Mémoires de l'Académie nationale de Metz, Volumes 87 à 88

Couverture
Editions le Lorrain, 1908
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 158 - Sur le pont d'Avignon, L'on y danse, l'on y danse ; Sur le pont d'Avignon L'on y danse tout en rond. Les belles dames font comm
Page 107 - Mes chers amis, quand je mourrai, Plantez un saule au cimetière. J'aime son feuillage éploré, La pâleur m'en est douce et chère, Et son ombre sera légère A la terre où je dormirai.
Page 79 - Comme il disait ces mots. Du bout de l'horizon accourt avec furie Le plus terrible des enfants Que le Nord eût portés jusque-là dans ses flancs. L'arbre tient bon. le roseau plie; Le vent redouble ses efforts. Et fait si bien qu'il déracine Celui de qui la tête au ciel était voisine, Et dont les pieds touchaient à l'empire des morts.
Page 26 - L'histoire de la contrée, de la province, de la ville natale, est la seule où notre âme s'attache par un intérêt patriotique; les autres peuvent nous sembler curieuses, instructives, dignes d'admiration; mais elles ne nous touchent point de cette manière.
Page 156 - Il se peut que dans une fête publique, les danses aient attiré sur le pont des Morts une jeune fille dont la fin tragique aura frappé les esprits. Cependant nos chroniqueurs, à ma connaissance du moins, ne parlent d'aucune catastrophe à laquelle noire chanson...
Page 267 - Pyrénées-Orientales, Perpignan. Société agricole, scientifique et littéraire des Pyrénées-Orientales. Rhône, Lyon. Académie' des sciences , belles-lettres et arts de Lyon. — — Société d'agriculture, histoire naturelle et arts utiles de Lyon.
Page 66 - Le sang d'Ymir, en se répandant, avait fait un déluge où ses enfants périrent, à l'exception d'un seul, qui devait perpétuer la race des géants. Des vers qui s'étaient engendrés dans les chairs naquirent les nains. L'espèce humaine manquait encore. Un jour, Odin et ses frères trouvèrent sur leur chemin deux troncs d'arbres, un frêne et un aune. Ces deux troncs n'avaient ni esprit, ni intelligence, ni beau visage. Odin leur donna l'esprit, le second dieu leur donna l'intelligence, le...
Page 308 - Mémoires de la Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise, t.
Page 168 - Savez-vous planter les choux? 1. Savez- vous planter les choux, A la mode, à la mode, Savez-vous planter les choux, A la mode de chez nous?
Page 132 - Mais elle était du monde où les plus belles choses Ont le pire destin ; Et rose elle a vécu ce que vivent les roses, L'espace d'un matin.

Informations bibliographiques