Le militaire philosophe ou difficultés sur la religion proposées au R.P. Malebranche: prêtre de l'Oratoire

Couverture
1776 - 192 pages

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 175 - Qu'il ne viole plus à leur égard cette première loi de la raifon qui nous défend de faire aux autres ce que nous ne voudrions pas qui nous fût fait à nousmêmes.
Page 35 - Religion , qui m'étourdiffoit de préceptes frivoles , injuftes , impraticables & nuifibles : mes fcrupules ne tombent plus fur ces vaines pratiques dont l'obfervation tient lieu à tant de gens de la probité & des vertus fociales ; je ne me permets plus ces petites injuftices qu'on a ; fi fouvent occafion de commettre dans le cours de la vie , & qui entraînent quelquefois de très-grands malheurs.
Page 177 - Religion universelle nous donne des idées vraies de la Divinité. Elle nous montre l'être suprême comme parfait, comme infiniment bon, infiniment sage, infiniment puissant, infiniment juste. Ce Dieu créateur de toutes choses est l'auteur de la nature à laquelle il commande, dont il a fait les loix, dont il a réglé l'ordre. Par conséquent il est l'auteur des hommes, il est l'auteur de la Société, il aime son bonheur, il l'attache à l'ordre, et cet ordre dépend de la fidélité avec laquelle...
Page 122 - Une fagefle infinie ne peut prendre que des moyens infaillibles, or il eft évident à la raifon qu'un livre ne peut pas tomber dans les mains de tout le monde $ qu'il peut être perdu ou corrompu ; que toutes les nations ne peuvent point l'entendre , que chaque homme ne fait pas lire, qu'il ya des aveugles de naiflancc, des fewrds 8c.Biu/Bts qui ne.
Page 128 - Des livres ôc des difcours humains n« (ont pas les voyes les plus courtes ôc les plus fimples. Donc des Religions fondées fur des livres ôc fur des difcours humains ne font point venues par des voyes dignes de Dieu ; donc elles ne viennent point de Dieu. La juftice ôc la fagefle de Dieu prouirent ma majeure , je ne crois pas qu'un.
Page 162 - Prêtres ou de quelques fanatiques , que l'on fait paP fer pour de grands efforts de vertus? Je ne m'y tromperai pas, mon RP, je ne confens à nommer vertu que ce qui procure des avantages réels à la Société. Dans toutes ces prétendues vertus que les Religions factices enfeignent je ne puis jamais voir que des folies qui tendent à favorifer les intérêts , la vanité , les pat fions, l'ambition, l'avarice, le défir de dominer des Prêtres , fans rien procurer d'avantageux aux refte des humains.
Page 107 - ... une parole contre les fuperftitions de fon pays, & il en refte la. Si la folitude, quelques réflexions momentanées, quelques avertiflemens ôc quelques occafions le mettent un p'eu à portée de penfer, il doute, il entrevoit la vérité d'une vue obfcure ôc paflagère, mais le torrent le ramène, il craint même de voir plus clairement la vérité qui lui échappe.
Page 34 - Pour moi je fçai préfentement à quoi m'en tenir à cet égard , ôc je ne crains pas d'avouer que je mets au nombre des momens les plus heureux de ma vie , celui où mes yeux ont commencé à s'ouvrir indépendamment du calme...
Page 190 - ... enfantés ; j'attends , fans trembler > la mort , comme un terme inévitable que l'Auteur de la nature a fixé à tous les êtres; cette mort ne peut point effrayer celui qui...
Page 16 - ... de ne rien faire. ,. La vue d'une certaine Notre-Dame, où ma mere me mena en allant s'acquitter d'un vœu , m'a révolté contre" le culte des images dès mon enfance.

Informations bibliographiques