Revue rétrospective, ou Bibliothèque historique [ed. by J.A. Taschereau].

Cover
Jules Antoine Taschereau
1838
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 270 - ... donneront, au profit des pauvres, une seconde représentation, annoncée plusieurs jours d'avance. Je sais très-bien qu'on a voulu me compromettre à cette occasion et faire douter de mon zèle pour les intérêts du peuple, dont les pauvres forment la partie la plus intéressante. J'espère du moins que cette lettre répond à tout; et j'ose assurer que ma conduite sera toujours d'accord avec les principes que j'ai professés dans tous mes écrits, surtout dans la tragédie de Charles IX. Je...
Seite 259 - Académie royale d'architecture pleinement, paisiblement et perpétuellement, suivant lesdits statuts, cessant et faisant cesser tous troubles et empêchements contraires; car tel est notre plaisir. Et afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, Nous avons fait mettre notre scel à cesdites présentes.
Seite 269 - ... Messieurs, dans un journal peu connu, qui se nomme le Spectateur national, un petit article, contenant un petit mensonge, qu'on me conseille de relever. Voici l'article innocent. « Vendredi on a donné à ce théâtre (théâtre de la nation), au profit des pauvres, la vingt-cinquième représentation de Charles IX. On devait croire que cette tragédie, qui a attiré, dans ses premières représentations, une si grande affluence, par le seul motif de la curiosité, en amènerait une au moins...
Seite 9 - Je les vis .ensuite tons alors, sans résistance, se parquer dans l'enceinte de la barre, comme des agneaux destinés à la boucherie. Puis vint le décret contre les signataires de la protestation sur l'affaire du 2 juin ; ils furent décrétés d'arrestation. Ce spectacle et l'agitation que je ressentais encore ne me permirent plus de rester à la place où j'étais. Je me levai pour m'enfoncer dans la foule qui se trouvait aux entrées du milieu de la salle. Je rencontrai un député de mes amis,...
Seite 269 - La recette de la porte a monté à 1800 liv. moins un ou deux écus. Ce mensonge est peu important par lui-même ; mais il est toujours inutile de mentir. Le Spectateur national me permettra de lui donner, par la voie de votre journal, un avis dont il fera bien de profiter : ce n'est pas tout de n'être point lu, et de n'être pas lisible ; il faut encore être véridique. Il est également faux que la tragédie de Charles IX n'ait attiré une grande affluence que dans ses premières représentations,...
Seite 8 - ... lèse-nation, des traîtres à la patrie. Je mourrai donc, me disais-je, sans pouvoir prouver que mes accusateurs sont les plus injustes des tyrans, sans montrer que je suis innocent de toute espèce de conspiration. Cette dernière pensée me mettait dans la plus vive agitation. Je jetais çà et là des regards sur tout ce qui m'environnait.
Seite 342 - Il ne put prendre sur son amour-propre de garder l'incognito; il se confia à un ami prétendu, qui le trahit; il fut arrêté et conduit au Mont-Saint-Michel, où il resta trois ans dans la cage, qui n'est point une fable, comme bien des gens le prétendent. C'est un caveau creusé dans le roc...
Seite 376 - Il est malheureusement indispensable et nécessaire de suspendre pour ce moment les préparatifs d'Irène. M. Lekain ose refuser à M. de Voltaire de jouer le rôle d'Alexis qu'il vient de faire pour lui. Je ne puis plus aller en avant qu'il ne soit instruit de cet événement qu'il était loin de prévoir.
Seite 26 - Le lendemain , 31 octobre , j'appris bien d'autres nouvelles. Ce jour, qui fera époque dans les annales de la France , fut un jour de crimes, de deuil et de consternation; j'appris que mes collègues , décrétés comme moi d'accusation , étaient tous condamnés à mort; et si j'eusse été pris, j'eusse partagé leur sort. Bientôt Pénières , qui vint me voir, me donna des détails sur leur exécution, et si quelque chose pouvait me consoler d'une perte aussi déplorable, c'était le courage...
Seite 278 - Paris, ce 17 juillet 1790. J'ai réuni hier chez moi, Messieurs, les députés des gardes nationales de Provence ; ils m'ont parlé du vif désir qu'ils auraient de voir, avant leur départ, la tragédie de Charles IX. D'après tous les sentiments que vous avez bien voulu me témoigner, j'ai pris sur moi, Messieurs, de leur faire espérer la représentation de cette tragédie pour lundi. Je désire beaucoup ne m'être pas trop avancé, et que vous aussi, vous fassiez quelque chose pour mes bons Provençaux....

Bibliografische Informationen