Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

præstantissimus. Nam usus ipse per se, licet plurimis exemplis confirmatus, non tantam babet vim, ut non etiam discedi aliquando ab eo possit. Est autem ratio, quam dico, hæc. Verba, quæ ad alias res transferuntur, quam in quibus propria sunt, non proprie intelligenda esse, ex eo apertum est, quod proprie intellecta inepta forent. Eodem modo, ubi propria sunt, proprie intelligi debere apparet: repuguaret enim, propsia esse, et tamen non propria ; translata esse, et tamen non aliud, sed ad id ipsum, unde translata sint. Veluti qui civitatem regunt, recte quis civitatis gubernaculum appellaverit : sed navis gubernatorem qui gubernaculum navis diceret, ineptissime loqueretur, et intelligi non posset. Ut alio et magis etiam aperto exemplo utar, caput partem primariam dici in re, quæ proprie non habet caput, inter omnes constat. At quis sanus, in homine quid primarium sit, si indicare voluerit, ut cor, aut ipsum caput, id caput hominis esse dicet? Ex his evidentissime efficitur, équòx Menicons, si hæc verba per se spectantur, necessario esamen apum significare, copiam autem sive apum sive mellis significare nullo modo posse. Idque in Epinici versu tanto minus fieri potest, quod apem proprie dictam esse epitheton ei nomini additum arguit.

Sed dicatur nunc de altera interpretatione, qua sopios usaicons simpliciter mel significare dicitur, In hac nihil esse, quod reprehendi possit, statim ostendam. Sed qui eam protulit, Porsonus, licet hac in re non erraverit, at peccavit tamen in eo, quod permiscuit, quæ discernere debebat. Νam έσμοί γάλακτος et έσμός σοφίας connparari inter se poterant, quia utrumque de copia dictum est, translata ad aliam rem significatione vocabuli. 'Egròs perioon vero comparari cum his non potest, quia non translate de copia, sed proprie de examine accipienda sunt hæc verba. Potuissent comparari, si fouò méritos scripsisset Epinicus. Sed etsi non distinxit hæc Porsonus, tamen recte équòr penicons mel interpretatus est.

Nam ut paullo audacior hæc translatio sit, at nihil continet, quod secum pugnet, ut altera illa. Facta enim translatio est, ut sæpe aliis in rebus,

eo, unde quid gignitur, ad id, quoi genitum est. Quod si onnino apem pro melle dici licet, quidni liceat etiam multas apes, aut exanien apum? In quo si copiæ quædam significatio inest, latenter

. inest, quia quo major apum nuinerus, tanto major etiain mellis copia. Atqui apis nomine sine cujusquam offensu de melle usus est Sophocles in @d. Col. 480.

Ο. του τόνδε πλήσας θα ; δίδασκε και τόδε.

Χ. ύδατος, μελίσσης: μη δε προσφέρειν μέθυ. Quæ quum ita sint, sic statuendum erit, etiam apud Epinicum eouò panioons, ut ubique, examen apum significare : qui si dulce mel dulce examen iracundæ apis vocavit, ouds proprie, translate autem persona dicitur: quæ translatio si nec vitiosa neque inusitata

μέλισσα

ab

est, conjuncta utraque voce mihil nisi magnificentior bæc est, et cum quadam copia significatione consociata mellis descriptio : quæ si in re gravi usurpata esset, ut ubi Æschylus in Persis

της ανθεμουργού στάγμα παμφαές μέλι commemorat, laudaretur fortasse ; nunc autem, ad rem exilem'adhibita, subtumida est et pene ridicula, licet vel sic minus reprehendenda, quam quem in eadem Mnesiptolemi oratione videmus yégorta Dárov, vere illum isto, quod supra tetigi, vitio laborantem.

Cæterum ad verbum somós quod attinet, id si cum leni spiritu scribitur, usui hoc cuidam tribuendum puto, sed ei nescio an pravo. Non enim dubitandum videtur, quin hoc nomen a verbo ew derivatum sit, quod apes conglobatæ adhærescere alicubi et considere solent. Tantum abest autem, ut Eustathii testimonium repudiari velim, ut nomen e peopòs, quod ille ex Aristotele affert, in maxime genuinis numerandum censeam. Quod nomen sane non potest idem significare, quod éopós: verum significat etiam aliam rem. Verba Aristotelis IX, 27, 6. hæc sunt: oi de Bacineis oŮ TÉTOVTAL Ew, tay μη μετά όλου του έσμού, ούτ' επί βοσκήν, ούτ' άλλως. φασί και εάν αποπλανηθή ο αφεσμός, ανιχνευούσας μεταθεϊν, έως αν εύρωσε τον ηγεμόνα τη οσμή λέγεται δε και φέρεσθαι αυτόν υπό του έσμού, όταν πέτεσθαι μη δύνηται· και εάν απόληται, απoλλυσθαι τον αφεσμόν. Quod Schneiderus dedit, ο αυτών έσμός, et τον αυτών εσμόν, vel propter inutile pronomen αυτών non videtur admitti

posse.

Qui accurate consideraverit verba Aristotelis, facile intelliget, lopov universe diciexamen apum, á espor autem, id quod plane cum ea, quam indicavi, origine vocabuli congruit, examen vagum, a principali examine, ut coloniam, digressum : idque ab Romanis proprie examen vocatur. Hanc dimission nem partis ã oso iv appellat Aristoteles eodem capite segm. 11. et 13. et lib. V, 18, 1., ubi quod scribit, τότε και εσμοί αφίενται πλείστοι, nihil est nisi descriptio aperucv. Juvabit cum iis, quæ supra posui, etiam hæc verba comparasse, IX, 27, 13 : oi de Busiasis autol uły ουχ ορώνται έξω άλλως ή μετ' αφέσεως. Nani quos hic dicit cerni μετ' αφέσεως, bi sunt ipsi, quos illic ηγεμόνας των αφεσμών vocat. Quid multa ? Ipse Aristoteles, quid sit åpeopòs, ipsa illa voce usus evidentissime declarat IX, 29. his verbis : TOKOŪSquivos ÚTÒ γήν αι ανθρήναι, εκφέρουσαι την γήν, ώσπερ οι μύρμηκες. αφεσμοιγάς, ώσπερ των μελιττών, ού γίγνεται ούτε τούτων, ούτε των σφηκών, αλλ' αεί επιγιγνόμεναι νεώτεραι αυτού μένουσι, και το σμήνος μείζον ποιούσιν, εκφέρουσαι TÖv xoữv. ltaque loci illius, quem supra posui, hæc sententia est: regem non evolare nisi cum uviverso examine; quod si examen ragum a duce suo forte dissociatum sit, investigari eum invenirique odore ; eundem, si volare nequeat, portari ab examine; moriuo autem perire examen vagum, quod cum eo evolaverit, relicto in alveari examine principali. Lipsiæ.

GOD. HERMANNUS.

.

351

LETTER OF M. GAIL TO MR. E. H. BARKER,

ON A PASSAGE IN THEOCRITUS.

J. B. GAIL A M. E. H. BARKER.

>

P. 127, 137, &c. de mes recherches Hist. Géog. et Philologiques, t. 2., je proposais de traduire Boa Bos Korxias, par Bulbe, non pas de la Colchide, mais semblable à une bulbé de la Colchide. Cette version m'avait plu; 19., parceque j'ai pour moi les MSS.; 2°., parcequ'une Scholie entièrement négligée en donne une explication qui n'est pas d'un Scholiaste vulgaire; 3o., parceque les notions de la désinence ses appuyent cette Scholie; 4°., d'après ce principe de critique, qu'entre deux leçons proposées la plus difficile est ordinairement la meilleure.

A ces quatre considérations,' vous opposez ce Canon : sa eis eus εθνικά, ει μεν έχουσι προηγούμενος σύμφωνον, εις ις ποιούσι το θηλυκόν, οίον 'Αλεξανδρεύς, Αλεξανδρίς γυνή. 'Αντιολεύς, Αντιολις γυνή, ει δε φωνήεεν, εις ας, Ιλιεύς, 'Ιλιάς (Ειym. Μ. p. 389.) Ce principe est-il applicable au Korxias, que j'attribue à Théocrite? Non, pour quatre raisons.

1°. M. Barker cite les noms de pays qui font ses au féminin, et IEUS au masculin ; mais Konglas ne peut leur être assimilé : car on ne dit nulle part Κολχιεύς masc., et Κολχίας fém. Veut-on designer la Colchide, on dira Konxis; ce qui a rapport à la Colchide, Κόλχικός; Γ'habitant de la Colchide, Κολχός, mais jamais Κολχίας ; et si Koaxias n'a jamais désigné l'habitant de la Colchide, il faut lui chercher une autre signification : une autorité se présente, et nous en donne une. Pourquoi la repousseroit-on, lorsqu'elle explique une leçon des anciennes éditions et des MSS.; et de plus une Scholie fondée sur des principes.

2°. M. Barker, dont l'exactitude et la sagacité me sont connues, établit des rapports entre 'Procès et kongias. Mais il n'en existe aucun, entre 'Irods, áồos, fém., et Koaxias, lou, que j'ose appeler masculin, puisque les anc. étlit., et les MSS., le font substantif de Boaßòs, et que d'ailleurs la terminaison ses, bou, masculin, n'a pas besoin d'être justifiée.

3o. 'Inics et Koaxias appartiennent à deux déclinaisons différentes ; le premier la 5me, l'autre à la première.

4o. A cette considération grammaticale, joignons une considér

;

[ocr errors]

· No. 53. du Class. Journ., p. 170..

ation tirée des principes des radicaux et des désinences. Dans Insas et Korxias, M. Barker ne voit qu'un pays et qu'une idée. Mais Koaxias me représente deux idées distinctes : celle du nom de pays dans le radical Kong:; celle de la ressemblance et de l'analogie dans la désinence las.

Cette cumulation de deux idées dans Konglas seul se conçoit d'après l'analogie. Si l'on demande des exemples, je rappellerai euvouxias, semblable à un eunuque, si différent de cúvoyxos, eunuyue: Çavdías, blondin, et non pas blond, &c. (V. mes Rech. t. 2. p. 133. et 250.)

Divers mots en les ont l'acception bien connue de ressemblance, Pourquoi la refuserait ou à Koaxias ? Est-ce parceque ce seul et même mot présente deus idées à la fois, et qu'il a éminemment mérite de la concision?

"Mais, dira-t-on, eůvouxias, gavdías n'étant pas édixà, noms de pays, le peuvent appuyer votre interprétation de Kongias. Citez donc des noms de pays terminés en las masc.; car les noms de pays en 1945 sont féminius (gentilitia enim, dit M. Barker, sunt feminina).” A cela j'ai déjà répondu, que les noms en las, kaos, ne peuvent se comparer à ceux en ias, nou. : Mais on insiste, et l'on me dit, donnez un nom de pays en bas, bòv. Eh bien ! je vais en donner un, ou plutôt (car il ne faut pas donner moins qu'on ne promet), un uom propre de lieu, Audías TOTALÓS, C'est Scylax qui le fournit, p. 61. de son Périple. (Edit. Lugd. Bat. an. 1697.) Voilà un bon exemple de nom de fleuve, un nom en sas, sou, qui appartient à la Géographie, et dont la désinence peut-être offre même sens que celle de Konyias. Mais n'affirmons rien : car, sur

Κολχίας le sens de la désinence Audías, et sur celle de Kongias, Strab. 6. p.

6 4711.) les autorités manquent; et d'ailleurs, les principes les plus incontestables souffrent par fois exception. J'ai cité, en passant, le Korpias de Strabon, mais je ne le donne pas comme appui à mon interprétation de Koaxias, vu que Korpias, quoique nom de lieu, se construit avec le féininin.

Apres avoir remarque que divers noms en μας, comme ευνουχίας, avoias, ainsi que l'Anthius, l'Aulopias, et le Phanias d'Athénée, expriment ressemblance, analogie, sympathie, j'aurais bien envie de citer l’’Axegoucía reuern, de Thuc. I. 46, et de demander si la désinence sa, vas, ne participeroit pas un peu au sens de la désinence 125, sov; de demander, si ’Ax=pour la aspern n'aurait pas été ainsi appelé, à cause du mélange de ses eaux et de sa ressemblance et sympathie avec celles de l’Achéron. Mais soyons réservés. Lorsque je mettois mon opinion sur ý 'Oxuunia, ý opáxn, et tee &z ; Opørns, on a crié au paradoxe, quoique j'eusse pour moi bien des autorités. Ici, où elles manquent, où du moins elles sont peu nombreuses, on crieroit à l'hérésie, et l'on auroit tort; car il ne

faut voir en tout ceci que ce qu’ou appelloit, dans la fameuse Ecole d' Alexandrie, ζήτησις, ou ερώτημα, οι απορία.

D'après ces considérations en faveur de la leçon Koaxias, je demanderais qu'on restituât ce qualificatif de Boaßòs à Théocrite, à nos lexiques, et à l'appendis du Thesaurus L. Gr. d'H. Etienne, qui l'onet; ou du moins qu'il me fut permis de consulter de nouveau sur la legon Κολχίας. Je donuerai le ηοιη d’ απόκρισις, απόaugis, ou šxavois à votre réponse sur cet article et sur le suivant, qui s'annonce encore sous le titre de Syryois, ou atopía.

Recherches, . sur te signifiant nimirum ; 2°. sur õrtes négligé; 3°: sur ñvte suici du subjonutif et de l'optatif dans Thucydide.Thomas Magister, et autres Philologues justement célèbres sont-ils fondés duns leur critique de la locution de Thucydide?

Observations sur te siguifiant nimirum. Thucydide, I. 8. 1. donne Καρές τε όντες και Φοίνικες.

Mr. Lärcher (t. 8. de son Hérodote, p. 442.) et autres savans, traduisent Kägés te xei Poivoxes, par les Phéniciens et les Cariens; mais c'est faire deux contre-sens en trois mots, et encore omettre le participe Õutes. Je propose : tels, par exemple, ou à savoir (nimirum) les Cariens qui étaient aussi, (őrtes xai) d'origine Phénicienne. Voilà, si je ne me trompe, un te qui méritait une note, ainsi que le participe õvres, que l'on omettait sans justifier l'omisa sion. Appellons encore l'attention sur un autre exemple de te négligé dans Thucydide, I. 58. 9. Perdiccas offre à des peuples maritimes, qui détruiraient leurs villes, (T7s autoŨ yñs T. TE Muy&oνίας π. τ. β. λ. νέμεσθαι,) une partie de ses domaines, je veur dire (ou à savoir, Te) de la Mygdonie. Voyez dans ma clef d'Homère, Lettre de Mr. Bast, p. 5. un exemple de te, à tort, je crois, corrigé.

Nous venons de voir le participe őrtes entièrement négligé. Citons-en un second exemple très remarquable. Thucyd. I. 20. 4. dit όσοι δε βουλ. τοιούτων όντων και π. έσεσθαι. Les 9 Manuscrits de

, . a. . 9 la Bibliothèque du Roi suppriment otwv, mais d'autres le donnent (quum desit in plerisque), ainsi que les anciennes éditions. Si ÖvtW est bien à Thucydide, s'il n'a été rejetté que parcequ'il est difficile, je proposerais cette version : Il me suffira, que cette histoire soit jugée utile pour ceux qui voudront méditer sur le certain des évènements passés, et de ceur qui doivent à l'avenir, suivant la nature des choses humaines, être à peu-près les mêmes

, des causes ou des circonstances semblables venant à se représenter; TONGÚTWY örtw. Voy. la même idée répétée en d'autres termes par Thuc. III. 82. 2., p. 166. de mon Mémoire sur Thuc.

Arrivons à un autre passage des plus importans. Après avoir cité ce texte, ήν τε γαρ φήνω ήν τε και έχοντές τι ξυγγνώμης ειεν, οι savant blâne v slev, et il a pour lui Mr. Bekker, Pierson, et M.

VOL. XVIII. CI. JI. NO. XXXVI. Z

« ZurückWeiter »