Les vrais principes de lʾéglise gallicane, sur le gouvernement ecclésiastique: la papauté; les libertés gallicanes; la promotion des évêques; les trois concordats, et les appels comme dʾabus. Suivis de réflexions sur un écrit de m. Fiévée

Cover
Impr.d' A. Le Clere, 1818 - 216 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 52 - ... que l'Église de France n'approuve pas l'opinion de ceux qui donnent atteinte à ces décrets, ou qui les affaiblissent, en disant que leur autorité n'est pas bien établie, qu'ils ne sont point approuvés, ou qu'ils ne regardent que le temps du schisme.
Seite 167 - Église romaine, puissé-je m'oublier moi-même ! que ma langue se sèche et demeure immobile dans ma bouche, si tu n'es pas toujours la première dans mon souvenir, si je ne te mets pas au commencement de tous mes cantiques de réjouissance...
Seite 50 - Que saint Pierre et ses successeurs, vicaires de Jésus-Christ, et que toute l'Église même, n'ont reçu de puissance de Dieu que sur les choses spirituelles et qui concernent le salut...
Seite 201 - donnée dans le ciel et sur la terre : allez donc, enseignez toutes « les nations, les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du
Seite 51 - Nous déclarons en conséquence que les Rois et les Souverains ne sont soumis à aucune puissance ecclésiastique par l'ordre de Dieu dans les choses temporelles ' ; qu'ils ne peuvent être déposés...
Seite 53 - dans les questions de foi, et que ses décrets re» gardent toutes les églises et chaque église en » particulier, son jugement n'est pourtant pa$ » irréformable, à moins que le consentement de » l'Eglise n'intervienne. » Nous avons arrêté d'envoyer à toutes les » églises de France et aux évêques qui y président » par l'autorité du Saint-Esprit, ces maximes que » nous avons reçues de nos pères, afin que nous » disions tous la même chose, que nous soyons » tous dans les mêmes...
Seite 52 - Qu'ainsi il faut régler l'usage de la puissance apostolique en suivant les canons faits par l'esprit de Dieu et consacrés par le respect général de tout le monde; que les règles, les mœurs et les constitutions reçues dans le royaume et dans l'Église gallicane, doivent avoir leur force et vertu, et les usages de nos pères demeurer inébranlables ; qu'il est même de la grandeur du saint-siège apostolique que les lois et les coutumes établies du consentement de ce siège respectable et des...
Seite 187 - République, l'infraction des règles consacrées par les canons reçus en France, l'attentat aux libertés, franchises et coutumes de l'Église gallicane, et toute entreprise ou tout procédé qui, dans l'exercice du culte, peut compromettre l'honneur des citoyens, troubler arbitrairement leur conscience, dégénérer contre eux en oppression ou en injure, ou en scandale public.
Seite 50 - Paul ne peut en rien être altéré ou ébranlé : « que toute personne soit soumise aux puissances supérieures, car il n'ya point de puissance qui ne vienne de Dieu, et c'est lui qui ordonne celles qui sont sur la terre : celui dpnc qui s'oppose aux puissances résiste à l'ordre de Dieu.
Seite 202 - ... c'est le destin de l'Église. Movebo candelabrum tuum : « Je « remuerai votre chandelier, » dit Jésus-Christ à l'Église d'Éphèse 3 ; je vous ôterai la foi : « Je le remuerai ; » il n'éteint pas la .lumière , il la transporte; elle passe à des climats plus heureux. Malheur, malheur encore une fois à qui la perd ! mais la lumière va son train, et le soleil achève sa course.

Bibliografische Informationen