Quelques souvenirs de courses en Suisse et dans le pays de Baden, avec des notices sur plusieurs anciens MSS. relatifs à l'histoire littéraire ou politique de la France

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 308 - Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages : Tout Bourgeois veut bâtir comme les grands Seigneurs, Tout petit Prince a des Ambassadeurs, Tout Marquis veut avoir des Pages.
Page 99 - ... la plume inutile Que l'aigle abandonne aux airs, Lorsque des plumes nouvelles Viennent réchauffer ses ailes A l'approche des hivers. C'est alors que ma paupière Vous vit pâlir et mourir, Tendres fruits qu'à la lumière Dieu n'a pas laissé mûrir! Quoique jeune sur la terre , Je suis déjà solitaire Parmi ceux de ma saison ; Et quand je dis en moi-même : Où sont ceux que ton cœur aime ? Je regarde le gazon.
Page 30 - Devenue son aide, son messager, l'ange de toutes ses cabanes , elle y porta sans cesse tous les genres de consolation. Dans aucune circonstance on n'a mieux vu à quel point le sentiment peut exalter l'intelligence. Cette simple villageoise avait compris son maître et tout ce que ses pensées avaient de plus élevé ; souvent même elle l'étonnait par des idées heureuses auxquelles il n'avait...
Page 28 - Oberl in, devenu depuis si célèbre, entreprit de les civiliser; et pour cet effet, en habile connaisseur des hommes, il s'attaqua d'abord à leur misère. De ses propres mains il leur donna l'exemple de tous les travaux utiles. Armé lui-même d'une pioche, il les guida dans la construction d'une route; bêchant, labourant avec eux, il leur enseigna la culture de la pomme de terre; il leur fit connaître les...
Page 191 - Le grabeau me paraît de rigueur absolue dans les aristocraties. Toutes les aristocraties ont un penchant à se concentrer, à se former un esprit indépendant des gouvernés, de leurs vœux et des progrès de l'opinion , et deviennent à la longue à la fois odieuses et insuffisantes aux besoins des états qu'elles administrent.
Page 190 - Ce sont eux, ce sont leurs formes de gouvernement qui vous distinguent dans le monde, qui vous rendent intéressons aux yeux de l'Europe. , .. Sans ces démocraties, vous ne présenteriez rien que ce que l'on trouve ailleurs ; vous n'auriez pas...
Page 190 - ... yeux de l'Europe. , .. Sans ces démocraties, vous ne présenteriez rien que ce que l'on trouve ailleurs ; vous n'auriez pas de couleur particulière ; et songez bien à l'importance d'avoir des traits caractéristiques ; ce sont eux qui éloignant l'idée de toute ressemblance avec les autres états, écartent celle de vous confondre avec eux et de vous y incorporer.
Page 28 - ... demi-sauvage. Quatre-vingts familles, réparties dans cinq villages, en composaient la totalité. Leur misère et leur ignorance étaient également profondes; elles n'entendaient ni l'allemand, ni le français : un patois, inintelligible pour tout autre qu'elles, faisait leur seul langage; et, ce...
Page 29 - ... et les mit en rapport avec des maisons de commerce des villes voisines. Leur confiance croissant avec leur bien-être , des leçons d'un ordre plus élevé se mêlèrent par degrés à celles-là. Dès l'origine, il s'était fait leur maître d'école, en attendant qu'il en eût formé pour le seconder. Une fois qu'ils aimèrent à lire, tout devint facile; des...
Page 29 - ... seconder. Une fois qu'ils aimèrent à lire tout devint facile ; des ouvrages choisis venant à l'appui des discours et des exemples du pasteur, les sentimens religieux , et avec eux la bienveillance mutuelle , s'insinuèrent dans les cœurs ; les querelles , les délits , les procès même disparurent ; ou s'il naissait quelque contestation , d'un commun accord on venait prier Oberlin d'y mettre un terme ; en un mot , lorsqu'il fut près de sa fin, cet homme vénérable put se dire que , dans...

Informations bibliographiques