celui de l'intolérance. Voilà l'insurmontable barrière qui nous sépare des catholiques , et qui réunit les autres communions entre elles ; chacune regarde bien les autres comme étant dans l'erreur ; mais nulle ne regarde ou ne doit regarder cette erreur comme un obstacle au salut...
Seite 512 - Cependant les lamentations étaient grandes de l'inhumanité qu'on exerçait pour abolir la religion ; même que d'heure en heure on attendait une horrible boucherie pour exterminer tous les pauvres fidèles. Je répondis simplement à telles objections que s'il s'épeudait une seule goutte de sang, les rivières en découleraient par toute l'Europe.
Seite 456 - ... étoit devenu païen en mettant des païens impies, et jusqu'à un Scipion épicurien, jusqu'à un Numa, l'organe du démon pour instituer l'idolâtrie chez les Romains, au rang des âmes bienheureuses. Car à quoi nous servent le baptême, les autres sacrements, l'Écriture et Jésus-Christ même, si les impies, les idolâtres et les épicuriens sont saints et bienheureux? Et cela, qu'est-ce autre chose que d'enseigner que chacun peut se sauver dans sa religion et dans sa croyance1?
Seite 503 - I, p. 201, a.). dant qu'il mêlait les princes et les potentats avec le pape et les évêques : et prononcer généralement, comme il faisait, que le chrétien n'était sujet à aucun homme, c'était, en attendant l'interprétation , nourrir l'esprit d'indépendance dans les peuples et donner des vues dangereuses à leurs conducteurs. Joint que mépriser les puissances soutenues par la majesté de la religion, était encore un moyen d'affaiblir les autres.
Seite 207 - Puissance m'a été donnée dans le ciel et sur la terre. — Il a conféré ce double pouvoir à saint Pierre en lui donnant les deux clefs et les deux glaives. D'ailleurs, par cela même que l'Église a le pouvoir spirituel, elle doit avoir le pouvoir temporel ; en effet, les choses temporelles ne peuvent être réglées que d'après le spirituel, de même que le moyen est subordonné au but. » Le jour où le pape posa son pied triomphant sur la...
Seite 456 - Là, expliquant l'article de la vie éternelle, il dit à ce prince, • Qu'il doit espérer de voir l'assemblée de tout ce qu'il ya eu d'hommes saints, courageux, fidèles et vc-tueux dès le commencement du monde<.
Seite 220 - ... vingt ou trente, les archidiacres sept, les doyens et leurs inférieurs deux. Tel était le luxe légal. Est-ce là ce que saint Jérôme appelait le strict nécessaire? Le luxe n'était pas le plus grand vice des bénéficiers; on pourrait dire plutôt que c'était la cupidité.
Seite 250 - Justinien; ceuxlà cherchent à élever l'Église et son chef, le pape, au-dessus des rois, en vertu d'un prétendu droit divin ; ceux-ci ne connaissent d'autre souverain que le prince, d'autre droit que la loi écrite; les premiers veulent absorber l'État dans l'Église, les derniers veulent dominer l'Église au nom de l'État. Cette contrariété de principes explique et justifie suffisamment la lutte des clercs et des légistes. On l'a rabaissée en imputant des sentiments de jalousie et de haine...

Bibliografische Informationen