Études sur W. Shakespeare Marie Stuart et l'Arétin: le drame, les moeurs et la religion au XVIe siècle

Cover
Amyot, 1851 - 532 Seiten

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Inhalt

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 23 - Vois en bière et cercueil ? Qui, en mon doux printemps Et fleur de ma jeunesse, Toutes les peines sens...
Seite 376 - That time of year thou mayst in me behold When yellow leaves, or none, or few, do hang Upon those boughs which shake against the cold, Bare ruin'd choirs, where late the sweet birds sang. In me thou see'st the twilight of such day As after sunset fadeth in the west, Which by and by black night doth take away, Death's second self, that seals up all in rest.
Seite 98 - Now of time they are much more liberal ; for ordinary it is, that two young princes fall in love ; after many traverses she is got with child; delivered of a fair boy; he is lost, groweth a man, falleth in love, and is ready to get another child ; and all this in two hours...
Seite 343 - Enfin , je devais y puiser des couleurs pour mon poème ; car la vie pour mon esprit fut toujours un grand poème , comme pour mon cœur elle fut de l'amour. Dieu, Amour et Poésie, sont les trois mots que je voudrais seuls gravés sur ma pierre, si je mérite jamais une pierre.
Seite 376 - In me thou seest the twilight of such day As after sunset fadeth in the west, Which by and by black night doth take away, Death's second self, that seals up all in rest. In me thou seest the glowing of such fire That on the ashes of his youth doth lie, As the death-bed whereon it must expire, Consum'd with that which it was nourish'd by. This thou perceiv'st, which makes thy love more strong, To love that well which thou must leave ere long.
Seite 98 - Now ye shall have three ladies walk to gather flowers, and then we must believe the stage to be a garden. By and by we hear news of shipwreck in the same place, and then we are to blame if we accept it not for a rock.
Seite 182 - ... de service , de richesse ou de pauvreté, nuls contrats, nulles successions, nuls partages, nulles occupations qu'oysives, nul respect de parenté que commun, nuls vestemens, nulle agriculture, nul métal, nul usage de vin ou de bled.
Seite 445 - L'ho amata, l'amo e amaro, fin che la seiitentia del di novissimo gindichera Je vauità uostrè (2). » II assiste à cette agonie qui se prolonge ; « c'est, dit-il (3), une passion folle; il a tort, la raison aurait dû la lui faire haïr; mais plus il pense à cette jeune femme qui l'a si cruellement traité, qui n'a pas vingt ans et qui, morte et vivante à la fois, n'a plus ni voix, ni pouls, ni odorat et ne conserve que le sentiment de son martyre, plus il s'attendrit malgré lui-même.
Seite 323 - C'est qu'il ya près du roi un homme plus haut que le roi, si élevé dans la hiérarchie fantastique de son orgueil que l'on ne peut le regarder en face. Au conseil d'Etat , dans la Chambre étoilée , savez-vous comment il se tient ? Sa baguette frappe la table ; toutes les bouches se ferment, nul n'ose prononcer un mot ; tout se tait, tout plie. Wolsey parle seul; nul ne le contredit; et quand il a parlé, il roule ses papiers en s'écriant : — Eh bien 1 qu'en dites-vous , Messeigneurs ? Mes...
Seite 388 - ... un manteau de velours, un tableau, des bourses de cinq cents écus, des diplômes d'académie. Son buste en marbre blanc, son portrait par Titien, les médailles d'or, de bronze et d'argent qui le représentent étalent aux regards des visiteurs son masque impudent et brutal. On l'y voit couronné, vêtu de la longue robe impériale, assis sur un trône élevé, recevant les hommages et les présens des peuples.

Bibliografische Informationen