Théâtre complet de Beaumarchais, réimpr. des éd. princeps, avec les variantes des MSS. originaux, publ. par G. d'Heylli et F. de Marescob. (Acad. des bibliophiles).

Cover
Antoine Edmond Poinsot
1870
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 250 - Le désespoir m'allait saisir : on pense à moi pour une place, mais par malheur j'y étais propre ; il fallait un calculateur : ce fut un danseur qui l'obtint. Il ne me restait plus qu'à voler : je me fais banquier de pharaon. Alors, bonnes gens ! je soupe en ville, et les personnes dites comme il faut m'ouvrent poliment leur maison, en retenant pour elles les trois quarts du profit.
Seite 249 - Porte, la Perse, une partie de la presqu'île de l'Inde, toute l'Egypte, les royaumes de Barca, de Tripoli, de Tunis, d'Alger et de Maroc: et voilà ma comédie flambée, pour — plaire aux princes mahométans, dont pas un, je crois, ne sait lire, et qui nous meurtrissent l'omoplate, en nous disant: chiens de chrétiens ! — Ne pouvant avilir l'esprit, on se venge ^ en le maltraitant.
Seite 248 - Est-il rien de plus bizarre que ma destinée ! Fils de je ne sais pas qui, volé par des bandits, élevé dans leurs mœurs , je m'en dégoûte et veux courir une carrière honnête, et partout je suis repoussé ! J'apprends la chimie, la pharmacie, la chirurgie, et tout le crédit d'un grand seigneur peut à peine me mettre à la main une lancette vétérinaire!
Seite 55 - Ah ! vous savez que je n'en ai pas pour vous. Mon sexe est ardent, mais timide : un certain charme a beau nous attirer vers le plaisir, la femme la plus aventurée sent en elle une voix qui lui dit : Sois belle si tu peux, sage si tu veux ; mais sois considérée, il le faut.
Seite xxxviii - Figaro, le drôle à son patron Si scandaleusement ressemble, II est si frappant qu'il fait peur Et, pour voir à la fin tous les vices ensemble, Le parterre en chorus a demandé l'auteur.
Seite 250 - ... séparer lorsqu'un dieu bienfaisant m'appelle à mon premier état. Je reprends ma trousse et mon cuir anglais; puis, laissant la fumée aux sots qui s'en nourrissent, et la honte au milieu du chemin, comme trop lourde à un piéton, je vais rasant de ville en ville, et je vis enfin sans souci. Un grand seigneur passe à Séville ; il me reconnaît, je le marie...
Seite lxxi - LA FOLLE JOURNÉE, / ou / LE MARIAGE DE FIGARO, / Comédie en cinq Actes, en Prose, / Par M. de Beaumarchais. / Représentée pour la première fois par les Comédiens / Français ordinaires du Roi, le Mardi 27 avril 1784. / En faveur du badinage, / Faites grâce à la raison. Vaud. de la Pièce. / (fleuron) / Au PALAIS-ROYAL, / Chez Ruault, Libraire, près le Théâtre, / n° 216.
Seite 249 - Que je voudrais bien tenir un de ces puissants de quatre jours, si légers sur le mal qu'ils ordonnent! quand une bonne disgrâce a cuvé son orgueil, je lui dirais...
Seite 249 - Madrid un système de liberté sur la vente des productions, qui s'étend même à celles de la presse; et que, pourvu que je ne parle en mes écrits ni de l'autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l'Opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l'inspection de deux ou trois Censeurs.
Seite 21 - Dans les rangs même plus élevés , les femmes n'obtiennent de vous qu'une considération dérisoire. Leurrées de respects apparents, dans une servitude réelle ; traitées en mineures pour nos biens, punies en majeures pour nos fautes; ah ! sous tous les aspects , votre conduite avec nous fait horreur ou pitié.

Bibliografische Informationen