Oeuvres complètes, Band 7

Cover

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 426 - ... non potes avelli. simul hinc, simul ibimus," inquit, „te sequar et coniunx exulis exul ero. et mihi facta via est et me capit ultima tellus; accedam profugae sarcina parva rati. 85 te iubet a patria discedere Caesaris ira, me pietas. pietas haec mihi Caesar erit.
Seite 427 - Bientôt autour de moi je sens ses faibles bras : Non, cruel, non, ta perte entraînera la mienne. Penses-tu loin de toi que Rome me retienne? Compagne de tes pas comme de tes malheurs , Au bout de l'univers j'irai sécher tes pleurs. César t'a condamné , ton épouse est proscrite ; César veut ton exil , et l'amour veut ma fuite. Je te suis...
Seite 422 - Ut, quod vos scitis, poenae quoque sentiat auctor! 40 Placato possum non miser esse deo.' Hac prece adoravi superos ego, pluribus uxor, Singultu medios impediente sonos.
Seite 427 - Compagne de tes pas comme de tes malheurs, Au bout de l'univers j'irai sécher tes pleurs. César t'a condamné, ton épouse est proscrite ; César veut ton exil, et l'amour veut ma fuite. Je te suis. .Mais hélas ! malgré tous ses efforts, Un devoir rigoureux m'arrache à ses transports. Désolé, l'œil en pleurs, et la vue égarée, Entre les bras des siens je la laisse éplorée ; Elle tombe, et j'ai su qu'en ces affreux instans, Les ombres de la mort la couvrirent Jong-temps.
Seite 429 - L'instant de mon trépas , ou ma fille expirée , D'un plus vif désespoir ne l'eût pas pénétrée. Sa douleur mille fois aurait tranché ses jours ; L'espoir de m'être utile en prolongea le cours. Dieux, qui nous séparez, prenez soin d'une vie Qui conserve la mienne au fond de la Scythie. Mais le gardien de l'Ourse ensevelit ses feux Dans les Qots agités par son astre orageux.
Seite 431 - Du ciel rempli d'éclairs les voûtes allumées Semblent fondre en éclats dans les mers enflammées. Tremblant, désespéré , le chef des matelots Laisse le gouvernail à la merci des flots. Telle une main trop faible abandonne l'empire Du coursier indompté qu'elle ne peut conduire. Le rapide Aquilon , plus fort que mon devoir , Nous ramène aux climats que je ne dois plus voir. Loin des bords d'Illyrie , à travers les nuages , L'Italie à nos yeux découvre ses rivages. Vents , ne combattez...
Seite 431 - C'est assez contre moi des traits de Jupiter. Souffrez que, dans l'exil terminant ma carrière , Une tranquille mort me ferme la paupière , Du plus affreux trépas daignez me préserver.
Seite 421 - Jl or qui vis mes beaux jours s'éclipser dans tes ombres, Toi qui couvris mes pleurs de tes nuages sombres, O nuit! cruelle nuit témoin de mes adieux, Sans cesse ma douleur te retrace à mes yeux. -. Bientôt du haut des airs l'amante de Céphale Alloit de mon départ fixer l'heure fatale.
Seite 429 - Sont le jouet de ronde et succombent aux vents. Du ciel rempli d'éclairs les voûtes allumées Semblent fondre en éclats dans les mers enflammées. Tremblant, désespéré, le chef des matelots Laisse le gouvernail à la merci des flots. Telle une main trop foible abandonne l'empire Du coursier indompté qu'elle ne peut conduire. Le rapide aquilon, plus fort que mon devoir, Nous ramène aux climats que je ne dois plus voir. Loin des bords d'Illyrie, à travers les nuages, L'Italie à nos yeux découvre...
Seite 421 - L'usage de mes sens tout à coup suspendu Dérobe à mes apprêts le temps qui leur est dû. Mon cœur ne peut gémir, ordonner, ni résoudre. Semblable à ce mortel qui voit tomber la foudre, Et qui , frappé du bruit , environné d'éclairs , Doute encor de sa vie , et croit voir les enfers.

Bibliografische Informationen