Prédicatoriana ou révélations singulières et amusantes sur les prédicateurs, entremêlés d'extraits piquants des sermons bizarres, burlesques et facétieux prêchés tant en France qu'à l'étranger

Cover
Lagier, 1841 - 485 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 411 - ... pu l'être ; à rendre la France triomphante et policée , et à être en tout le modèle des hommes. Sa piété, qui était celle d'un anachorète, ne lui ôta aucune vertu de roi. Une sage économie ne déroba rien à sa libéralité. Il sut accorder une politique profonde avec une justice exacte ; et peut-être est-il le seul souverain qui mérite cette louange : prudent et ferme dans le conseil , intrépide dans les combats sans être emporté , compatissant comme s'il n'avait jamais été...
Seite 114 - Reîtres, il avoit un habit d'Allemand fourré et des « crochets d'argent qui signifioient la bonne intel« ligence et accord qui étoient entre lui et ces dia«bles noirs enpistoletés; bref, c'est un Turc par «la tête, un Allemand par le corps, une harpie par «les mains, un Anglois par la jarretière, un Polo«nois par les pieds, et un vrai diable en l'âme.
Seite 287 - ... qu'il fallait faire retentir la parole sainte dans toute la force de son tonnerre , et placer avec moi dans cette chaire , d'un côté la mort qui vous menace, et de l'autre mon grand Dieu qui vient vous juger.
Seite 305 - Et toi, divinité infâme du paganisme, impudique Vénus, tu viens ici même prendre audacieusement la place du Dieu vivant, t'asseoir sur le trône du Saint des saints. et recevoir l'encens coupable de tes nouveaux adorateurs!
Seite 114 - Ce teigneux est toujours coiffé à la turque d'un turban, lequel on ne lui a jamais vu ôter, même en communiant; et quand ce malheureux hypocrite faisoit semblant d'aller contre les reistres, il avoit un habit d'Allemand fourré et des crochets d'argent, qui signifioient la bonne intelligence et accord qui étoient entre lui et ces diables noirs empistolés.
Seite 286 - A la vue d'un auditoire si nouveau pour moi , il semble. , mes frères , que je ne devrais ouvrir la bouche que pour vous demander grâce en faveur d'un pauvre Missionnaire , dépourvu de tous les talents que vous exigez , quand on vient vous parler de votre salut.
Seite 289 - SOMEWHAT back from the village street Stands the old-fashioned country-seat. Across its antique portico Tall poplar-trees their shadows throw And from its station in the hall An ancient timepiece says to all...
Seite 106 - Si j'étois le maître de l'empire, » où ira-t-il avec un si beau commencement? o je ferois un même paquet du Pape et des cardinaux, pour les jeter tous ensemble dans ce petit fossé de la mer de Toscane. Ce bain les guériroit ; j'y engage ma parole, et je donne Jésus-Christ pour caution...
Seite 419 - LAURENT, serrez ma haire avec ma discipline, Et priez que toujours le ciel vous illumine. Si l'on vient pour me voir, je vais aux prisonniers Des aumônes que j.ai partager les deniers. DORINE, à part. Que d'affectation et de forfanterie ! TARTUFFE.
Seite 287 - C'est devant votre Dieu et le mien que je me sens pressé, dans ce moment, de frapper ma poitrine. Jusqu'à présent j'ai publié les justices du TrèsHaut dans des temples couverts de chaume; j'ai prêché les rigueurs de la pénitence à des infortunés qui manquaient de pain ; j'ai annoncé aux bons habitants des campagnes les vérités les plus effrayantes de ma religion.

Bibliografische Informationen