Histoire de la Révolution française: accompagnée d'une histoire de la Révolution de 1355, ou des États-Généraux sous le roi Jean, Band 10

Cover
Lecointe et Durey, 1827 - 598 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Inhalt

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 113 - Trois fois heureux ceux qui seront avec nous ! Ils prospéreront dans leur fortune et leur rang. Heureux ceux qui seront neutres ! Ils auront le temps de nous connaître , et ils se rangeront avec nous. Mais malheur, trois fois malheur, à ceux qui s'armeront pour les mameloucks , et combattront contre nous : il n'y aura pas d'espérance pour eux ; ils périront.
Seite 114 - Les légions romaines protégeaient toutes les religions. Vous trouverez ici des usages différens de ceux de l'Europe ; il faut vous y accoutumer. Les peuples chez lesquels nous allons traitent les femmes différemment que nous; mais, dans tous les pays , celui qui viole est un monstre.
Seite 113 - Si l'Egypte est leur ferme, qu'ils montrent le bail que Dieu leur en a fait. Mais Dieu est juste et miséricordieux pour le peuple...
Seite 86 - Soldats, l'Europe a les yeux sur vous! vous avez de grandes destinées à remplir, des batailles à livrer, des dangers, des fatigues à vaincre; vous ferez plus que vous n'avez fait pour la prospérité de la patrie, le bonheur des hommes, et votre propre gloire. «Soldats, matelots, fantassins, canonniers, cavaliers, soyez unis; souvenez-vous que le jour d'une bataille vous avez besoin les uns des autres.
Seite 86 - Vous êtes une des ailes de l'armée d'Angleterre. « Vous avez fait la guerre de montagnes, de plaines, de sièges ; il vous reste à faire la guerre maritime. « Les légions romaines, que vous avez quelquefois imitées, mais pas encore égalées, combattaient Carthage tour à tour sur cette même mer, et aux plaines de Zama.
Seite 357 - Révellière avec fermeté, que parles-tu de sabres? Il n'ya ici que des couteaux , et ils sont dirigés contre des hommes irréprochables, que vous voulez égorger, ne pouvant les entraîner à une faiblesse.
Seite 69 - Leibuitz , ce n'est pas chez eux que vous pourrez vaincre ces républicains; vous ne franchirez pas leurs digues, et vous rangerez toute l'Europe de leur côté. C'est en Egypte qu'il faut les frapper. Là vous trouverez la véritable...
Seite 114 - Soldats, Vous allez entreprendre une conquête dont les effets sur la civilisation et le commerce du monde sont incalculables. Vous porterez à l'Angleterre le coup le plus sûr et le plus sensible, en attendant que vous puissiez lui donner le coup de mort.
Seite 86 - Soldats, l'Europe a les yeux sur vous ! Vous avez de grandes destinées à remplir , des batailles à livrer , des dangers , des fatigues à vaincre ; vous ferez plus que vous n'avez fait pour la prospérité de la patrie , le bonheur des hommes et votre propre gloire. Soldats, matelots, fantassins, canonniers,
Seite 525 - ... des cinq-cents. Ils s'avancent jusqu'à l'entrée de la salle. A la vue des baïonnettes, les députés poussent des cris affreux, comme ils avaient fait à la vue de Bonaparte. Mais un roulement de tambours couvre leurs cris. Grenadiers, en avant! s'écrient les officiers. Les grenadiers entrent dans la salle, et dispersent les députés qui s'enfuient les uns par les couloirs, les autres par les fenêtres. En un instant la salle est évacuée, et Bonaparte reste maître de ce déplorable champ...

Bibliografische Informationen