Images de page
PDF
ePub

Dans une même famille il y a quelquefois deux enfants' que l'on peut associer aux mêmes études; un garçon et une fille un peu plus jeune, attendu que du côté de l'esprit elle sera plus précoce que son frère. Le cas ne se présente pas souvent. /

Mais il y a un moyen de former une petite école sous le toit paternel. Chaque famille a des rapports de parenté , d'affaires ou de bon voisinage avec une ou plusieurs autres, et il s'y trouve des enfants de même portée. Voilà donc comment on peut réunir quelques élèves chez soi, et mettre plus de vie et d'agrément dans leurs études.

D'après mes convictions, la petite école peut d'autant plus facilement se former, que je ne crains pas, à l'âge où seront les élèves, d'y réunir les deux sexes. Je sais que je me mets ainsi en opposition avec une opinion qui ne croit pas pouvoir les séparer assez tôt. Mais j'ai pour moi une autorité bien plus ancienne et bien plus respectable que ne peut être celle des hommes, puisque c'est celle du Créateur même. Ne fait-il pas naître dans les familles la fille à côté du garçon, sans doute pour qu'ils soient élevés tout près l'un de l'autre, et qu'ils gagnent tous deux par leur rapprochement? Tant que les passions n'ont pas parlé, ce qui n'est pas à l'âge de nos élèves, il n'y a pas plus de danger de réunir à une même leçon des camarades de différent sexe qu'un frère et une sœur.

C'est aux mères de famille que s'adresse particulièrement la proposition que je fais ici en faveur du Cours éducatif de langue. Il a quelque droit à leur attention et à leur intérêt. D'abord il se rattache à l'inspiration maternelle, qui m'en a fourni l'idée première ; puis c'est son œuvre qu'il a entrepris de continuer à l'aide des moyens que fournit l'art de l'éducation. Les mères qui voudront achever elles-mêmes ce qu'elles ont commencé en mettant la parole sur les lèvres de leurs enfants , trouveront dans le Cours de langue ce dont elles ont besoin pour remplir leur noble tache, aussi bien qu'elles le désirent. Cet écrit, qui en est l'introduction , les mettra à même de donner leurs leçons en pleine connaissance de cause, et par conséquent de les donner avec plus de fruit. Il rendra un autre service à celles qui ont encore des petits enfants à élever. Leur éducation, pour bien réussir, doit commencer de loin, et on la fait mieux, quand on connaît la nature humaine, ses facultés , ses tendances et leur développement naturel en bien et en mal. Ces feuilles en tracent le tableau , et elles indiquent des moyens que la tendresse maternelle peut employer, dès que son élève commence à comprendre la langue.

Le souvenir des soins maternels que j'ai reçus dans mon enfance ne s'est point effacé dans ma vieillesse. Il m'inspire un vif intérêt pour toutes les mères, et, en terminant ces pages , je me félicite d'avoir fait quelque chose qui pourra leur être utile dans leurs précieuses et belles fonctions.

FIN.

TABLE

DES MATIÈRES.

,

Pages.

Chap. III. Esquisse du Cours de langue avec des réflexions

justificatives 60

Indication des parties qui la composent. ... 61

Tableau synoptique de ces parties 72

LIVRE TROISIÈME,

L'ENSEIGNEMENT RÉGULIER DE LA LANGUE MATERNELLE , CONSIDÉRÉ COMME MOYEN DE CULTIVER L'ESPRIT.

Chap. Ier. Facultés intellectuelles des élèves du Cours de

langue maternelle et leur développement . . 74

§ Ier. Indication de ces facultés. — Le sens ou la
faculté de recevoir les impressions. — L'intel-
ligence. —r La mémoire. —-. L'imagination . . ib..

§ II. Besoin de cultiver les facultés intellectuelles
de l'enfance 88

§ III. Moyens de cultiver ces facultés 91

Chap. II. Instruction à donner aux élèves du Cours de langue

maternelle 94

§ Ier. Des objets qui doivent former la matière de
l'instruction. — L'homme. — La famille. — La
société.— Le genre humain composé de divers
peuples. — La nature et ses merveilles. — Le
Créateur et le Maître de l'univers. — La vie de
l'homme au delà du tombeau. — Le Sauveur
des hommes. — La morale de l'enfance . . . t'6.

§ II. Convenance de l'instruction ébauchée pour le sens, l'intelligence, la mémoire et l'imagination. 116 Chap. III. Exercices propres au développement des facultés

intellectuelles lfâ

§ I". Juste milieu entre deux extrêmes.... «"6.

§lI. Essais d'explication ........ 124

§III. Essais d'invention 128.

§ IV. Exercices syntaxiques 152

Chap. IV. Réponse à des objections faites Qu à faire contre

le plan proposé 134

§ Ier. Première classe. — Morcellement de la doc-
trine. — Mélange continuel. — Fréquentes ré-
pétitions. — Anticipations ib.

§ II. Seconde classe. — Alliage de l'instruction
directe et des leçons de langue. — Le dévelop-
pement intellectuel. — Conclusion 144

LIVRE QUATRIEME. L'ENSEIGNEMENT Régulier De La Langue Mis Au Service De La

CULTURE DU COEUR.

Pages.

Chap. Ier. But qu'il faut se proposer dans l'éducation des

enfants 158

§ Ier. Circonstances dans lesquelles le Sauveur a
vécu 159

§ II. Principaux traits du caractère de J.-C. . . 161

§ III. Quelques détails de ce caractère. . . . 162

§ IV. Réflexions sur le choix du modèle. . . . 165 Chap II. Caractère de l'enfance, ses tendances et ses aptitudes 168

§ Ier. Tendence personnelle. — L'amour des plai-
sirs.— L'amour de soi 170

§ II. Tendance sociale. — La reconnaissance. — La
pitié. — La bienveillance. — Le penchant à la
croyance. — Le penchant à l'imitation. . . . 175

§ III. Tendance morale.—L'amour du bien. —Le
respect pour le bien. — Sentiment du devoir et
du mérite. 185

§ IV. Tendance religieuse . 192

Cuap. III. Culture du cœur en général au moyen du Cours de

langue maternelle 194

§ Ier, Étal moral des élèves quand ils sont admis
au Cours de langue 195

§ II. Services que le Cours de langue maternelle
doit rendre à l'éducation du cœur 200

§ III. Limites de ces services 205

Cuap. IV. Culture de la tendance morale au moyen du Cours

de langue maternelle 212

Première Section. Développement de l'intelligence morale 213

§ I". Étendre le domaine moral sur les secrets mouvements de l'âme ib.

§ II. Familiariser les élèves avec les motifs d'où partent les ordres de la conscience 216

§ III. Exercer les élèves dans la logique morale. . 219

Deuxième Section. Fortifier l'empire de la conscience 220

« PrécédentContinuer »