Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Leur régime financier n'était bon que pour eux et pour leurs fournisseurs de plans et de systèmes; ils combinaient leur loterie de manière à s'assurer tout le bénéfice.

Le gouvernement ne permettra pas le retour de ce jeu cruel, de ce charlatanisme officieux et trompeur qui dessèche toutes les sources de la confiance et de la prospérité.

Ce régime frauduleux produit les effets des liqueurs fortes dans un estomac débile; il en éprouve de plus en plus le besoin, jusqu'à sa dissolution. ( P. ) ......

Monoculiste. Qui ne voit que d'un œil. Le duc d'Orléans, régent de France, était Monoculiste.

MoutonnAille, (servum pecus.) Ce monde est plein de Moutonnaille. La- Moutonnaille qui s'attache au méchant audacieux, est funeste pour l'homme qui n'est fort que de sa vertu. (P. F. Louis. )

Mutisme. Etat d'une personne qui ne peufc ou ne veut parler.

Je me défie des hommes qui font profession de Mutisme. ( Idem. )

N

Jnaturalisme. La religion du Christ s'est rapprochée, par tous les côtés et par tous les

dogmes, des intérêts champêtres. La crèche de Bethléem était celle de l'agriculture, puisque c'était une étable. Des pâtres vertueux furent les premiers adorateurs appelés à reconnaître le Rédempteur naissant. Ce rapport fondamental entre le christianisme et le Naturalisme, entre le ciel et la terre, entre le premier des cultes et le premier des travaux, disparut ensuite sous un tas d'inventions monastiques. ( Cèrutti. )

Négricide. C'est le colporteur d'hommes noirs, l'avide marchand qui arrache à l'Afrique ses habitans pour engraisser l'Amérique de leur sueur et de leurs cadavres. Ce Négricide 1 il pleure à Othello, parle d'humanité et de philosophie, est fanatique partisan à Londres, de la liberté, ne lit que Lucain, Gordon,et ne porte jamais sa pensée ni sa réflexion sur la source de ses richesses; il a pour lui la loi européenne ; il dort en paix; il dort!....

Négrier. Vaisseau qui sert au commerce de nègres; c'est l'enfer porté sur l'onde. Mangez du sucre, Européens! mais point de thèse justificative.

La noireté de tel nègre le rend presque beau, et le fera mieux vendre.

Néologuer. ( verbe n. ) Faire des Néologies de mots ou de phrases , dans le discours ou dans, les écrits. . <

Employer un mot usité, comme signe d'une idée nouvelle, changer ou étendre sa signification, c'est aussi Néologuer.

Le mot nouveau Néologuer, est présenté à son juge suprême, l'usage, par les mots Néologie etNéologue; ils le reconnaissent comme appartenant à leur famille.

Celui-là entreprend un travail utile, qui rassemble sous la forme d'un Dictionnaire., toutes les Néologies que l'usage a déjà favorablement accueillies, et celles sur lesquelles il n'a pas encore prononcé.

Un tribut de reconnaissance est dû aux auteurs célèbres qui, nonobstant l'opposition des timides puristes et des scrupuleux grammairiens, ont enrichi notre langue d'expressions vives et sonores, et de tours de phrase qui peignent la pensée avec précision.

La langue française n'avait rien à acquérir, depuis Racine, du côté des graces. J. J. Rousseau l'a élevée et agrandie; Montesquieu nous l'a montrée précise, et même laconique ; Voltaire, refondant les couleurs primitives, en a multiplié à l'infini les nuances; il l'a rendue souple, facile, propre à tous les styles, digne enfin de la variété de ses talens et de la fécondité de son génie.

Ces exemples prouvent que le génie franchit la barrière des préceptes routiniers K lorsquer parvenu à des conceptions nouvelles, il sent le besoin de créer des signes nouveaux.

Le génie de la révolution fut créateur aussi. D'autres idées et d'autres combinaisons opérèrent des changemens analogues dans le langage. Les Néologies qu'elle a produites , seront soumises à l'épreuve de l'usage. Un double mérite sollicite leur admission. Elles sont en même temps des signes d'idées neuves et des monu- mens précieux de notre histoire. La vie d'une langue est celle du peuple auquel elle appartient. Les auteurs Néologues enrichissent les langues vivantes dans la proportion des communications entre les hommes qui les parlent, et des hommes de génie qui s'en servent; et cette loi générale est plus ou moins fécondée par l'influence du climat, du régime intérieur, de la liberté d'écrire, ainsi que par les événemens.

Créé par le besoin, et nationalisé par le goût, un signe nouveau est accueilli comme un enfant de la famille; son droit est certain, alors que son utilité est sentie.

Le dédain et le rebut seront au contraire le sort d'un bâtard réprouvé par le génie de la langue.

Des choses nouvelles ont-elles nécessité des signes nouveaux? une prompte adoption consacre au commun usage ceux qui ont reçu le

[ocr errors]

don de plaire à l'oreille, et la faculté de parler à l'esprit.

Parmi ces Néologies, quelques - unes se traînent, incertaines de leur destinée, à la suite de leurs sœurs plus heureusement nées, et mendient aux portes de l'Institut, les honneurs de l'adoption.

Mais les organes de la nation française, en tout ce qui forme le domaine de l'esprit humain, ne reconnaîtront jamais pour légitimes productions du génie de notre langue, des mots barbares, des élocutions bizarres, grossiers enfans de ce vandalisme qui révolutionna tout, et la révolution elle-même.

Un caractère auguste signala les première» inspirations de la liberté, et le langage des Français n'eût pas manqué de se mettre en parfaite harmonie avec elle, si le flambeau de la philosophie eût continué de les éclairer.

C'est ici le'lieu d'observer que les auteurs d'un dictionnaire ne sont ni des juges, ni des arbitres; que la nouveauté n'est pas un titre de proscription, et qu'un mot appartient à la langue, alors -qu'il est marqué au coin de l'usage; que si les institutions littéraires sont chargées de préserver le langage national de toute corruption, files n'en doivent pas moins favoriser ses progrès. Les sociétés savantes sont les gardienne* de lu loi; mais le droit de la perfectionner an

« ZurückWeiter »