De l'Idolâtrie chez les anciens et les modernes: Traité de la science des mythes dans son application aux formes du judaïsme et du christianisme

Cover
au Dépôt, 1850 - 240 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 192 - Je veux dire, mes frères, que la chair et le sang ne peuvent posséder le royaume de Dieu, et que la corruption ne possédera point cet héritage incorruptible.
Seite 17 - LA liberté, n'étant pas un fruit de tous les climats, n'est pas à la portée de tous les peuples. Plus on médite ce principe établi par Montesquieu, plus on en sent la vérité; plus on le conteste, plus on donne occasion de l'établir par de nouvelles preuves.
Seite 191 - Si quelqu'un vient à moi, disait-il, et ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple (2).
Seite 72 - ... principe infini, et autres choses semblables. » Je lui demandai d'où émanent les éléments de la nature ? « De la volonté de Dieu , me dit-il , laquelle s'étant saisie de sa perfection , en a orné tous les autres éléments et les semences viables qu'il a créées ; car l'intelligence c'est Dieu , possédant la double fécondité des deux sexes, qui est la vie et la lumière de son intelligence; il créa avec son Verbe une autre intelligence opérante ; il est aussi Dieu Feu et Esprit...
Seite 16 - Dans le bonheur à'autrui je cherche mon bonheur. (Corneille.) iVe fais à AUTRUI que ce que tu voudrais qui te fût fait à toi-même.
Seite 41 - Dup.), ou dans les planisphères célestes qui en sont la représentation, qu'on obtient l'explication des symboles religieux, et de tous les emblèmes de la mythologie ancienne et moderne. Là seulement, on peut découvrir les causes célestes ; la nature et l'objet des formes attributives, simples ou composées, et des fonctions assignées aux personnages de l'olympe ; ceux du rôle fictif des patriarches et demi-dieux des temps primitifs et héroïques.
Seite 193 - ... puisse ôter la corruption et la pesanteur à la chair qu'il rendra immortelle, sans détruire ni sa nature, ni la configuration de ses membres. Comme la religion enseigne que les premiers hommes ne seraient point morts s'ils n'eussent péché, elle enseigne aussi que les bienheureux reprendront, dans la résurrection, les mêmes corps qu'ils ont eus en cette vie ; mais tels néanmoins qu'ils ne leur feront plus aucune peine. Les corps mêmes des bienheureux ressuscites seront plus parfaits que...
Seite 44 - ... l'astre brillant et lumineux, qui a un corps de Taureau et des cornes d'or (8) ; ce qui le rapproche infiniment de l'Osiris Egyptien et du Bacchus Grec (O Ibîd.
Seite 41 - La théologie étant liée essentiellement à la science des astres, c'est dans le ciel étoilé que réside la puissance illuminatrice qui inspirait les prophètes, et leur révélait les secrets de l'éternelle providence.
Seite 219 - Ormusd (la lumière) disant à Zoroastre : Je suis la parole qui détruit les maux en combattant Ahrimane, le père du mensonge et de F ignorance1.

Bibliografische Informationen