Moeurs domestiques des Américains

Cover
C. Gosselin, 1841 - 416 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 15 - avec sincérité que j'aimerais mieux partager le toit d'une troupe > de cochons bien soignés, que d'être renfermée dans une de ces > cabanes.
Seite 75 - Tous les assistants, le visage couvert de la pâleur de la mort, étaient frappés de stupeur, et ce ne fut que quelques instants après qu'ils purent unir leurs voix à celles des prêtres. Lorsque les chants eurent cessé, un autre prêtre occupa la place du milieu, et, d'une voix douce et pleine d'affection, il demanda aux fidèles si ce qu'avait dit son frère était arrivé jusqu'à leur cœur, s'ils désiraient éviter l'enfer qu'il leur avait fait voir. — S'il en est ainsi, venez, continua-t-il...
Seite 164 - ... sur leurs joues pâles les consolations à voix basse de leurs bourreaux. Homme, je n'aurais pu me contenir ; je serais intervenu. Il n'existe pas un Anglais qui fût capable de supporter patiemment une telle scène , sa main obéirait à son indignation et frapperait les coupables en attendant que la loi leur infligeât la punition plus sévère qu'ils méritent. Les pénitentes ne s'en tenaient pas toutes aux gémissements inarticulés et à la confession à voix basse; les paroles de quelques-unes...
Seite 50 - Amérique, des gens qui vous aident; car c'est presque un crime contre la république d'appeler domestique un citoyen libre. Toute la classe des jeunes filles qui ne peuVent gagner leur vie qu'en travaillant est élevée dans l'idée que la plus abjecte pauvreté est préférable au service domestique. Des centaines de femmes à demi nues travaillent dans les...
Seite 74 - ... prédicateur. Il suait à grosses gouttes; ses yeux roulaient avec horreur; ses lèvres étaient couvertes d'écume, et chacun de ses traits respirait la profonde terreur qu'il aurait ressentie s'il eût réellement été témoin de la scène qu'il décrivait. Le jeu de l'acteur fut parfait. Enfin, il jeta sur ses deux assistants à droite et à gauche un regard languissant où se peignait sa faiblesse ; il s'assit et essuya la sueur qui inondait son visage. En ce moment les deux autres prêtres...
Seite 74 - ... affreux que le corps subit graduellement après la mort , et il arriva au tableau de la décomposition. Tout à coup le ton de son discours, qui jusque-là avait été celui d'une description exacte et simple, changea ; il fit entendre une voix aigre et perçante, et penchant la tête en avant , comme pour fixer ses regards sur un objet qui se trouvait audessous de la tribune...
Seite 165 - Mais le lendemain , avant mon départ, je la vis, la main entrelacée dans la main, et la tête appuyée sur la poitrine d'un homme , qu'on aurait pris pour Don Juan, renvoyé sur cette terre comme un être d'une trop méchante nature pour vivre avec les démons eux-mêmes. Une autre femme , placée aussi près de nous, ne cessa pas une minute, pendant plus de deux heures que nous fûmes là, d'appeler le Seigneur de toutes les forces de ses poumons. A la fin elle s'enroua horriblement , et sa figure...
Seite 70 - Amérique exercent sur les femmes de leurs congrégations respectives, 'peut se comparer à celle que les prêtres ont sur elles en Espagne et dans les pays catholiques. Les causes de cette influence sont faciles à démêler. Là où l'égalité des conditions est humblement reconnue par le riche, et orgueilleusement réclamée par le pauvre, il ne reste de distinction que pour le clergé, et de prééminence que la sienne : cela leur donne une hante importance aux yeux des femmes.
Seite 51 - Je viens pour vous aider. Cette nouvelle m'était trop agréable pour que je n'accueillisse pas bien celle qui me l'annonçait. Je lui demandai donc ce que je lui donnerais par an. — Seigneur Dieu ! s'écria la demoiselle avec un gros rire, on voit bien que vous êtes une Anglaise. Sur ma foi, j'aimerais bien à voir une jeune demoiselle (lady] s'engager à l'année en Amérique ! J'espère bien trouver un mari avant peu de mois; autrement je serais toutà-fait une vieille fille, car j'ai déjà...

Bibliografische Informationen